PSG-Manchester City : les notes du match

Après avoir été accroché à Bruges (1-1), le club de la capitale devait enfin lancer sa campagne européenne face à l'ogre mancunien. Mission réussie. Malgré de longs moments de souffrance, les Franciliens ont su faire la différence sur les rares actions de but qu'ils ont eues. Et Lionel Messi a enfin marqué son premier but avec le PSG.

Idrissa Gana Gueye célèbre son but face à Manchester City en Ligue des Champions.
Idrissa Gana Gueye célèbre son but face à Manchester City en Ligue des Champions. ©Maxppp
La suite après cette publicité

Déjà un choc dans ce groupe A et déjà une rencontre décisive pour le PSG lors de la réception de Manchester City. Après son nul à Bruges (1-1) lors de la première journée, les Parisiens avaient interdiction de perdre face au club anglais, vainqueur lui du RB Leipzig il y a 15 jours. Une défaite aurait relégué les hommes de Pochettino à 5 points. Un coach argentin qui jouait gros ce soir mais il pouvait compter sur l'ensemble de ses forces et notamment Messi et Verratti, tous les deux revenus de blessure et titulaires. Donnarumma était lui préféré à Navas, alors que City évoluait en 4-3-3 avec Sterling en pointe, soutenu par Mahrez et Grealish.

Après 8 minutes de jeu à quasiment monopoliser le ballon, les Mancuniens étaient pourtant cueillis à froid sur la première offensive adverse. Le une-deux entre Mbappé et Hakimi aboutissait au centre en retrait du Français pour Neymar. Le contrôle raté du Brésilien profitait à Gueye, qui envoyait un missile dans la lucarne d'Ederson (1-0, 8e). Même menée au score, la machine City se relançait sans attendre mais butait sur un bon Donnarumma, auteur de quelques parades rassurantes devant Mahrez (15e), Cancelo (32e) et Dias (44e), et suppléé par la bonne défense d'Herrera (29e). Une seule fois le portier italien fut battu, sur une tête de Sterling.

Premier but pour Messi

C'est la barre qui sauvait miraculeusement Paris, et par deux fois. Dans la continuité de l'action, Bernardo Silva, pourtant seul dans un but vide aux six mètres, reprenait directement sur la transversale (26e). Avant la pause, le PSG reprenait un peu de contrôle sur le jeu et du poil de la bête. Ederson devait même s'employer sur cette frappe d'Herrera (38e), tandis que Marquinhosse montrait trop court sur ce centre de Mbappé (39e). Les deux équipes se retrouvaient en seconde période à onze contre onze, l'arbitre refusant d'expulser De Bruyne pour cette semelle énorme sur Gueye (40e). Le Belge allumait d'ailleurs la première mèche sur cette deuxième mi-temps, encore une fois mis en échec par Donnarumma (55e).

Car Manchester City repartait vite de l'avant, prenant d'assaut un but parisien verrouillé par une défense de fer. Outre Donnarumma, Marquinhos mais aussi Verratti et Gueye aimantaient tous les ballons aussi bien défensifs qu'offensifs. Mieux encore, le PSG courbait de moins en moins l'échine et piquait toujours autant en contre et en phases de transition. Si Neymar ne convertissait pas (65e), Messi lui réglait enfin la mire. Après avoir accéléré côté droit, l'Argentin trouvait Mbappé, qui remisait vers son partenaire plein axe et lancé. Ce dernier ajustait sa frappe du gauche dans la lucarne d'un Ederson impuissant (2-0, 74e). Paris a écœuré City et prend la tête du groupe.

  • Homme du match : Gueye (8) : deux ans après, il a remis ça. Fantastique face au Real Madrid de Zidane en 2019, le Sénégalais a encore signé une prestation XXL en Ligue des Champions. Auteur de l’ouverture du score après avoir envoyé une mine dans la lucarne d’Ederson (8e), il a ensuite été partout dans la récupération. Souvent venu prêter main-forte à Mendes, il a été le poumon d’une équipe parisienne acculée dans son camp. Sévèrement tacle par De Bruyne (38e), il a su résister. Auteur de belles montées, il a tout simplement été omniprésent. Remplacé par Pereira (90e).

PSG :

  • Donnarumma (6,5) : titularisé à la place de Navas après deux matches consécutifs passés sur le banc, l’Italien était forcément très attendu. D’une part parce que la concurrence avec le Costaricain est tendue, ensuite parce qu’il disputait un énorme choc pour le premier match de Ligue des Champions de sa carrière. Sauvé miraculeusement par sa transversale à deux reprises (27e), il a su réaliser des arrêts décisifs sur une frappe lourde de Cancelo (31e) et sur une tête à bout portant de Dias (43e). À noter une erreur de prise de balle qui aurait pu coûter cher (52e). Mais dans l’ensemble le, il a répondu présent.

