Didier Quillot : « le championnat de Ligue 1 reprendra et s'achèvera »

La nouvelle est tombée ce vendredi matin, la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé de suspendre ses championnats, la Ligue 1 et la Ligue 2. Didier Quillot et Nathalie Boy de la Tour étaient présents et le directeur général de l'instance a assuré que le championnat reprendrait et se finirait.

Didier Quillot, le directeur général de la LFP, avant la rencontre entre l'OM et le TFC
Didier Quillot, le directeur général de la LFP, avant la rencontre entre l'OM et le TFC ©Maxppp

Ce jeudi soir, sur les coups de 22h00, nous apprenions qu'un conseil d'administration extraordinaire de la Ligue de football professionnel (LFP) était convoqué en urgence. Au menu, la suspension ou non des compétitions professionnelles (Ligue 1 et Ligue 2). En Espagne et en Italie, la décision avait déjà été prise et c'est à un arrêt pur du football, pour cause d'épidémie du coronavirus, que nous avons affaire. Après l'allocution du Président de la République, Emmanuel Macron, ce jeudi soir, la LFP a décidé d’emboîter le pas de ses deux voisins européens.

La suite après cette publicité

« Suite aux annonces du Président de la République afin de répondre à la crise sanitaire liée au Covid-19, le Conseil d’Administration de la LFP a décidé à l’unanimité ce vendredi 13 mars de suspendre immédiatement les championnats de Ligue 1 Conforama et de Domino’s Ligue 2 jusqu’à nouvel ordre. Comme l’a souligné hier le Président de la République, il faut placer l’intérêt collectif au-dessus de tout. L’urgence est aujourd’hui de freiner l’épidémie, de protéger les plus vulnérables, et d’éviter les déplacements », pouvait-on ainsi lire sur le communiqué de la Ligue ce vendredi matin.

La LFP suit le Président de la République

Dans la foulée, un point presse était organisé en présence de Nathalie Boy de la Tour, la présidente de l'instance, et son directeur général Didier Quillot. « Nous avons décidé de convoquer un conseil d'administration juste après l'intervention du Président de la République pour poser, aux membres du conseil d'administration, la question suivante : doit-on suspendre nos championnats jusqu'à nouvel ordre en fonction du risque sanitaire et ce à effet immédiat, concernant la 29e journée, qui avait été prévue à huis clos total ? La réponse a été forte et sans ambiguïté. À l'unanimité, les membres du conseil d'administration ont voté pour cette décision. La situation a énormément évolué ces 24 dernières heures et c'est vrai que l'allocution du Président de la République a fait que nous devons contribuer à l'effort collectif et national en suspendant nos championnats jusqu'à nouvel ordre », a lâché la présidente.

Didier Quillot, son directeur général, a ensuite pris la parole pour faire la lumière sur ce « jusqu'à nouvel ordre ». « Nous participerons à la réunion de l'UEFA le 17 mars, à l'issue de laquelle nous ferons un nouveau conseil d'administration pour rendre compte des décisions qui ont été prises par l'UEFA et nous déciderons de la suite des événements. C'est pour ça que, la question de jusqu'à nouvel ordre, est à comprendre jusqu'aux prochaines décisions, en particulier compte tenu des décisions de l'instance européenne », a-t-il expliqué.

Point d'interrogation sur l'Euro

En outre, la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG) a décidé de décaler certaines choses comme le passage devant sa commission d'un mois. Les clubs passeront donc, au lieu de fin mai, fin juin. Monsieur Quillot a aussi avoué que les diffuseurs avaient été bien évidemment mis au courant en temps réel via la messagerie Whats'App. « Ils sont en soutien de ces décisions. On est dans une situation exceptionnelle, comme l'a dit le Président de la République, c'est la plus grande crise sanitaire depuis un siècle, les diffuseurs comprennent. Ce qu'ils attendent de nous c'est qu'on soit hyper réactif et qu'on les tienne au courant en tant réel et c'est ce que l'on fait », a précisé Didier Quillot.

Ce qu'on a compris, c'est que d'autres décisions seront prises après les choix de l'Union européenne des associations de football (UEFA). La Ligue était donc soumise à l'instance ? « Non. L'UEFA va décider de certaines choses, aujourd'hui, on ne sait pas quoi. Ils vont décider de choses qui vont peut-être libérer des dates. Si l'UEFA libère des dates... Dès l'instant où le championnat est suspendu, il faut qu'il reprenne et il faut qu'il s'achève. Pour cela il faut, premièrement, voir l'évolution des risques sanitaires, deuxièmement voir la libération éventuelle de dates que serait amené à faire l'UEFA, certains d'entre-vous l'ont fait en évoquant, avec un point d'interrogation sur l'Euro, c'est évident que c'est cela dont on parle quand il s'agit d'évoquer la libération des dates. S'adapter c'est prendre compte des risques sanitaires et tenir compte du calendrier après les décisions de l'UEFA. Nous, notre championnat est suspendu, il n'est pas arrêté et donc il reprendra et s'achèvera », a évoqué le DG. Relancé une dernière fois sur les risques que le championnat ne reprenne pas et l'absence, dans le règlement de la LFP, de lois inscrites pour désigner les Européens, les relégables ou même le champion, Quillot a dit que cette question n'était pas, à l'heure où on parle, d'actualité. Le casse-tête ne fait que commencer.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires