Son entourage avait rectifié l’information. Mino Raiola n’allait pas donner une conférence de presse, mais bien une interview à trois médias italiens, triés sur le volet. L’agent de Gigio Donnarumma, qui se savait attendu au tournant, avait comme à son habitude, bien orchestré son intervention et donné rendez-vous à Sky Italia, Mediaset et la Rai, à Monte Carlo, où il réside. Avec plus d’une heure de retard, il s’est finalement confié.

« Nous avons été contraints de prendre une décision dont nous ne voulions pas. La façon dont le club de Milan a conduit l’ensemble (des négociations), créant une atmosphère hostile à notre égard, a débouché sur la situation que nous connaissons tous. L’argent n’a jamais été un problème. Milan ne nous a pas laissé le temps et la sérénité nécessaires », a ainsi expliqué Mino Raiola, dont le visage apparait en Une de nombreux journaux sportifs transalpins.

Des menaces de mort reçues

L’agent des plus grands joueurs de la planète a pris la foudre ces derniers jours, du côté de Milan. Si une offre de 4 millions d’euros de salaire était sur la table, pour prolonger l’enfant du club et grand espoir du football italien Gianluigi Donnarumma, le joueur et son représentant ont décidé de décliner. Incompréhension du côté des supporters, alors que l’AC Milan a réalisé un début de mercato plus qu’intéressant.

« Gigio était prêt à renouveler son contrat, dans sa tête il n’y avait pas de doute. C’est la faute de l’environnement qu’ils ont créé autour de Gigio. (…) Ils l’ont menacé de ne pas jouer, de le laisser en tribunes », a-t-il poursuivi. « Je veux bien prendre la faute sur moi, mais laissez Gigio en paix. Il a même reçu des menaces de mort sur sa famille, c’est incroyable. » Les explications du sulfureux agent suffiront-elles à calmer les esprits ? Hier, lors d’Italie-Danemark au championnat d’Europe des U21, Donnarumma a pu constater que les supporters italiens ayant fait le déplacement avaient des choses à lui reprocher...