Modeste équipe de milieu de tableau de la première division brésilienne, le club de Chapecoense n’est pas connu du grand public. Malheureusement pour lui, son nom fait désormais les gros titres partout dans le monde en raison d’une tragédie. Alors qu’elle se rendait en Colombie pour affronter l’Atlético Nacional pour le match aller de la finale de la Copa Sudamericana, la formation brésilienne a été victime d’un crash aérien. Un terrible accident qui n’est pas sans rappeler le triste crash aérien dont avait été victime l’équipe de Manchester United en 1958.

« Le Nacional exprime tous ses regrets et apporte son soutien au club de Chapecoense après l’accident survenu en attendant les informations des autorités », a immédiatement posté sur son compte Twitter l’adversaire du club brésilien. Un message qui a rapidement été suivi par un communiqué publié indiquant que « 81 personnes, dont 72 passagers se trouvaient à bord et que six survivants avaient été pour le moment recensés. » Un message suivi quelques heures plus tard par un premier communiqué du club via sa page Facebook.

76 morts à déplorer, 5 survivants

« En raison de la non-concordance des nouvelles provenant de diverses sources journalistiques, rendant compte d’un accident d’avion transportant la délégation du Chapecoense, le Chapecoense Football Association, par l’intermédiaire son vice-président Ivan Tozzo, se réserve le droit d’attendre l’annonce officielle de l’autorité de l’air colombienne avant d’émettre une déclaration officielle sur l’accident. Que Dieu soit avec nos athlètes, officiels, journalistes et autres invités qui sont avec la délégation. »

Au Brésil où les autorités locales ont décrété trois jours de deuil national, cette triste nouvelle a provoqué une vague de soutien chez la plupart des clubs locaux comme Palmeiras ou Santos. « Palmeiras regrette l’accident d’avion de Chapecoense et espère de bonnes nouvelles. » « Santos témoigne tout le soutien du peuple santiste à l’équipe de Chapecoense. » « Prions pour que ce cauchemar se termine et que nous ayons de bonnes nouvelles », a quant à lui posté Felipe Melo sur son compte Twitter suivi par un message de soutien de Neymar. Malheureusement, aux dernières nouvelles, le maire de la ville où s’est produit le drame déclarait que « le nombre des personnes décédées sera très élevé. Pour le moment, on nous a parlé de 25 à 27 morts. » Mais c’était avant que la police colombienne ne vienne confirmer le lourd bilan de 76 personnes décédées pour seulement 5 survivants : Alan Ruschel (joueur de Chapecoense), Jakson Follmann (joueur de Chapecoense), Helio Hermito Zampier (joueur de Chapecoense), Jimena Suárez (hôtesse), Rafael Henzel (journaliste). L’Atletico Nacional, adversaire de Chapecoense en finale de la Copa Sudamericana, a de son côté demandé à la Conmebol de donner le titre à Chapecoense.