OM - Tottenham : les notes du match

Par La Rédaction FM
12 min.
OM - Tottenham : les notes du match @Maxppp

C'était l'affiche tant attendue de cette dernière journée du groupe D de la Ligue des Champions, l'Olympique de Marseille accueillait Tottenham mardi soir, au stade Vélodrome. Les Phocéens ont chuté contre les Spurs (1-2), à la toute dernière seconde, au cours d'une rencontre qui avait pourtant si bien démarré pour les Marseillais.

La suite après cette publicité

Une finale pour l'OM. Si celle de la Ligue des Champions semble inaccessible pour le club phocéen à l'heure actuelle, c'était bien l'odeur d'un match décisif qui se humait aux alentours d'un Orange Vélodrome surchauffé ce mardi soir. Une victoire face à Tottenham et l'OM était qualifié pour les huitièmes de finale. Cette perspective enflammait logiquement le public, à la hauteur de l'événement. Et les joueurs ? Dans son 3-4-3 habituel, avec Guendouzi et Harit en soutien de Sanchez, le club phocéen entamait la rencontre avec beaucoup d'intensité et procurait un premier frisson aux supporters, avec un centre d'Harit prolongé de la tête par Sanchez. Cela passait à côté des buts gardés par Hugo Llloris (3e).

Ce début de match emballant était contrebalancé par le premier coup dur, la sortie d'Eric Bailly dès la 9e minute, sur blessure, remplacé par Gigot. Sanchez alertait de nouveau Lloris (19e), et, cette fois-ci c'est un joueur de Tottenham qui était obligé de céder sa place, à savoir Son, touché au visage dans un contact aérien avec Mbemba. Le rythme retombait après une longue interruption de jeu, mais Veretout réveillait le stade d'une magnifique frappe du gauche, que Lloris détournait impeccablement (34e). Marseille accentuait encore plus la pression, les corners se multipliaient. Sur l'un d'eux, vite tiré, Veretout trouvait Mbemba au deuxième poteau, qui claquait une tête phénoménale pour battre Lloris (1-0, 45+2e).

À lire Panic buy, transferts ratés, voltes-faces, propositions osées : les croustillantes histoires du mercato d’hiver de L1

Kolasinac loupe la balle de match

Au retour des vestiaires, Tottenham se montrait enfin plus entreprenant. Pau Lopez enlevait d'une manchette un ballon de but promis à Kane (49e). Et l'OM craquait rapidement. Sur un coup-franc tiré par Perisic, Lenglet s'élevait dans les airs plus haut que tout le monde et battait Lopez (1-1, 54e). Tout était à refaire pour l'OM, qui ne se laissait pas abattre et repartait à l'attaque. Harit s'essayait à la frappe de loin, au-dessus (59e). Tottenham était plus tranchant et Kane passait tout près de profiter d'un ballon relâché par Pau Lopez (63e).

La suite après cette publicité

Tudor attendait la 73e minute pour réaliser ses premiers changements. Out Gigot, Clauss et Veretout, in Kolasinac, Kaboré et Under. Des choix particuliers, qui n'avaient pas un grand impact sur le jeu phocéen. Les Olympiens s'en sortaient même bien puisque Höjbjerg trouvait la barre transversale sur une frappe surpuissante (81e). Un signe du destin ? Sanchez était contré in extremis dans la surface, Tudor lançait Suarez à la place de Rongier, et tout le Vélodrome retenait son souffle. Kolasinac ratait l'immanquable de la tête sur un centre merveilleux d'Under (88e). L'OM pouvait avoir des regrets à la fin de cette rencontre dominée, une de plus, qu'il aurait dû gagner. Lot de consolation, le résultat de l'autre match, entre le Sporting et l'Eintracht Francfort, lui offrait un ticket pour la Ligue Europa. Du moins le pensait-on, jusqu'au contre fatal, mené par Kane et fini par Höjbjerg (1-2, 90+5). L'OM a tout perdu.

L'homme du match : Hojbjerg (7,5) : le milieu franco-danois invisible en première mi-temps, a donné de la voix au retour des vestiaires, tout en étant plus présent en faisant remonter son équipe quand elle en avait besoin. Son équipe avait un peu plus le ballon après la pause et a essayé de proposer des combinaisons. Voit sa frappe puissante point de penalty atterrir sur la barre (81e) qui était tout proche de donner l'avantage à Tottenham. Averti d'un jaune (90+1) mais crucifie l'OM dans les dernières secondes après un contre dévastateur, se clôturant par une frappe croisée poteau rentrant (90+5), venant récompensé sa grosse deuxième mi-temps.

La suite après cette publicité

OM :

  • Pau López (5,5) : après une première période calme où il n'a pas eu grand chose à faire malgré quelques interventions aériennes avant la pause, l'Espagnol a effrayé le peuple marseillais à plusieurs reprises (64e). Fort heureusement pour l'OM, il n'a pas commis de graves erreurs. Une prestation en somme toute correcte marquée par quelques sorties bien anticipées. Il ne peut rien faire sur les deux buts des Spurs.

  • Mbemba (7,5) : une nouvelle fois, le roc congolais a été l'un des meilleurs marseillais. Avec un rôle assez particulier de défenseur relayeur, capable de réaliser de longues montées précieuses en attaque, Mbemba a été décisif sur corner en inscrivant l'ouverture du score d'un coup de tête surpuissant (45e+2). Plusieurs fois, il a été indispensable dans la récupération avec cinq interventions précieuses. Le Congolais a été le seul ayant eu la bravoure de revenir défendre sur le 2e but de Tottenham, proposant un duel physique à Kane (90e+5).

  • Bailly (non noté) : l'Ivoirien est vite sorti sur blessure. Remplacé par Gigot (5,5) à la 10ème minute. L'entrée du défenseur français a été plutôt remarquée en première période, notamment avec un coup de casque sur un corner tiré par Veretout (43e). Il a été plutôt propre et concentré dans un premier acte où le secteur défensif n'a pas été trop inquiété par de faibles Spurs. Remplacé par Kolasinac à la 73e minute qui a raté l'immanquable de la tête sur un super centre d'Under (88e).

  • Balerdi (6) : en voilà une bien belle prestation du défenseur argentin, il a montré une belle force de caractère avec assurance et solidité. Il a remporté la plupart de ses duels avec anticipation et propreté. Notons également son impact sur les relances avec 93% passes réussies et six longues ouvertures sur sept tentées. Difficile de demander plus à Balerdi ce soir.

  • Clauss (4,5) : un match bien compliqué pour l'ancien Lensois qui, contrairement à Tavares sur l'autre côté, n'a pas su profiter des ballons sur son aile, pourtant impliqué par ses coéquipiers dans le premier quart d'heure. Timide, discret voire transparent par moment, il a manqué de confiance en attaque sans se montrer présent en défense. Clauss a perdu un total de 10 ballons et n'a réussi aucun de ses centres. Remplacé par Kaboré à la 73e minute

  • Rongier (4) : le capitaine marseillais a eu du mal à avoir un vrai impact dans le premier acte dominé par l'OM, trop discret et timide dans l'animation offensive de son équipe. Il perd son duel de la tête avec son compatriote Clément Lenglet sur le coup franc tiré par Ivan Perisic qui conduit à l'égalisation britannique (54e). Remplacé par Suarez à la 83e minute

  • Veretout (6,5) : l'ancien milieu de la Roma a été décisif en première période en déposant une galette sur la tête de Mbemba sur l'ouverture du score de l'OM (45e+2). Un peu plus tôt dans la rencontre, Veretout a décroché une frappe surpuissante après un joli contrôle, mais Lloris était présent pour repousser son tir (34e). Remplacé par Under à la 73e minute

  • Nuno Tavares (6) : le collectif marseillais est passé à plusieurs reprises sur l'aile gauche du Portugais qui a donné de très bons ballons à Sanchez (19e). Il a désorganisé le système de Spurs en provoquant de nombreuses fautes, d'ailleurs Ryan Sessengon a eu des difficultés à maintenir l'énergie du latéral phocéen. Tavares a également réalisé un solide travail défensif en contrant les tentatives.

  • Guendouzi (5,5) : dans un rôle encore une fois pas simple, alternant numéro 10 à la création et relayeur plus bas, le milieu français a commis peu d'erreurs, peu de déchets techniques, affichant plus de 89% passes réussies. Seul bémol : il est parfois trop lent dans ses décisions, ralentissant les situations de contres rapides lancées par les Marseillais. Malheureusement, en seconde période, Guendouzi a trop disparu de l'axe phocéen.

  • Harit (6) : il a été parmi les plus précieux de l'OM en première mi-temps, en se montrant indispensable dans la construction de belles occasions avec une connexion huilée entretenue avec Alexis Sanchez qu'il a servi dans les espaces avec brio. Aux 25 mètres plein axe, Harit a décroché une lourde frappe du droit, juste au-dessus de la barre de Lloris (49e). Efficacité, régularité, cohérence ont été les maîtres mots de sa performance offensive.

  • Sanchez (6,5) : s'il n'a pas marqué en première période, il a été précieux à chaque touchée de ballon. En réalisant de très bons appels, le Chilien a été dangereux dans la plupart de ses frappes. Sanchez a été à la conclusion de nombreuses belles opportunités phocéennes. Sa tête croisée a frôlé le poteau de Lloris (3e), alors que sa frappe en pivot puissante a été repoussée par le portier français (19e). Souvent très bien placé, il a montré une grosse activité en décrochant, prenant ainsi ses responsabilités offensives.

La suite après cette publicité

Tottenham :

  • Lloris (6,5) : sollicité dés le début de la rencontre, le capitaine des Spurs et des Bleus a été sérieux et exemplaire. Le portier a été décisif devant une première tentative puissante de Sanchez (19e) puis sur une magnifique demi-volée de Veretout (33e). Le coup de tête de Mbemba bien placé ne lui a pas permis de repousser l'ouverture du score marseillaise (45+2).

  • Dier (5) : l'activité d'Amine Harit l'a quelque peu gêné. N'a pas hésité à monter avec le ballon afin de faire remonter son bloc et apporter offensivement mais ses relances était parfois plus que douteuses. Il est intervenu efficacement devant une passe d'Harit pour Tavares en profondeur (51e).

  • Lenglet (6) : se fait un petit peu surprendre par l'appel de Sanchez, finissant par une tête du chilien passant à ras du poteau de son gardien (3e). Légèrement fautif sur le but de Mbemba avec Bentancur, laissé complètement libre second poteau. L'international français prêté par le Barça a réduit le score d'une tête décroisée sur un joli centre de Perisic (54e) en prenant facilement le dessus sur Rongier. Signe de son engagement, il fut averti par un carton jaune après un retard sur Tavares (57e).

  • Davies (4,5) : concentré défensivement (14e) face aux attaques marseillaises, le Gallois était néanmoins un peu moins précis dans ses relances et performant que ses compères de l'arrière garde. Force est de constater qu'il n'a pas paniqué balle aux pieds dans le dernier quart d'heure, en étant propre avec ou sans ballon.

  • Perisic (6) : le finaliste du Mondial 2018 était retranché dans son camp comme ses coéquipiers face à la maîtrise olympienne et le positionnement très haut de Clauss en première période. Sa bonne qualité de centre a parlé avec une passe décisive sur un coup de pied arrêté délicieux déposé sur la tête de Lenglet (55e). Auteur du sauvetage de la phase de poules de son équipe sur une frappe de Sanchez (83e). Précieux en fin de match.

  • Hojbjerg (7,5) : le milieu franco-danois invisible en première mi-temps, a donné de la voix au retour des vestiaires, tout en étant plus présent en faisant remonter son équipe quand elle en avait besoin. Son équipe avait un peu plus le ballon après la pause et a essayé de proposer des combinaisons. Voit sa frappe puissante point de penalty atterrir sur la barre (81e) qui était tout proche de donner l'avantage à Tottenham. Averti d'un jaune (90+1) mais crucifie l'OM dans les dernières secondes après un contre dévastateur, se clôturant par une frappe croisée poteau rentrant (90+5).

  • Bentancur (5) : a énormément demander le ballon pour créer des relais avec ses coéquipiers mais très peu de possibilité durant le premier acte lorsque son équipe a pris un mistral violent. L'Uruguayen s'est calé dans un milieu à trois après la sortie de Son en évoluant un peu plus haut. Son apport était bien plus visible au retour des vestiaires avec de grosses course vers l'avant et du pressing constant. Remplacé par Skipp (84e)

  • Sessegnon (3) : positionné en tant que piston droit, l'Anglais a eu du mal dans son match avec des fautes, de l'indiscipline et des mauvaises relances. Également un mauvais placement, il a pris l'eau dans son couloir par Tavares puis par Clauss après avoir permuté avec Perisic. Remplacé par Emerson (45e) qui a tenté de redonner du "peps" à la formation londonienne avec une belle animation dans son couloir droit. Sa vitesse lui a permis de répondre face aux montées de Tavares. Note : 5,5.

  • Lucas Moura (5,5) : l'ancien du PSG a beaucoup défendu avant la pause mais lorsqu'il avait l'occasion de montrer sa vitesse de percussion, il s'est mis à exécution (55e). Bien plus en vue par la suite dans la rencontre, avec des appels tranchants et des centres dangereux, occasionnant de gros efforts pour les défenseurs marseillais. Remplacé par Gil (90+3)

  • Kane (5) : discret offensivement en début de match, le numéro 10 anglais a fait les efforts défensifs. Il s'est illustré pour la première fois du match par une frappe déviée par Lopez en corner (45+7). Surpris par le ballon relâché par Lopez qui aurait pu donner l'avantage aux siens après un centre fort devant le but de Lucas. Chancel Mbemba l'a privé de marquer en fin de match en s'interposant parfaitement devant lui mais a effectué la passe décisive pour Hojbjerg pour anéantir les espoirs olympiens (90+5).

  • Son (non noté) : le Sud-Coréen n'a fait que défendre car l'OM avait le ballon pendant tout le temps qu'il était sur le terrain. N'a eu aucune opportunité de s'exprimer, avant de sortir rapidement dans la rencontre, choqué au niveau de la tête lors d'un duel avec Mbemba. Remplacé par Bissouma (29e) qui s'est installé avec Hojbjerg et Bentancur. L'ancien pensionnaire du LOSC a apporté de l'impact dans l'entre-jeu avec une présence importante. Note : 6,5.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité