La Real Sociedad nage en plein cauchemar avant un choc crucial face au PSG !

Par Josué Cassé
3 min.
Takefusa Kubo sous le maillot de la Real Sociedad. @Maxppp

En crise de résultats ces dernières semaines et d’ores et déjà condamnée à l’exploit après sa défaite (0-2) au Parc des Princes le 14 février dernier, la Real Sociedad traverse une période pour le moins compliquée avant d’accueillir le Paris Saint-Germain, le 5 mars prochain, dans le cadre du 8e de finale retour de la Ligue des Champions.

Souvenir enchanté de la Catalogne, véritable traumatisme de la Ville Lumière, la remontada historique réalisée par le FC Barcelone, le 8 mars 2017 au Camp Nou, face au Paris Saint-Germain (0-4 à l’aller, 6-1 au retour) demeure forcément une source d’inspiration pour la Real Sociedad à l’heure où nous écrivons ces lignes. Dos au mur après sa défaite (0-2) au Parc des Princes, le 14 février dernier, le club basque aura forcément à cœur de renverser la tendance dans moins de deux semaines et ainsi faire vivre un nouveau cauchemar aux Parisiens. Portées par son public et l’ambiance incandescente d’Anoeta, les troupes d’Imanol Alguacil devront, pour cela, sortir le grand jeu. Oui, mais voilà, à quelques jours de ce rendez-vous crucial, les Txuri-urdinak n’ont clairement pas la faveur des pronostics et les récents évènements vécus par la formation basée à Saint-Sébastien ne risquent pas de rudoyer les bookmakers…

La suite après cette publicité

Vendredi soir, le club présidé par Jokin Aperribay a, en effet, une nouvelle fois démontré toute sa fragilité actuelle. Défaits (1-3) à domicile par le Villarreal de Marcelino, futur adversaire de l’OM lors des 8es de finale de la Ligue Europa, les Basques continuent, plus que jamais, d’inquiéter. Forte d’une seule petite victoire lors des sept derniers matches toutes compétitions confondues (3 nuls et 3 défaites), la Real Sociedad se retrouve, aujourd’hui, bloquée à la sixième place de la Liga, reléguée à 14 points du podium et menacée par le Real Betis disposant d’un match en retard. Plus que le piètre bilan comptable de l’écurie espagnole, le contenu des prestations réalisées par les coéquipiers de Takefusa Kubo s’avère, lui aussi, préoccupant. Face au Sous-marin jaune et comme observé lors du 8e de finale aller contre le PSG, les Bleu et blanc ont (encore) fait preuve d’un manque de réalisme offensif alarmant.

À lire Real Betis : le retour au premier plan de Nabil Fekir

La Real Sociedad perd encore un match et des joueurs…

Ultra-dominatrice tout au long de la rencontre - tout du moins dans la maîtrise collective (70% de possession de balle) - la Real Sociedad n’a finalement trouvé le chemin des filets qu’à une reprise, et ce, malgré 21 tirs tentés dans cette partie (8 cadrés)… Si Mikel Merino, entré en jeu pour la dernière demi-heure, aura eu le mérite de redonner espoir aux siens (86e), les locaux ont malgré tout subi la loi des Groguets, quant à eux irrésistibles dans les derniers mètres (3 buts en 4 tirs cadrés). Des difficultés offensives rappelant celles aperçues face au club de la capitale française (0 tir cadré en 9 tentatives). Désormais plongé dans le doute et maladroit depuis plusieurs semaines face au but (2 petites réalisations lors des 7 derniers matches toutes compétitions confondues), le club fondé en 1909 doit, par ailleurs, gérer une multitude de pépins physiques. Toujours privé de son capitaine Mikel Oyarzabal, absent lors du match aller, la Real a ainsi perdu trois nouveaux joueurs contre Villarreal…

La suite après cette publicité

Coupé dans son élan dès les premiers instants de la rencontre, Ander Barrenetxea a ainsi cédé sa place à Jon Ander Olasagasti (7e), profil beaucoup plus défensif. Réprimandé par son coach et impliqué sur les deux buts concédés à Paris, Hamari Traoré a, lui aussi, quitté la pelouse prématurément. Après un duel dans les airs avec Alberto Moreno, l’ancien défenseur du Stade Rennais retombait mal et se voyait remplacé, à la pause, par Jon Aramburu. Enfin, pour ne rien arranger aux affaires de la formation basque, Arsen Zakharyan, prometteur milieu de terrain russe âgé de seulement 20 ans, s’est également effondré avant le coup de sifflet final. Jusqu’alors très actif, celui qui avait notamment trouvé la barre transversale des visiteurs était finalement contraint de rendre les armes, durement touché à la clavicule (71e). Une soirée définitivement cauchemardesque et loin d’être rassurante pour la Real Sociedad, en quête d’un immense exploit face au PSG, le 5 mars prochain…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité