PSG-MHSC : les notes du match

Grâce à un Neymar des grands soirs, le Paris Saint-Germain s'offre le scalp du Montpellier HSC dans une rencontre prolifique en buts (5-2) et glane sa deuxième victoire de rang en Ligue 1.

Neymar, buteur contre Montpellier
Neymar, buteur contre Montpellier ©Maxppp
La suite après cette publicité

Solide vainqueur du Clermont Foot pour l'ouverture de la Ligue 1 (5-0), le Paris Saint-Germain entamait sa première sortie de la saison devant son public du Parc des Princes, contre le Montpellier HSC. Pour l'occasion, Christophe Galtier décidait d'aligner sa formation type avec Vitinha et Verratti dans l'entrejeu, derrière le trio Messi-Mbappé-Neymar. Côté MHSC, les recrues Maouassa, Khazri, Sainte-Luce et F. Sacko étaient alignées. Rapidement, après une belle action de Neymar (17e), le PSG bénéficiait ensuite d'un penalty après une main de Ferri devant Messi. Cependant, la tentative de Mbappé était stoppée par une main en fer d'Omlin (24e). Mais après de nombreuses tentatives parisiennes, Mbappé tentait un centre directement dévié par Sacko dans son propre but (1-0, 39e). Et après un nouveau penalty obtenu, Neymar faisait le break avant la pause (2-0, 43e).

La seconde période repartait ensuite sur les mêmes bases que la première. Hakimi tentait un centre devant la surface et dévié par Cozza... mais Neymar pouvait surgir pour s'offrir un deuxième doublé en deux matches (3-0, 51e). Sous l'eau, les Héraultais sont tout de même parvenus à sauver l'honneur. Savanier enroulait un centre vers la surface pour Wahi. La frappe de ce dernier était repoussée par Donnarumma. Mais Khazri a bien suivi et pouvait ajuster l'Italien (3-1, 58e). Mbappé s'offrait ensuite sa première réalisation de la saison en reprenant un corner (4-1, 69e). En fin de rencontre, la nouvelle recrue Sanches reprenait un bon ballon de Mendes pour s'ajouter à la liste des buteurs (5-1, 88e), avant que Tchato ne réduise l'écart pour les visiteurs (5-2, 90e+2). Comme à Clermont, le PSG, leader provisoire, a livré une belle copie devant son public cette fois-ci et enchaîne avant d'aller à Lille. Montpellier devra faire mieux contre Auxerre.

L'homme du match : Neymar Jr (9) : plutôt imprécis lors des premières minutes du match (coup franc sur la tête de Kimpembe, faute sur Savanier, contrôle manqué sur une passe géniale de Messi, incursions manquées), il a fini par relever la tête. Ses dribbles et son placement ont été dévastateurs pour la défense du MHSC. Il a d’ailleurs obtenu plusieurs fautes très intéressantes aux abords de la surface. Sur sa lancée, il est venu tromper Omlin juste avant la pause avec un contre pied parfait sur penalty (43e). Il a ensuite marqué de la tête sur le centre contré d’Hakimi (51e). Puis il a délivré un corner décisif qui a été prolongé par un Montpelliérain avant la reprise victorieuse de Mbappé (69e). Il aurait même pu marquer un triplé à la fin du match mais le but a été annulé pour une position de hors-jeu de Kimpembe (85e).

Paris Saint-Germain

  • Donnarumma (4,5) : très peu inquiété, voire pas du tout en première période, nous n’avons presque pas vu le gardien italien du match et pourtant il a pris 2 buts. Il a manqué d’assurance en venant chercher le ballon loin de son but et il a rendu le ballon aux Montpelliérains bêtement alors que Ramos et Marquinhos étaient venus au contact même si cela n’a pas eu de conséquence directe pour les Parisiens. En deuxième période, il a arrêté le tir de Wahi mais le ballon est revenu sur Khazri qui a sanctionné le gardien et la défense des Parisiens (58e). Sur le deuxième but montpelliérain, il se fait surprendre au premier poteau et n’est pas exempt de tout reproche (90+1e).

