M'Bala Nzola raconte la folle montée de la Spezia en Serie A

Pour la première fois en 124 ans d'histoire, la Spezia évoluera en Serie A. M'Bala Nzola, attaquant franco-angolais décisif durant la saison et les play-offs, raconte à Foot Mercato cette belle aventure.

M'Bala Nzola, à droite, célèbre la montée en Serie A avec Spezia
M'Bala Nzola, à droite, célèbre la montée en Serie A avec Spezia ©Maxppp

Historique. Au terme d'une série de play-offs haletante, la Spezia a obtenu son billet pour la Serie A. C'est la première fois depuis sa création, il y a 124 ans, que le club italien évoluera dans l'élite. L'attaquant franco-angolais M'Bala Nzola (24 ans), auteur de 7 buts en Serie B cette saison avec l'écurie transalpine, a activement participé à ce moment d'histoire, qu'il a bien voulu raconter à Foot Mercato. «C'était important pour nous, pour la ville, pour le club qui n'a jamais connu la Serie A, on voulait leur offrir ça. Sur le coup, après la finale des play-offs (contre Frosinone), je n'ai pas ressenti d'émotion particulière. Mais quelques jours après, je me suis rendu compte de ce qu'on avait fait : quelque chose de grand. Mais sur le coup, c'était normal pour moi», nous a-t-il confié.

La suite après cette publicité

L'engouement provoqué par la montée chez les supporters et les habitants de la ville a également marqué celui qui est fier d'avoir écrit la plus belle page de l'histoire du club. «C'est historique, on est dans la légende de ce club-là. On est les premiers à avoir réussi ça. Ça va rester, et longtemps», a-t-il ajouté, le sentiment du devoir accompli. Pourtant, l'exercice n'avait pas spécialement bien démarré pour lui. «J'ai commencé la saison avec Trapani, ça ne s'est pas bien passé (14 apparitions toutes compétitions confondues, 2 buts)», a-t-il expliqué. C'est à son arrivée à la Spezia, sous la forme d'un prêt, en janvier, qu'intervient le déclic. «Ça m'a fait un bien fou, c'était un autre environnement. J'ai pu jouer mon vrai football. J'ai beaucoup marqué, comparé à la première partie de saison, ça m'a fait du bien», nous a-t-il indiqué.

Habitué des montées en Italie

Décisif lors des play-offs de montée en Serie B en 2018/19 avec Trapani (buteur en finale retour contre Piacenza, 2-0), le natif de Troyes a récidivé cette année, en inscrivant un but ô combien important en demi-finale, face au Chievo Vérone (3-1). «Le troisième but contre le Chievo oui, alors que je venais de louper un face-à-face, ça m'a débloqué, ça m'a fait du bien», nous a raconté celui qui est une sorte de totem d'immunité pour ses équipes ces dernières saisons. Son prêt à la Spezia étant terminé, il attend de savoir où il jouera la saison prochaine.

«La Serie A ? J'espère bien. Je suis prêté. Il y a une option d'achat, mais pas obligatoire. J'attends de voir où je jouerai l'année prochaine. J'espère en Serie A. On est en train de parler, de négocier, j'attends de voir», nous a-t-il glissé, donnant la priorité à la Spezia malgré l'intérêt d'autres clubs de l'élite (Hellas Vérone, Crotone), histoire de poursuivre sa grande aventure. Et une belle histoire pour celui qui, après sa formation à Troyes, était parti très tôt, en 2014, au Portugal.

Un avenir incertain, les conseils d'Anelka

«Je suis parti deux ans au Portugal. Je me suis retrouvé là-bas grâce à mon agent. Après un essai, j'ai signé à l'Académica. C'était une expérience que je devais vivre. J'ai fait deux matches avec les pros, dont un contre Porto, en Coupe, durant lequel j'avais marqué d'ailleurs (puis il a disputé une saison à Sertanense en Campeonato do Portugal, 9 buts toutes compétitions confondues). Ça reste un bon souvenir, une bonne expérience. Je suis ensuite venu en Italie en 2016, à Francavilla (11 buts en Serie C), puis une saison à Carpi en Serie B avant d'aller à Trapani puis à la Spezia», nous a conté celui qui bénéficie des conseils d'un certain Nicolas Anelka.

«Oui, je l'ai rencontré quelques fois. Il m'a conseillé. Je l'ai revu récemment, on a fait un petit entraînement, il m'a donné des conseils sur mon placement, mes déplacements, mes appels, les petits détails de mon jeu que je peux améliorer. Ça m'aide beaucoup d'avoir ses conseils. Il y a des choses que je faisais, mais mal, il me corrige. C'était un grand attaquant, je ne peux que suivre ses conseils. Ça m'aide à progresser», nous a-t-il révélé. À l'étranger depuis six ans, M'Bala Nzola n'a jamais cessé de penser à un retour en France. «Revenir en France, j'y pense tout le temps. Après, il faut voir le club qui peut me correspondre, mais c'est dans un coin de ma tête», a-t-il conclu. Avant cela, il lui reste, on l'espère, une autre page de l'histoire de la Spezia à écrire. La première en Serie A.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires