Nice : Christophe Galtier s'est mis tout le monde à dos

Il y a un an, Nice avait farouchement bataillé avec l'OL pour recruter Christophe Galtier, champion de France avec le LOSC. Aujourd'hui, le Gym n'a aucun regret à le voir partir au PSG.

Christophe Galtier lors de sa présentation à Nice
Christophe Galtier lors de sa présentation à Nice ©Maxppp
La suite après cette publicité

Couronné meilleur entraîneur du championnat de France après son sacre national obtenu avec le LOSC face au tout-puissant Paris Saint-Germain, Christophe Galtier était devenu le technicien le plus courtisé de l’Hexagone. L’Olympique Lyonnais poussait pour en faire le successeur de Rudi Garcia, tandis que Nice et son ambitieux propriétaire INEOS le voulaient pour lancer leur projet. Au final, c’est donc le Gym qui a su séduire Galtier. Un gros coup qui avait suscité énormément d’enthousiasme chez les Aiglons, ravis à l’idée de voir un tel meneur d’hommes construire le premier étage de la fusée niçoise.

Un an plus tard, l’OGCN n’attend qu’une chose : que Galtier signe au PSG pour installer Lucien Favre sur le trône. Pourquoi un tel revirement de situation après seulement un an de collaboration ? Sur le papier, Nice a fini la saison 2021/2022 à la cinquième place et s’est qualifié pour la Ligue Europa Conférence. Après avoir terminé le précédent exercice au neuvième rang, le Gym espérait peut-être mieux, mais il y a une progression. Sauf que Nice-Matin nous a livré les détails de plusieurs épisodes qui ont fini par faire de Galtier un homme de moins en mois apprécié au sein du Gym. Tout a commencé avec un mercato estival 2021 tendu.

Galtier s’est froissé avec presque tout le monde

En interne, Galtier critique cette campagne de recrutement. À côté de ça, le coach niçois pousse pour recruter Calvin Stengs (acheté 13,5 M€ à l’AZ Alkmaar) alors qu’au club, plusieurs personnes pensent que le Batave ne possède pas le profil pour jouer à l’aile comme le veut Galtier. Résultat : 11 titularisations seulement en L1. Ensuite, le quotidien explique qu’il a été reproché à l’entraîneur « un manque de considération » ainsi qu’une « culture du secret abusive autour de ses coups ». Pour illustrer ses propos, Nice-Matin indique que Galtier a tout fait pour cultiver ce secret en réclamant des portails et des murs autour du secteur pro. Et ce n’est pas tout puisqu’il aurait aussi été demandé à des jeunes du centre de formation de « tirer les rideaux pendant les séances d’entraînement ». Galtier trop parano ?

Le journal conclut enfin en indiquant que les relations entre les parties concernées n’ont cessé de se détériorer à partir de la deuxième moitié de saison. Avec encore des histoires de mercato. La campagne hivernale (Bilal Brahimi) est jugée très insuffisante par le clan Galtier. Puis viennent les piques entre le coach et Julien Fournier, le directeur sportif du Gym. Ce dernier finira d’ailleurs par régler publiquement ses comptes avec l’ancien Lillois le 9 juin dernier dans les colonnes de L’Equipe. En froid avec ses collaborateurs, Galtier finira également par l’être avec son vestiaire. Outre des relations compliquées avec Mario Lemina et Jean-Clair Todibo, la défaite en finale de Coupe de France face au FC Nantes (0-1), alors que le Gym en était le grand favori, va creuser un peu plus le fossé au sein du vestiaire. « Il a mis un beau bordel dans le groupe », indique même un joueur de l’équipe à Nice-Matin. Un enchaînement d’événements qui a donc conduit le président Jean-Pierre Rivère à acter le départ de Galtier. Un bilan qui fait tache pour un entraîneur, même si ce dernier a quand même réussi à tirer le gros lot avec une signature annoncée au PSG.

Plus d'infos

Commentaires