  • Ramos (5,5) : les trois défenseurs ont joué une grande partie de la rencontre dans la moitié de terrain du MHSC. Grâce à son charisme naturel, il a parfaitement communiqué avec ses deux compères de la défense afin d’amener le surnombre près de la surface du gardien montpelliérain. En binôme avec Kimpembe sur les côtés de cette défense à 3, il a tué dans l'œuf les velléités offensives de Montpellier grâce à sa science du placement. Agressif, voire un peu trop (2 fautes en première période), il a su calmer les ardeurs montpelliéraines quand il le fallait.

  • Marquinhos (6) : en tant que leader de la défense parisienne, il a su gérer les rares incursions montpelliéraines tout en jouant son rôle de pointe basse de la défense avec brio. Le capitaine parisien est toujours aussi solide. Il a su rattraper la petite erreur de Donnarumma en venant stopper la contre attaque montpelliéraine. Enfin, il a apporté le surnombre sur certaines offensives du PSG, comme ses coéquipiers de la défense.

  • Kimpembe (5) : le champion du monde 2018 a été un ton en dessous par rapport aux autres membres de la charnière défensive parisienne. Pas inquiété en première période, c’est lui qui était au contact de Wahi et Khazri sur le premier but de Montpellier (58e). Cependant, en retard et sûrement un peu trop statique, il n’a pas su s’interposer pour empêcher le Tunisien de marquer. Pour le reste, il a stoppé quelques passes en profondeur sur le côté droit de l’attaque et il a pris un carton jaune (60e), sa prestation n’a pas été des plus convaincantes. Il se fait prendre dans le dos par Tchato en fin de rencontre sur la réduction du score montpelliéraine (90+1e).

  • Hakimi (8) : très offensif comme à son habitude, il s’est démultiplié sur son couloir droit afin de proposer une solution supplémentaire constamment. C’est notamment lui qui fait la dernière passe à Mbappé sur le premier but parisien (39e). C’est encore et toujours lui qui a délivré le centre contré que Neymar a coupé au premier poteau (51e). Toujours très entreprenant et volontaire dans ses efforts, il a été virevoltant sur son côté et il a malmené le côté gauche de la défense Montpelliéraine. Un véritable poison ! Il ferait presque passer Nuno Mendes pour un latéral défensif.

  • Mendes (7) : alter ego d'Hakimi sur le côté gauche, il a mis la pression avec ses incursions dans l’axe de la défense du MHSC. Au contact avec Ferri, c’est d’ailleurs lui qui a poussé le Montpelliérain à la faute en jouant avec son corps même si le penalty de Mbappé a été arrêté par Omlin (22e). Il a continué avec la même envie lors de la seconde période et il a fini par trouver la faille sur un excellent centre en direction du nouvel entrant Renato Sanches ce qui a scellé la victoire parisienne (87e). Lui aussi est pris dans son dos, en fin de rencontre, sur l’appel de Tchato lors de la réduction du score montpelliéraine (90+1e).

  • Verratti (7) : le milieu italien a contrôlé le ballon tel un métronome au milieu de terrain. Même si ce match ne restera pas comme une référence, la faute à une faible adversité, il a permis de confirmer l’entente naissante entre l’italien et son coéquipier portugais. Toujours à l'initiative et connecté avec Hakimi, “Petit hibou” lui a laissé le ballon (avant la passe décisive du Marocain) sur le premier but parisien (39e) puis c’est lui qui a lancé parfaitement le latéral sur le troisième but parisien (51e). Il a été remplacé par Renato Sanches (86e) qui a marqué seulement une minute plus tard sur son premier ballon et suite à un bon centre de Nuno Mendes (87e).

  • Vitinha (6) : moins en vue que son coéquipier de l’entrejeu parisien, il est allé grappiller quelques ballons assez bas. Très technique dans les petits espaces d’habitude, il n’a pas réussi à exprimer tout son potentiel. La densité dans l’axe des Montpelliérains ne lui a sûrement pas facilité la tâche. Il a pris un le deuxième carton jaune pour les parisiens (66e) et il est sorti quelques minutes plus tard au profit de Leandro Paredes (70e).

  • Messi (7) : une seule louche aurait pu suffire mais Neymar n’a pas réussi son contrôle et l’ouverture du score a été retardée (17e). Avant la demi-heure, il a tiré un superbe coup franc arrêté par Omlin (26e). Quelques minutes plus tard, il a déclenché une frappe de l’extérieur de la surface qui a été arrêté par Omlin, encore lui (29e). Juste avant la mi-temps, il a permis au PSG d’obtenir un deuxième penalty grâce à son sombrero, qui est venu heurter la main de Sacko (42e). Moins visible en deuxième période, il a fini le match sans éclat malgré un bon corner qui a trouvé la tête de Kimpembe sans inquiéter réellement Omlin (77e).

  • Neymar (9) : plutôt imprécis lors des premières minutes du match (coup franc sur la tête de Kimpembe, faute sur Savanier, contrôle manqué sur une passe géniale de Messi, incursions manquées), il a fini par relever la tête. Ses dribbles et son placement ont été dévastateurs pour la défense du MHSC. Il a d’ailleurs obtenu plusieurs fautes très intéressantes aux abords de la surface. Sur sa lancée, il est venu tromper Omlin juste avant la pause avec un contre pied parfait sur penalty (51e). Il a ensuite marqué de la tête sur le centre contré d’Hakimi (51e). Puis il a délivré un corner décisif qui a été prolongé par un Montpelliérain avant la reprise victorieuse de Mbappé (69e). Il aurait même pu marquer un triplé à la fin du match mais le but a été annulé pour une position de hors-jeu de Kimpembe (85e).

  • Mbappé (7) : assez peu en vue en début de rencontre, le meilleur joueur de la saison passée a semblé manquer de repères sur la pelouse du Parc des Princes pour son premier match de Ligue 1. Son penalty a été arrêté par Omlin en début de rencontre (23e). Il a repris du poil de la bête au fur et à mesure du match et il a fini par pousser Sacko à la faute en tirant en force devant les cages montpelliéraines sur le premier but parisien (39e). En seconde période, il a réussi à marquer son premier but de la saison sur un corner botté par Neymar (69e). Le Français a déclenché une frappe soudaine du pied gauche en fin de match, mais Omlin, bien placé au premier poteau, a réalisé la parade sur sa droite (81e).

Montpellier HSC

  • Omlin (6) : le gardien de but suisse a du se montrer présent dès le début de rencontre, sortant bien sur le centre rentrant vers Omlin (8e) avant de gagner un bon duel aérien dans la foulée (9e). Il a également profité du contrôle un poil trop long de Neymar pour rassurer sa défense (17e). L'international de la Nati s'est offert deux superbes arrêts pour dévier le penalty de Mbappé (23e) puis un coup-franc et un roulé de Messi (24e). Surpris par le contre de Sainte-Luce sur le centre de Hakimi, il a été trop en retard pour enlever la tête décisive de Neymar (51e). Toujours présent sur sa ligne malgré les buts après la pause, le Suisse a clairement allégé l'addition salée de son équipe au Parc.

  • Tchato (4,5) : pour sa deuxième titularisation en professionnel en compétition officielle, le latéral droit franco-camerounais a tenté comme il pouvait de gérer le couloir gauche parisien, mené par Neymar et Nuno Mendes. Il a souvent été assisté de Maouassa, qui a reculé pour le soulager défensivement. On peut lui reprocher sa passivité défensive sur le débordement du Portugais, une action qui amène le premier but parisien. Il est resté attentif sur certaines courses de son adversaire du soir (50e). En toute fin de rencontre, il est parfaitement lancé par Ferri pour réduire la casse et tromper Gigi au premier poteau (90+1e).

  • Sacko (3) : soirée catastrophe pour l'international malien dans cette charnière centrale. Sur un centre du piston portugais adverse, il n'a pas été loin d'un contre-son-camp (29e), avant de se rattraper devant Neymar, qui aurait pu avoir un face-à-face avec son gardien. Cependant, sur un centre puissant de Mbappé, l'ex-Vert a propulsé le ballon dans ses filets vides (39e). Comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seul, sa main a offert un second penalty au PSG, transformé cette fois-ci par Neymar. Un peu plus rassurant au passage à 3 derrière côté Montpellier, il a réussi quelques interventions dans sa zone.

  • Cozza (4,5) : très bon dans les anticipations, le défenseur central a su court-circuiter les passes verticales de Messi pour éloigner le danger de sa surface. Il a été moins en vue au fil de la rencontre, au vu de la préférence parisienne de passer par le couloir gauche. Sur le second but de Neymar, il est surpris par la course du Brésilien au premier poteau pour venir creuser l'écart. Son retour dans la charnière centrale aura fait un peu de bien au MHSC, malgré le score.

