OM : les franches confidences de Faris Moumbagna sur ses débuts compliqués

Par Chemssdine Belgacem
3 min.
Faris Moumbagna avec l'OM @Maxppp

Buteur héroïque ce jeudi face au Benfica Lisbonne en Ligue Europa (1-0, 4-2 t.a.b.), Faris Moumbagna a envoyé un premier message à ses détracteurs. En conférence de presse ce samedi avant le déplacement à Toulouse, le buteur de l’OM s’est encore livré sur ses débuts contrastés.

Et le Stade Vélodrome s’est embrasé ce jeudi aux alentours de 22h30 sur un coup de tête de Faris Moumbagna. Dans un quart de finale de Ligue Europa tendu face à un Benfica victorieux sur ses terres lors du match aller, l’OM n’avait pas le droit à l’erreur face au club lisboète. Avec un effectif décimé et sous la tension d’un antre phocéen plein à craquer et exigeant, Marseille est allé chercher son ticket pour le dernier carré de C3 au courage et en affichant un état d’esprit irréprochable. Avec un déficit d’un but avant de commencer le match, les hommes de Jean-Louis Gasset ont globalement dominé les débats lors d’un match peu reluisant techniquement.

La suite après cette publicité

Solidaires, les Phocéens sont donc allés chercher leur qualification aux tirs au but mais doivent aussi cette qualification à leurs entrants. Outre les minots Daou et Lafont, Murillo, Henrique et Moumbagna ont apporté un vent de fraîcheur ce jeudi. Et l’OM doit donc une partie de sa qualification à l’attaquant camerounais. Arrivé cet hiver en provenance de Bodo/Glimt, le buteur de 23 ans a fait parler sa vitesse et sa puissance pour gêner l’arrière-garde portugaise. Tentant sa chance à plusieurs reprises, il a été récompensé de son entrée intéressante par le but de la délivrance à la 80e minute. Auteur de deux petits buts en douze apparitions avec l’OM jusqu’ici, ce but mémorable a de quoi lancer définitivement son aventure sur la Canebière.

À lire OM : deux joueurs victimes d’une attaque à main armée

Moumbagna s’inspire beaucoup d’Aubameyang

Pour lui, ce but est également une renaissance personnelle. Relégué à un rôle de remplaçant depuis quelques matches, le natif de Yaoundé, souvent critiqué, avait à cœur de briller dans ses grands moments pour envoyer un message à tous ceux qui ont douté de lui. Montrant certaines limites rapidement visibles dans le jeu, sa générosité et sa puissance ont été des facteurs déterminants jeudi. Et alors qu’un message a été envoyé via son entrée pleine d’envie, l’intéressé est revenu sur ses débuts compliqués à Marseille ce samedi en conférence de presse : «c’était un moment spécial, c’était fou de voir le stade se lever. On a tout donné durant tout le match. C’est vrai qu’à mon arrivée, j’ai été critiqué, je le suis encore jusqu’à présent. Je sais ce que je sais faire, je suis à la disposition du coach s’il a besoin de moi. Le reste, je n’y fais pas attention.»

La suite après cette publicité

Et même si le soutien de ses supporters n’a pas toujours été au rendez-vous, Faris Moumbagna sait qu’il a tout son vestiaire derrière lui. Il sait qu’il peut également compter sur Pierre-Emerick Aubameyang, son compère d’attaque : «j’ai une très bonne relation avec Auba, une relation de grand frère-petit frère. Je l’observe beaucoup à l’entraînement, je le suis dans le travail individuel, j’apprends beaucoup de lui. C’est vraiment quelqu’un de bien, mais j’essaie d’avoir cette connexion avec tous mes coéquipiers». L’occasion également pour lui de saluer le travail de Jean-Louis Gasset depuis son arrivée. «Je pense qu’à son arrivée, il est entré dans la tête de tout le monde (sourire). Il insuffle de la détermination à tout le groupe. J’ai une bonne relation avec lui. Il faut continuer de faire ce qu’il nous demande de faire. On essaie de suivre ses consignes à la lettre». Avec toute cette confiance retrouvée, Faris Moumbagna peut être le facteur X d’une belle fin de saison olympienne en perspective.

Parions Sport en Ligne et Foot Mercato vous offrent un bonus de bienvenue de 90€ et 10€ sans dépôt avec le code FM10. Un premier but d’Aubameyang peut vous rapporter 405€.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité