Allemagne : deux géants européens sur les traces du héros Robin Gosens

Excellent hier lors de la belle victoire de l'Allemagne contre le Portugal (4-2), Robin Gosens a pleinement exposé au grand public ses qualités de contre-attaquant. Brillant également en club avec l'Atalanta, le piston gauche est en train de passer un nouveau cap dans sa carrière et plusieurs clubs sont déjà sur les rangs.

Robin Gosens lors du 4-2 contre le Portugal
Robin Gosens lors du 4-2 contre le Portugal ©Maxppp

Une masterclass, voici comment on peut qualifier le match de Robin Gosens contre le Portugal (victoire 4-2) à l'occasion de la deuxième journée de la phase de poules de l'Euro 2020. International allemand depuis un peu plus d'un an, le joueur de 26 ans est en train d'exploser sur le tard, mais pour le plus grand bien de la Mannschaft. Homme du match et affublé d'un 9 par la Rédaction FM, il figure aussi dans le onze type de la deuxième journée de l'Euro 2020. Un joli samedi pour le natif de Emmerich am Rhein qui a déposé des contraventions à la défense portugaise. Car oui, le parcours de Robin Gosens est atypique. Malgré un essai à 15/16 ans du côté du Borussia Dortmund, il n'a pas rejoint de centre de formation et évoluait entre 2009 et 2012 du côté du petit club du VfL Rhede.

La suite après cette publicité

Une trajectoire atypique

Plutôt du genre à s'amuser avec ses amis et pas trop sérieux à ce moment-là, il a changé d'état d'esprit comme il l'a expliqué à The Athletic il y a un an : «je suis incroyablement heureux d’être devenu un pro de cette façon. Je sais que ce n'est pas la norme de nos jours, mais je ne suis honnêtement pas sûr que j'aurais réussi si j'avais rejoint une académie à 16 ou 17 ans. Je suis un esprit libre, j'avais besoin de cette expérience en tant que jeune, faire beaucoup de bêtises, afin devenir le joueur et l'être humain que je suis aujourd'hui. Je suis en paix avec moi-même parce que je n'ai pas l'impression d'avoir raté ma jeunesse. J'ai fait toutes les erreurs que je devais faire. Les bières d'avant-match ne sont plus viables. Il faudra attendre les vacances.»

Petit-fils d'un policier, il a d'ailleurs failli suivre cette voie, mais une opportunité a changé son destin. Quittant l'Allemagne pour les Pays-Bas à 18 ans, il va avoir enfin la possibilité de devenir professionnel en passant par le Vitesse Arnhem, le FC Dordrecht afin de signer à l'été 2015 à l'Heracles Almelo. La suite est allée très vite puisqu'en juillet 2017 il rejoint l'Atalanta contre 900 000 euros et deviendra en 4 ans un latéral/piston de référence sur la scène européenne. Travailleur, il n'a pas lésiné sur les efforts pour atteindre son objectif : «le rêve était si grand que je me suis promis de ne jamais arrêter de travailler et d'essayer de m'améliorer. Je pense qu'il y a encore un potentiel inexploité. Je veux aller plus loin, je veux plus, je ne me reposerai jamais sur mes lauriers. Je pense que c'est ce qui me différencie des autres joueurs. La plus belle chose que vous puissiez faire est de jouer au football pour gagner votre vie, j'en suis conscient. Chaque jour.»

Un joueur ultra décisif suivi par les plus grands

Sous les ordres de Gian Piero Gasperini à l'Atalanta, il a étoffé sa palette et s'est mué en vrai danger dans les trente derniers mètres. Un défenseur capable d'apporter le surnombre et de faire mal, voici ce qu'était devenu Robin Gosens. «L’année dernière, j’entrais souvent dans le dernier tiers, mais je n’avais pas le bon timing pour atteindre le ballon, j’étais soit trop en avant, soit encore en retard. J'ai analysé mes faiblesses et mes erreurs, en regardant beaucoup de matches. Avec l'aide des entraîneurs, j'ai réussi à vraiment m'améliorer là-dessus. J'ai aussi passé beaucoup de temps sur le terrain d'entraînement pour finir, avec la tête, le pied gauche, le pied droit» révélait-il en 2020 à The Atletic. Cela s'est ressenti statistiquement avec 10 buts et 8 passes décisives en 43 matches lors de l'exercice 2019/2020 et 12 buts et 8 passes décisives en 44 matches cette saison.

Devenu titulaire en tant que piston gauche avec Joachim Löw dans un 3-4-3, il est en train de s'affirmer avec la Mannschaft. Buteur et passeur contre la Lettonie (7-1) lors du dernier match de préparation, il est impliqué sur les 4 buts contre le Portugal (4-2). En train de devenir incontournable en sélection, Robin Gosens est en train de confirmer un peu plus ce qu'il montrait en Italie avec l'Atalanta. Si bien que son avenir va devenir une question importante cet été. Si le joueur se sent bien du côté de la Dea, il est néanmoins sous contrat jusqu'en juin 2022. Même s'il dispose d'une option d'un an, un très bon championnat d'Europe devrait amener plusieurs cadors européens à se positionner sur le dossier.

Ainsi, Bild explique que plusieurs clubs sont sur les traces de Robin Gosens. Parmi eux on retrouverait le FC Barcelone et l'AC Milan notamment. Si le prix de 35 millions est évoqué, le contrat du joueur de la Dea qui sera à un an de son terme risque d'entrer dans la balance. De plus, Robin Gosens dispose pour le moment d'un salaire accessible pour les meilleures écuries puisqu'il touche 2 millions d'euros par saison. «Il arrive certainement que vous vous retrouviez dans le viseur d'autres équipes grâce à un tel exploit. On verra ça après l'Euro» avait lâché hier Robin Gosens après la victoire allemande contre le Portugal. Son mercato n'est pas encore officiellement lancé, mais le piston gauche sera scruté de toute part lors de la suite de cet Euro 2020.

Plus d'infos

Commentaires