  • Hakimi (5,5) : on le savait : le Marocain est un super atout offensif, mais quand il doit se mesurer à un adversaire dominateur, ses lacunes défensives sont souvent soulignées. Ce n’est donc pas une surprise si Grealish est souvent parti dans son dos. Cependant, il n’a pas connu autant de difficultés que Nuno Mendes. À l’origine du décalage ayant amené l’ouverture du score (8e), il a toutefois été nettement moins en vue que d’habitude sur le plan offensif.

  • Marquinhos (6) : si son équipe a passé énormément de temps dans son camp, le capitaine parisien a su tenir la baraque. Pas souvent pris à revers, il a régulièrement jailli à bon escient, notamment dans les airs, pour repousser les excellents centres mancuniens.

  • Kimpembe (4) : constat bien différent en revanche pour le partenaire du Brésilien. Le côté gauche de la défense rouge-et-bleu a clairement passé une très mauvaise soirée. Le champion du monde n’a pas eu son impact habituel dans les duels et il a surtout perdu trop de ballons devant son but. Un peu plus inspiré au retour des vestiaires, mais sans plus.

  • Mendes (3,5) : préféré à Diallo, le Portugais a vécu un véritable calvaire en première période. Lorsqu’il a fallu dégager le cuir sous le pressing adverse, il a montré une grosse fébrilité. Malmené par Mahrez, il n’a jamais su contenir l’ancien Havrais qui l’a bien baladé. Il a été l’un des points faibles de son équipe sur lequel les Cityzens ont insisté.

  • Gueye (8) : voir ci-dessus.

  • Verratti (7,5) : blessé avec la Nazionale en septembre dernier, Petit Hibou faisait son grand retour. Titulaire surprise au coup d’envoi, l’Italien était positionné en sentinelle. Et si certains avaient des doutes quant à sa condition physique, ils ont été rassurés. Avec Gueye, le Transalpin a été l’un des hommes forts côté parisien. Vif dans ses prises de balle, il a été précieux par sa capacité à casser les lignes pour aller de l’avant. Défensivement, ses fameux tacles ont également fait du bien. Remplacé par Wijnaldum (78e).

  • Herrera (5) : depuis le début de la saison en Ligue 1, il est l’un des meilleurs de son équipe. Mais ce soir, l’Espagnol a été en retrait par rapport au duo Verratti-Gueye. Plutôt discret, il a souvent joué en retrait quand il aurait pu tenter une passe vers l’avant. Mbappé lui a donné une belle occasion de but, en vain (38e).

  • Messi (5,5) : annoncé comme une terreur lorsqu’il joue contre les équipes de Guardiola, l’Argentin n’était pas au rendez-vous pour sa première au Parc en Ligue des Champions. Malgré quelques combinaisons avec Mbappé, il a été invisible la plupart du temps. Exempté de repli défensif, il n’a eu aucun impact offensif. C’est limite s’il ne suivait pas les actions qu’il lançait. Mais ça, c’était oublier que La Pulga reste redoutable si on lui laisse une opportunité. C’est ce qu’il s’est passé à un quart d’heure de la fin du match. Sur une accélération côté droit, il a su combiner avec Mbappé avant de crucifier Ederson (74e). Son premier but sous ses nouvelles couleurs a permis aux siens de sceller le sort du match.

  • Neymar (5) : un peu plus en vue en Ligue 1, le Brésilien n’a clairement pas encore le rythme d’une rencontre européenne. Auteur d’une mauvaise entame de match, il a quasiment fait que des mauvais choix : trop de touches de balle et des passes mettant ses coéquipiers dans la panade. Sans oublier un gros raté sur un caviar de Mbappé qui s’est transformé malgré tout en passe décisive pour Gueye (8e). Sa première frappe du match a eu lieu à la 35e minute. C’est dire. En deuxième période, il a quand même bien aidé en défense, mais il a raté l’occasion du break (65e).

  • Mbappé (5,5) : passeur décisif pour Gueye (8e), il a enfin montré qu’il savait faire quelques échanges avec Messi. Auteur d’une belle offrande pour Herrera non convertie (38e), il a été l’un des seuls à savoir transpercer la défense de City en première période. Au retour des vestiaires, il a, en revanche, été bien plus brouillon. Trop de contrôles et de passes ratés et des dribbles qui ne passaient plus. Mais ce soir il a su être à l’origine des deux buts de son équipe puisque c’est lui qui a parfaitement combiné avec Messi sur le but du break (74e).

Manchester City :

  • Ederson (4) : pour sa 200ème apparition sous le maillot de City, le portier brésilien aurait aimé garder sa cage inviolée. Malheureusement, il ne pouvait rien sur le tir à bout portant de Gana Gueye (1-0, 8e). Il fallait attendre la fin de la première période pour le voir enfin s'illustrer d'une claquette sur la reprise d'Herrera (38e). En seconde période, il n'était que peu sollicité, mais était resté immobile sur le but de Messi (74e).

  • Walker (5) : avec la présence du trio offensif parisien, le latéral droit anglais se retrouvait un peu moins haut sur le terrain lors du premier acte, afin de garder une égalité numérique en défense à la perte de balle. Il réussit tant bien que mal à limiter l'apport de Mbappé, ne le laissant pas le prendre de vitesse en seconde période. Il faisait bien de suivre la course de Neymar sur sa première tentative dans le second acte (64e).

  • Dias (4,5) : après une masterclass réalisée face à Chelsea ce week-end, le capitaine réalisait une prestation compliquée : l'ex-Benfiquista se retrouvait souvent en retard dans les duels au sol face à Mbappé (38e, 39e) et Neymar (52e). Face à l'abattage de Mbappé, l'international portugais n'avait pas pu éviter le but du break.

  • Laporte (4) : l'international espagnol avait été le défenseur le plus en difficulté, en ayant été responsable sur les deux buts parisiens : non seulement, il ne suivait pas Gueye sur l'ouverture, mais il était aussi en retard sur Messi, qui partait seul à l'entrée de la surface pour ajuster Ederson (74e). Il était très tendu, se frittant à plusieurs reprises avec les joueurs parisiens, comme Gueye et Neymar.

  • Cancelo (4,5) : le latéral portugais semblait moins en vue offensivement comme défensivement, tant les attaques du PSG insistaient sur le couloir droit de la défense mancunienne, mais avait touché le plus de ballons dans son équipe (101). Sa bonne frappe à l'entrée de la surface de réparation est bien captée par Donnarumma (31e).

  • Rodri (5) : un début de match difficile pour l'ancien de l'Atlético, étant parfois en retard sur les seconds ballons, mais revient bien dans son match avec une interception sur Messi (22e). Malgré un carton jaune après une faute sur le contre de Mbappé (24e), il réussissait à vite se remettre dans une bonne dynamique dans l'entrejeu (8 ballons récupérés). Néanmoins, il paraissait prendre l'eau dans l'entrejeu, tout comme ses coéquipiers au milieu de terrain, face aux prestations accomplies de Verratti et Gueye.

  • De Bruyne (4,5) : le meneur de jeu belge était en deçà des espérances, en gardant trop le ballon parfois (21e). Il était à l'origine du superbe centre pour Sterling (27e), suivi du gros raté de B. Silva. Même si involontaire, sa semelle sur le haut de la cheville de Gueye aurait pu lui valoir une expulsion mais peut remercier la clémence de l'arbitre, qui ne lui adresse qu'un jaune (40e). En seconde période, il semble plus dangereux balle au pied (50e, 54e)

  • Silva (4,5) : l'ancien Monégasque était présent partout dans la moitié de terrain parisienne pour apporter des solutions offensives, en vain. Étonnamment, il ratait le cadre face au but vide et trouvait la barre transversale (27e) avant de tenter sa chance face à un Nuno Mendes en difficulté (34e). Il se proposait également beaucoup au second poteau dans les 20 derniers mètres, sans jamais être trouvé.

  • Mahrez (6) : il était l'homme le plus en vue dans le secteur offensif cityzen, profitant de la justesse défensive de Nuno Mendes, mais avec beaucoup de déchets (21 ballons perdus sur 91). Pour tenter de limiter le danger Nuno Mendes, l'Algérien s'était retrouvé très bas sur le terrain pour aider son coéquipier Walker. C'est par lui que passe les premières incursions dans la surface de City (14e, 17e), des frappes sans danger (2 cadrés sur 4). Il amenait le danger également par des centres rentrants, qui auraient pu trouver des coéquipiers, mais la défense parisienne n'avait pas laissé de chance dans sa surface. Ses deux derniers coups francs n'avaient pas fait trembler le dernier rempart italien (90e+2, 90e+3).

  • Sterling (4) : esseulé en première période dans ce rôle de numéro 9, le numéro 7 des Skyblues tentait le jeu dos au but, qui mettait à mal Kimpembe (7 duels gagnés au sol sur 8, 4 fautes subies). Sa première grosse occasion de la tête trouvait la transversale adverse (27e) avant de profiter du bloc haut parisien pour lancer son premier appel en profondeur mais sans danger (33e). Au retour des vestiaires, il avait encore failli surprendre dans le dos de la charnière centrale avec une frappe trop croisée (47e). Remplacé par Gabriel Jesus (78e), qui n'avait pas pu reprendre sa seule grosse occasion dans le temps additionnel (90e+3).

  • Grealish (4) : sans jamais être lancé dans la profondeur, l'ailier anglais était très en vue sur son côté gauche avec le ballon, mais n'arrivait pas à apporter le danger dans la zone de vérité adverse, grâce au gros travail défensif de Hakimi et Herrera. Il tardait à dégainer après avoir tenté de trouver la faille entre Verratti et Marquinhos, là aussi ça ne donnera rien (67e). Remplacé à la 68e par Foden, qui se montrait plus incisif sur le couloir gauche.

Revivez le film du match PSG-Manchester City

Plus d'infos

Commentaires