Rien ne va plus en Premier League

Le communiqué de la Premier League vendredi et les récentes décisions de certains clubs ont provoqué un tollé en Angleterre, où les différentes forces s'opposent.

La Premier League au coeur d'une bataille
La Premier League au coeur d'une bataille ©Maxppp

Vendredi, la Premier League publiait un communiqué pour mettre à jour ses décisions concernant la crise liée au coronavirus. Tout semblait rondement mené et plein de bonnes intentions, avec plus de 20 M€ offerts aux services de santé, l'annonce de la consultation des joueurs pour une baisse de salaire de 30 % et l'aide aux divisions inférieures avec 125 millions de livres sterling envoyées. Tout cela n'a pas fait long feu et a volé en éclats au cours du week-end. Premièrement, et de manière assez inattendue, les joueurs, via le syndicat PFA, ont refusé les solutions proposées par les clubs et la baisse de salaire. Pas dans leur intérêt personnel, mais par suspicion.

La suite après cette publicité

Comme nous vous l'avons expliqué dans notre revue de presse, iIs veulent aider et ne sont pas fermés à une réduction salariale, mais cela doit profiter aux personnes qui en ont besoin et non pas aux riches propriétaires des clubs, comme ils le redoutent. Le président de la PFA, Gordon Taylor, a ainsi demandé aux clubs d'être plus transparents sur leurs données financières. « Je pense que s’ils [les clubs] ne peuvent pas faire cela et expliquer la position dans leur intégralité, ils ont tout à fait le droit de s’attendre à ce que les joueurs se méfient de ce qui se passe », a-t-il expliqué dans les colonnes du Daily Telegraph.« Les joueurs n'ont pas seulement une cervelle dans les pieds. Ils veulent en connaître les raisons et où cela va », poursuit-il en évoquant l'argent récolté d'une baisse salariale.

Gary Neville épingle les mauvaises décisions

Cela coince auprès des joueurs donc, avec lesquels la tension monte. Puisqu'un accord global a échoué, chaque club devra gérer de son côté. C'est ce qu'il s'est déjà produit concernant la mise en chômage partiel des employés de plusieurs formations. Tottenham a été le premier à le faire et a essuyé une pluie de critiques, mais ce n'est rien à côté de Liverpool, qui a suivi le mouvement et récolte énormément de critiques. Le club a obtenu d'excellents résultats financiers ces dernières années et les supporters ont demandé plus d'explications quant à cette décision, qui ne passe clairement pas.

Du côté des anciens joueurs et consultants, la manière de gérer les conséquences de l'épidémie sur le championnat est jugée catastrophique. Gary Neville, l'ancien latéral droit de Manchester United et consultant pour Skysports, a publiquement épinglé la direction de la Premier League. Dans une série de tweets, il a critiqué la décision d'avoir fait jouer les rencontres lors du week-end du 8 mars dernier, de passer certains staffs en chômage partiel, de ne faire qu'avancer de l'argent aux divisions inférieures au lieu de l'offrir, et de créer un fossé avec les joueurs en les faisant passer pour les méchants de l'histoire (en raison de refus d'accéder à la baisse de salaire de 30 % pour les raisons évoquées plus haut). Considérée comme le meilleur championnat au monde, la Premier League connaît des heures sombres.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires