Manchester City : Joško Gvardiol, le nouveau coup de maître de Pep Guardiola

Par Dahbia Hattabi
6 min.
Gvardiol (Manchester City) @Maxppp

Recruté à prix d’or l’été dernier, Joško Gvardiol a mis du temps à mettre tout le monde d’accord à Manchester City. Mais il est en train de prendre petit à petit le pouvoir.

Pep Guardiola est un fin tacticien. Mais l’Espagnol est aussi un magicien pour certains. L’an dernier, l’entraîneur de Manchester City avait sorti un coup de génie de son chapeau en offrant à John Stones, un rôle hybride entre la défense et le milieu de terrain. Cette saison 2023-24, l’ancien coach du FC Barcelone et du Bayern Munich est félicité pour avoir en quelque sorte transformé Joško Gvardiol. Prometteur défenseur central capable également d’évoluer au poste de latéral gauche, le roc croate de Leipzig a rejoint les Skyblues durant le dernier mercato d’été. Malgré les approches du Real Madrid et les conseils de Luka Modric, le natif de Zagreb a opté pour City, qui a misé 90 M€ (hors bonus) pour s’attacher ses services jusqu’en juin 2028.

La suite après cette publicité

Une recrue à 90 M€

Très attendu chez les pensionnaires de l’Etihad Stadium, le joueur de 22 ans arrivait avec l’étiquette d’un jeune talent à la réputation solide grâce à ses bonnes prestations à Leipzig (41 matches, 3 buts et une Coupe d’Allemagne remportée) et sa belle Coupe du monde 2022. Mais en Angleterre, il a connu des premiers pas mitigés, voire compliqués. Ce n’est pas forcément surprenant puisqu’il est arrivé avec l’étiquette de défenseur le plus cher de la planète football. Il lui fallait également s’adapter à un nouveau football, un nouveau championnat et un nouvel entraîneur. Et Pep Guardiola a justement eu certaines exigences envers sa recrue, qui devait composer avec la concurrence de Ruben Dias, Nathan Aké, John Stones ou encore de Manuel Akanji.

À lire Scott Carson prolonge d’un année avec Manchester City

Dans ce contexte, faire sa place au sein de l’arrière-garde anglaise était une mission tout sauf simple donc. Mais c’est aussi la loi du haut niveau. Et Gvardiol l’a vite compris, lui qui n’a pas forcément été mis dans les meilleures dispositions puisque son entraîneur ne l’a pas forcément utilisé à son poste préférentiel dans l’axe. Mais il a accepté sans broncher. «Quand j’étais jeune, j’ai joué aussi bien comme arrière gauche, mais aussi comme numéro six. J’ai beaucoup changé de poste. Finalement, à 19 ans, j’ai commencé à jouer comme défenseur central. C’est juste mon poste, ça me convient parfaitement», a-t-il avoué en octobre dernier. Puis, il avait évoqué sa progression aux côtés de son nouvel entraîneur.

La suite après cette publicité

Un véritable couteau suisse

«J’ai encore beaucoup à apprendre de l’entraîneur Guardiola (…) J’aime la façon dont il traite chaque joueur. Il se soucie, comme tout entraîneur. Il essaie de réparer chaque faiblesse du joueur. Nous pouvons voir le calme avec le ballon chez chaque joueur, ils n’ont pas peur de jouer avec le ballon. C’est ce qui rend Manchester City spécial.» Là-bas, il a su petit à petit trouver sa place et prendre le pouvoir, alors qu’il évolue au poste de latéral gauche. Cette saison, il a donc pris part à 36 rencontres toutes compétitions confondues dont 34 dans la peau d’un titulaire. Il a aussi délivré 2 assists et marqué 5 buts. Ces 5 réalisations ont été inscrites lors des 7 derniers matches de City (1 en Ligue des Champions contre le Real Madrid, 4 en Premier League).

Il reste d’ailleurs sur un doublé face à Fulham ce week-end. Il aurait pu d’ailleurs s’offrir un triplé s’il avait tiré le pénalty des Skyblues. Mais il a préféré laisser Julian Alvarez le frapper alors qu’il aurait pu devenir le premier défenseur du championnat à inscrire un triplé. L’essentiel était ailleurs pour le Croate qui récolte les bons points. Le Manchester Evening News a écrit à son sujet : «Joško Gvardiol est devenu la deuxième recrue la plus chère de Manchester City cet été, coûtant 90 M€. Cela semblait un prix remarquablement élevé pour quelqu’un d’aussi inexpérimenté, mais City était suffisamment confiant pour le recruter pour la prochaine décennie. À peine 39 matchs plus tard, et ces frais records pour une signature défensive de City semblent être une bonne affaire. Surtout s’il joue ainsi pendant neuf saisons supplémentaires».

La suite après cette publicité

Un buteur précieux

Le MEN ajoute : «il a fallu 33 matchs à Gvardiol pour inscrire son premier but alors qu’il se déroulait en beauté au Bernabéu. En incluant ce match, il compte désormais cinq buts, grâce à son merveilleux effort solo à Craven Cottage (…) Qu’un défenseur central jouant hors de sa position à l’arrière gauche soit dans une telle forme de but montre à quel point il s’est adapté aux exigences de Pep Guardiola en si peu de temps». Marca est du même avis. «Le dernier "miracle" de Guardiola : en neuf mois, il transforme le défenseur "confus" et "perdu" de 90 M€ en une machine à marquer (…) Une fois adapté à la Premier League et à son nouveau poste, Gvardiol est devenu l’arme secrète offensive de Pep Guardiola à Manchester City : 5 buts lors des 7 derniers matches.» Journaliste spécialiste du football anglais, Salim Baungally est également charmé.

«Gvardiol, c’est le cas concret de ce qu’aime faire Pep Guardiola. Prendre un joueur, petit à petit lui donner du temps mais avec parcimonie, le faire monter pour devenir un joueur important. Quand je dis important, ce n’est pas forcément un joueur qui va être titulaire à chaque match. C’est un joueur qui peut être titulaire à chaque match. La nuance est importante chez Guardiola. Il double quasiment tous ses postes et son intérêt est d’avoir un banc qui peut être là à tous moments. Par exemple, Doku n’est pas titulaire indispensable mais c’est un gars qui peut être titulaire. Pour Gvardiol, c’est ça aussi. Il a réussi en moins d’une saison à devenir ce joueur-là. Ce qui est très important. Tous n’ont pas réussi à le faire, comme par exemple Kalvin Philipps, qui est le pire exemple de joueur sur lequel Guardiola comptait beaucoup, qui s’est blessé rapidement et qui au final est devenu un joueur non désiré par City.»

La suite après cette publicité

La patte Guardiola

Il poursuit : «Gvardiol est devenu dans l’esprit de Guardiola quelqu’un d’important. Dans son jeu, au-delà d’être un bon défenseur, c’est quelqu’un qui peut dépanner potentiellement sur le côté. Et puis, il marque des buts, qui sont des buts clés d’ailleurs. Ce sont de jolis buts pour certains. Il est vrai que ça surprend de voir Gvardiol comme ça. A la base, il n’est pas là pour marquer des buts. Mais c’est un bonus non négligé par City et quand on lit certains articles en Angleterre, on se dit que c’est la méga trouvaille de Guardiola. Ce n’est pas une découverte car Gvardiol était surveillé quand il était à Leipzig, mais City a vraiment fait le forcing pour réussir à le récupérer. Il n’a que 22 ans. Donc ça peut durer longtemps. Il peut devenir un futur très grand cadre de la défense de Manchester City.»

L’exigeant Guardiola sera là pour l’aiguiller. L’Espagnol a récemment estimé qu’il est encore perfectible. «Il y a eu une période tellement incertaine qu’elle n’a pas été vraiment bonne. Samedi, il l’a recadré malgré son doublé. «Je pense que Josko n’a pas joué sa meilleure mi-temps après la pause. Il a perdu beaucoup de ballons et n’a pas toujours été proche de son adversaire. Bien sûr, ses buts sont les bienvenus, mais il doit dominer son adversaire. Josko n’a que 22 ans, il ne peut que s’améliorer.»* Sous les ordres de Pep Guardiola et entouré de joueurs de très haut niveau, il est certain que le Croate va encore progresser. Mais il est déjà un autre joueur que celui qui a débarqué en Angleterre il y a quelques mois. Il aura l’occasion de le montrer une nouvelle fois mardi soir lors d’un match capital face à Tottenham. Le genre de rendez-vous qu’il aime.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité