« Crystal Palace a le regret de confirmer que Pape Souaré était impliqué dans un accident de voiture et a été emmené à l’hôpital de Londres. (...) Le club est en liaison étroite avec l’hôpital et nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Nos pensées sont avec lui et avec sa famille en ce moment ». C’est par le biais de ce communiqué que Crystal Palace annonçait, peu après le début de la saison, que Pape Souaré (26 ans) venait d’être victime d’un grave accident de circulation. Un évènement lourd de conséquences pour le latéral gauche.

Son manager Alan Pardew annonçait en effet en conférence de presse que son défenseur allait manquer plusieurs mois de compétition. « Dans 4, 5 mois, peut-être 6, il devrait être de nouveau opérationnel », expliquait le coach des Eagles. Il faut dire que le diagnostic était lourd : fracture du fémur et de la mâchoire. Mais, à en croire les propos de l’international sénégalais (25 sélections, 1 but), interrogé par BBC World Service, le constat du technicien était même un peu léger. « Je ne sais même pas si je vais pouvoir revenir », a-t-il lâché, abattu, avant de poursuivre.

Un infime espoir

« Je vais peut-être devoir mettre un terme à ma carrière », a laissé entendre l’ex-pensionnaire de l’Académie Diambars, très touché et ému à l’heure de raconter son calvaire. « Mes blessures étaient très vilaines... Je sais que j’ai eu beaucoup de chance. Cela aurait pu être pire mais j’ai eu ma jambe et ma mâchoire cassées. Je n’ai pas pu manger pendant un mois après l’accident. Maintenant, je peux simplement manger un petit peu », a confié l’ancien Lillois (2008-2015), avec un peu d’espoir en filigrane.

« Tout peut arriver à tout le monde, nous sommes tous humains et ce genre de choses peut arriver à n’importe qui. Je place mon sort entre les mains de Dieu et nous verrons bien », a-t-il expliqué, philosophe, remerciant par ailleurs les supporters de Palace pour leur soutien. « Ils m’aident beaucoup. Il me font croire en moi. Quand ils commencent à chanter pour supporter l’équipe et moi, je me sens très heureux », a-t-il conclu. Ce soutien sera-t-il suffisant pour permettre à Pape Souaré de revenir sur les terrains. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.