  • Sainte-Luce (4,5) : l'ex-Nîmois s'est illustré de quelques montées dans le camp adverse pour aider les offensifs, sans réel succès en début de match. Défensivement, il s'est bien débrouillé, détournant quelques centres de Hakimi sur son couloir gauche, et a même pu mettre en échec Mbappé dans sa propre surface (19e). Il a également été présent devant Ramos pour dégager un ballon dangereux près de la ligne de but. Son marquage hésitant a permis à Mbappé de tromper Omlin de l'extérieur du pied sur corner.

  • Chotard (4) : dans ce rôle de sentinelle, le natif d'Orange n'a pas quitté son poste devant la défense pour éviter des incursions dans le dernier tiers, mais a parfois taclé en retard, offrant de belles opportunités de coups de pied arrêtés à Messi et Neymar. Sinon, il a été très peu en vue dans l'entrejeu montpelliérain et n'a pas réellement pesé dans l'impact physique, face à des Verratti et Vitinha imperturbables balle au pied. Remplacé par Fayad (86e), passeur décisif sur le deuxième but du MHSC.

  • Ferri (5) : le numéro 12 a directement usé de son agressivité pour déstabiliser le secteur offensif adverse, mais a été en retard à l'entrée de la surface (4e). Avec le ballon, il s'est toujours montré disponible pour faire circuler le ballon et essayer de trouver une faille dans le bloc adverse. Au duel avec Mendes, l'ancien Gone a offert un penalty après une main dans la zone de vérité.

  • Savanier (4,5) : le capitaine montpelliérain a été très important pour faire remonter son équipe, souvent très basse sur le terrain, de par ses transmissions et ses courses avec ballon. Sa mauvaise relance à la suite du centre fort de Nuno Mendes entraîne derrière l'ouverture du score parisienne. S'offrant quelques prouesses techniques dans cette rencontre, sa présence dans le coeur du jeu n'a pas vraiment influé dans les quelques possessions pailladines. Remplacé par Leroy, fils de l'ancien Parisien Benjamin, à la 86e minute.

  • Maouassa (4,5) : comme lors de la victoire acquise à domicile contre Troyes, l'ancien Rennais est positionné un cran plus haut pour profiter de sa justesse technique et sa lecture de jeu en défense. Beaucoup moins en vue lors des buts parisiens, comme l'ensemble du secteur offensif, le joueur prêté par le Club Bruges a ensuite fait surface dos au but, provoquant quelques fautes des défenseurs adverses. S'il a pu dépanner malgré ce poste qui ne lui convenait pas, il est remplacé à la 71e minute par Souquet.

  • Khazri (5) : si le Tunisien voulait profiter de son jeu dos au but pour faire remonter le bloc pailladin, la tâche était plutôt compliquée, se retrouvant souvent seul en pointe dans sa propre moitié de terrain. Plusieurs pertes de balle dans la moitié de terrain adverse ont empêché l'attaquant d'initier des offensives pour les siens. En seconde période, tel un renard des surfaces, il a réduit le score en trompant un Donnarumma en retard, avant de provoquer le carton jaune de Kimpembe (60e). Remplacé à la 78e minute par Germain, conspué par le public parisien, qui n'a pas oublié son passé marseillais.

  • Wahi (3) : habitué à s'illustrer dans le camp adverse, le jeune attaquant du MHSC n'a pas su bonifier ses quelques ballons touchés, souvent dans sa moitié de terrain. Que ce soit face à Hakimi ou face à Ramos, l'auteur de 10 buts en Ligue 1 la saison passée n'était pas réellement visible. Finalement, il a profité de la passivité défensive pour tenter sa première frappe, qui amène la réduction du score de Khazri. Averti par M. Delajod après avoir tenté d'empêcher le coup-franc joué rapidement par Marquinhos. Remplacé à la 78e minute par Sakho, le Titi acclamé par le Parc des Princes avec le numéro 75 sur le dos. Il a laissé dans son dos Neymar s'offrir un triplé dans ce match, finalement refusé pour hors-jeu.

Plus d'infos

Commentaires