San Salvatore. Ces derniers temps, Salvatore Sirigu (32 ans) a un nouveau surnom du côté du Torino. Il faut dire que le gardien affiche une sacrée forme sur ses dernières sorties. Ses statistiques parlent pour lui. Il reste ainsi sur trois clean-sheets contre l’Inter Milan (victoire 1-0), la Spal (0-0) et l’Udinese (victoire 1-0). L’ancien Parisien n’a plus encaissé de buts depuis 323 minutes et la 74e minute de la 20e journée de Serie A, contre l’AS Roma (défaite 3-2) le 19 janvier dernier.

Avec 22 buts encaissés en 23 journées, il est le gardien de la 5e meilleure défense d’Italie. Ces derniers mois, l’ancien de Palerme s’est trouvé une nouvelle spécialité : les penaltys. Sur les sept dernières sentences sifflées contre le Torino, le n° 1 en a stoppé ou détourné cinq ! En un peu plus d’un an, il a dégoûté de nombreux tireurs, de Jordan Veretout à Rodrigo De Paul en passant par Luis Alberto et Fabio Quagliarella. Une incroyable réussite qu’il a ainsi expliquée dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport.

5 penaltys détournés sur les 7 derniers subis

« J’étudie les attaquants et leur manière de tirer, mais ce qui compte, c’est surtout l’instinct et la chance », a-t-il glissé. Grâce à ces performances, l’international azzurro (19 sélections), protégé par d’autres ex de L1 Nicolas Nkoulou, Koffi Djidji et Souahilo Meité, participe au parcours des Grenats, 8es au classement, et à la lutte pour les places européennes. « Nous devons rester concentrés pour continuer avec l’ambition d’avoir des résultats et du jeu », a lancé le portier du Toro dans les colonnes du quotidien au papier rose avant de poursuivre.

« On progresse, la victoire contre l’Udinese a démontré notre bonne trajectoire. Mais ne tombons pas dans l’enthousiasme comme c’est parfois arrivé. Nous figurons dans un groupe qui se bat pour l’Europe. Tous les points sont importants pour rester en course. Ces derniers mois, nous avons créé une identité qui se voit aujourd’hui », a-t-il conclu. Au fond du trou il y a encore une vingtaine de mois, lorsqu’il évoluait à Osasuna, Salvatore Sirigu, sous contrat jusqu’en juin 2022, a su rebondir et de quelle manière !