Emiliano Sala est encore dans toutes les mémoires. Depuis son accident d’avion survenu le 21 janvier dernier, les hommages se multiplient pour l’Argentin. Ce soir, une minute de silence aura lieu en Ligue des Champions avant les matches et demain, Caen et le FC Nantes, qui s’affrontent pour le compte de la 23e journée, devraient aussi avoir des pensées émues. Il existe tout de même une petite gêne dans cette histoire, le paiement du transfert par Cardiff qui n’a pas encore été honoré. La BBC révélait il y a quelques jours que le club français avait réclamé son argent.

Il y a tout de même un chèque de 17 M€ en jeu, d’autant que Bordeaux doit récupérer 50% de cette somme. Cardiff se disait surpris par la rapidité de cette demande car le corps du joueur n’avait pas encore été retrouvé à l’époque. C’est maintenant chose faite puisque le cadavre retrouvé dans l’avion a été formellement identifié. Il s’agit bien du footballeur. Le club gallois va donc pouvoir honorer ce transfert comme l’a affirmé à la BBC son président Mehmet Dalman. Il affirme notamment que les procédures de l’enquête contraignaient à ce délai d’attente.

Cardiff devrait bientôt verser l’indemnité de transfert à Nantes

« Bien sûr que si nous sommes contractuellement obligés de les payer, nous le ferons. Nous sommes un club honorable. Mais si il y a des anomalies, alors vous vous attendriez sûrement à ce que je tienne mon rôle et protège les intérêts de ce club. C’est ce que nous faisons. Nous sommes toujours en train de rassembler des informations et le processus est en cours. Et lorsque nous atteindrons un niveau où nous disposons de suffisamment d’informations, je suis sûr que nous allons rencontrer Nantes et aller de l’avant », indique Dalman.

Ce dernier voulait attendre d’avoir plus d’éléments en main avant de prendre une décision. Il pointe tout de même le comportement du club français. « Ils (Nantes) ont réclamé leur dû. Ils ont entamé ce processus. Ce que nous disons, c’est que nous ne sommes pas d’accord avec ce processus étant donné les événements extraordinaires et les circonstances tragiques. Nous ne faisons aucune déclaration positive ou négative. Nous disons simplement, s’il vous plaît, comprenez, il y a beaucoup de questions auxquelles nous devons répondre et c’est ce que nous essayons de faire. » Le paiement du transfert ne devrait donc pas tarder même si l’enquête n’est pas terminée et les circonstances du drame pas totalement éclaircies.