Cette saison, Arsène Wenger et Arsenal ont fait un choix fort. Face aux refus de Mesut Özil et d’Alexis Sanchez de prolonger leur contrat s’achevant en juin prochain, les Gunners ont décidé de conserver leurs deux atouts offensifs, quitte à les laisser quitter le navire londonien gratuitement. Une posture que l’ancien coach de l’ASM a réaffirmée mardi dernier. « Oui, bien sûr. Je l’exclus (qu’ils partent cet hiver). Je ne pense pas tous les jours à ça. Aussi longtemps qu’ils seront là, ils devront tout donner pour le club. Dans ma tête, ils seront là jusqu’à la fin de la saison. C’était notre décision au début de la saison ».

Ferme avec le duo Sanchez-Özil, Wenger doit également faire face au dossier Giroud. Jamais titularisé en douze apparitions en Premier League (3 buts), l’attaquant français a récemment vu l’adjoint de Didier Deschamps, Guy Stephan, lui mettre la pression en vue du Mondial. « C’est clair qu’au niveau du temps de jeu c’est insuffisant. Didier a déjà eu l’occasion d’en parler. Il faut qu’il arrive à trouver une solution dans les semaines qui viennent. C’est à lui de voir. Il est très performant sur ces derniers mois avec nous. Il a un rendement nombre de matchs joués/buts très important. Voilà, maintenant il faut qu’il joue davantage », a-t-il indiqué dimanche dernier à Téléfoot.

Arsenal prime sur les Bleus

Le message est donc clair : si Giroud veut conserver toutes ses chances d’aller en Russie, l’ancien Montpeliérain est invité à plier bagage pour se trouver une formation capable de lui offrir un temps de jeu conséquent. Un conseil face auquel Arsène Wenger a réagi en conférence de presse. Et visiblement, l’Alsacien, qui se bat pour retrouver le Big Four, ne fera pas de sentiment vis-à-vis de l’équipe de France en janvier prochain.

« Ils doivent prendre leurs décisions, et moi je prends les miennes. Je ne peux pas vraiment prendre en compte les intérêts de la sélection nationale. Je veux garder mon équipe. Nous ne voulons pas nous affaiblir. Je dois prendre en considération les intérêts du joueur, mais ceux du club seront toujours prioritaires. Si vous pouvez combiner les deux, c’est mieux. Dans le cas contraire, ce qui compte le plus, c’est le club ». Giroud est prévenu !