Equipe de France : Didier Deschamps vole au secours de Karim Benzema

Un peu décevant contre l'Allemagne et inefficace face à la Hongrie, Karim Benzema rencontre quelques difficultés pour son retour en équipe de France. Un mauvais passage anecdotique pour Didier Deschamps, qui préfère évoquer l'apport du Madrilène sur le terrain.

Didier Deschamps accompagnent Karim Benzema lors de sa sortie face à l'Allemagne
Didier Deschamps accompagnent Karim Benzema lors de sa sortie face à l'Allemagne ©Maxppp
La suite après cette publicité

30 tirs, 0 but. Le constat est implacable. Entre les Euro 2008, 2012 et 2020, Karim Benzema n'a jamais réussi à marquer. De retour en Bleus pour cette compétition, l'attaquant a du mal à trouver l'efficacité qui fait des ravages depuis tant d'années avec le Real Madrid. Un penalty raté face au Pays de galles, une sortie sur blessure prématurée contre la Bulgarie, un but refusé face aux Allemands et une énorme occasion ratée contre la Hongrie, voici le bilan grossier du Français.

« Évidemment, il sait qu'il est attendu sur cet aspect-là et je lui ai dit : "ce n'est pas que ça". Un attaquant a besoin de marquer, l'essentiel est qu'il garde confiance et surtout ma confiance », calmait Didier Deschamps hier en conférence de presse après le nul (1-1) face aux Hongrois. Sous la chaleur écrasante de Budapest, Benzema est apparu un ton en-dessous de ses partenaires, se ratant surtout sur une grosse opportunité après un bon service de Mbappé.

Deschamps a confiance en Benzema

Olivier Giroud a fini par le remplacé à 15 minutes de la fin. Ce dernier aura tout juste eu le temps d'offrir une balle de but à Mbappé, manquée elle aussi. «Les attaquants vivent et se nourrissent de l’efficacité. Il a un poids qui est lourd malgré son expérience et son vécu. Giroud avait la même responsabilité à la Coupe du monde. Le principal c’est qu’il ait la confiance du groupe », rappelle aujourd'hui le sélectionneur au micro de Téléfoot ce dimanche matin, bien conscient des difficultés que rencontre Benzema.

Forcément, le Madrilène a la pression de son retour après 5 ans d'absence en Bleus et on peut se demander s'il n'aurait pas été plus judicieux de le convoquer dès les rencontres de mars, afin qu'il puisse prendre de temps pour s'adapter à sa "nouvelle" équipe. «Non, ça aurait été la même chose, balaie Deschamps. On ne peut pas refaire l’histoire. Parfois, les attaquants n’ont pas l’efficacité mais ils vivent pour ça. Il y a tout ce qu’ils peuvent faire sur le terrain aussi et dans le jeu mais ils seront toujours jugés sur le fait de marquer ou non. » En effet, ce 28e but en équipe de France est toujours attendu.

Plus d'infos

Commentaires