Valence-Real Madrid : les Merengues crient au scandale d’arbitrage !

Par Valentin Feuillette
3 min.
Scandale contre le Real Madrid à Valence. @Maxppp

Si le Real Madrid a bataillé pour accrocher le nul (2-2) contre Valence samedi soir, la dernière action de la rencontre n’a pas fini de faire couler de l’encre dans la presse espagnole. Les Madrilènes crient déjà au scandale.

C’est l’affiche du samedi soir en Espagne. À l’occasion de la 27e journée de Liga, le Real Madrid se déplaçait à l’Estadio Mestalla pour y défier le club de Valence. Installé dans la première moitié de tableau malgré un parcours en dents de scie depuis le début de cette édition 2023-2024, le club che entendait néanmoins renouer une bonne fois pour toutes avec l’Europe. Pour ce faire, il fallait impérativement jouer un mauvais tour à son homologue madrilène, qui occupait la première place du classement malgré des prestations ternes sur les dernières semaines. Après avoir été mené au score par deux buts à zéro après les réalisations de Hugo Duro et Roman Yaremchuk, le Real Madrid a renversé la vapeur grâce à un doublé de Vinicius pour accrocher le nul (2-2). Mais une action n’a pas fini de faire couler de l’encre en Espagne.

La suite après cette publicité

A l’approche du coup de sifflet final, les Merengues souhaitaient miser sur une ultime occasion pour arracher la victoire. Sur un contre mené par Modric et Vinicius, Jude Bellingham a obtenu un très bon corner après un centre détourné. A la 90e+8ème minute, le corner est tiré par Modric mais repoussé par la défense de Valence. Brahim Diaz a récupéré le ballon au large, s’est enfoncé au poteau de corner opposé après une séquence de dribbles en solo et a déclenché un centre dans la boîte. Bellingham a parfaitement repris le ballon de la tête pour tromper le gardien de Valence. Mais l’arbitre de la rencontre, Jesús Gil Manzano, a décidé de siffler la fin de la rencontre pendant le centre de Diaz, en pleine action décisive pour le Real Madrid. Les dernières secondes confuses se sont transformées en mini échauffourées et en virulentes réclamations autour du corps arbitral, ce qui a également entraîné le carton rouge de Jude Bellingham.

À lire Le Real Madrid tente de trouver la faille à Majorque !

Un scandale pour le Real Madrid !

Pendant que Vinicius et Aurélien Tchouaméni envoyaient un tweet bien piquant sur leur compte X respectif, l’entraîneur italien, Carlo Ancelotti, a analysé cette dernière action, encore sous le choc de cette décision arbitrale : «C’est quelque chose qui ne m’est jamais arrivé dans ma carrière. Bellingham ne comprend pas le carton rouge et il n’a prononcé aucune insulte, on verra le rapport de l’arbitre», a déclaré le tacticien, en conférence de presse. Le milieu français a tweeté : «C’est honteux», tandis que le Brésilien s’est simplement contenté d’un emoji qui pleure de rire ironiquement. Dans l’émission de Real Madrid TV, les journalistes madrilènes ont mis leurs mains sur la tête, en criant des expressions telles que «c’est un vol», «c’est dommage», «c’est du jamais vu». Alfonso Pérez Burrull, ancien arbitre espagnol, donne néanmoins raison à son confrère : «L’arbitre siffle correctement. Les réductions sont aussi bien pour ceux qui attaquent que pour ceux qui défendent Brahim. Il prend le ballon et son centre correspond à un deuxième jeu. A ce moment-là, il le souligne correctement», a-t-il analysé sur la Radio Marca.

La suite après cette publicité

Du côté de Valence, les protagonistes principaux dont l’entraîneur Ruben Baraja, ont décidé de botter en touche en conférence de presse : «Je l’ai vu clairement, j’ai vu comment l’arbitre sifflait avant de centrer. Il a également donné 5 minutes en première mi-temps et Madrid a marqué contre nous dans les arrêts de jeu. L’arbitre a décidé comme ça et il n’y a pas grand-chose de plus dire». Tandis que le jeune milieu, Javi Guerra, a affirmé : «Depuis le banc, j’ai vu l’arbitre lever la main. Je pense que c’était un jeu similaire à la fin de la première mi-temps, lorsque le rebond était tombé sur Sergi Canós à l’intérieur de la surface et qu’il a sifflé». L’arbitrage n’a pas fini de s’attirer les foudres en Espagne !

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité