Rennes : comment Gaëtan Laborde affole les compteurs cette saison

Après avoir quitté Montpellier au mercato estival, Gaëtan Laborde réalise un début de saison canon. Des performances qui confirment sa progression à la Paillade, lui qui s'incorpore parfaitement dans le Stade Rennais de Bruno Génésio.

Gaëtan Laborde célèbre un but avec le Stade Rennais
Gaëtan Laborde célèbre un but avec le Stade Rennais ©Maxppp
La suite après cette publicité

15 millions d'euros. Assorti de 3 M€ de bonus, c'est le montant qu'a dû débourser Rennes pour enrôler l'attaquant de 27 ans Gaëtan Laborde, après trois saisons de bons et loyaux services rendus au Montpellier de Michel Der Zakarian, qui a également quitté l'Occitanie pour le Stade Brestois cet été. Déjà pressenti sur le départ en janvier dernier du côté de la Premier League, le natif de Mont-de-Marsan a finalement prolongé son séjour à la Mosson pour aider le MHSC dans sa course à l'Europe. Ses 7 buts et 2 passes décisives en seulement deux mois ne sont néanmoins pas suffisants pour décrocher la sixième place synonyme de ticket pour une compétition européenne, chipée à la dernière journée par Rennes, qualifié en Ligue Europa Conference. Arrive l'été 2021, les spéculations s'enchaînent autour de son futur et celui de son compère en attaque Andy Delort (qui rejoint l'OGC Nice le 28 août). Si le départ de ce dernier a courroucé les supporters montpelliérains, l'idée de voir Laborde quitter la Mosson n'a pas fâché la communauté, contente pour un joueur qui s'est illustré et a sué sang et eau pour aider l'équipe sans de fausses promesses.

«Malgré la crise, il y a des beaux projets sportifs et séduisants comme à Nice ou Rennes, avait-il déclaré en mai au quotidien L'Equipe. J'aimerais être fixé le plus vite possible sans être dans la précipitation. C'est le moment de partir. Mais je ne me fais pas de film.» Un calme caractéristique du joueur, qui a su tout donner avec Montpellier avant de chercher un quelconque départ. Son dernier exercice avec les Orange-et-Bleu est le meilleur de sa carrière à ce stade : 16 réalisations et 8 caviars, auxquels on peut ajouter 2 buts et 1 assist en Coupe de France. Il était temps pour lui de se trouver un nouveau défi, comme nous explique son agent Christophe Hutteau : «Gaëtan a refusé des propositions de beaucoup de clubs dans le top 5 européen. Pour quitter Montpellier, il souhaitait trouver un projet sportif de qualité qui lui permettait de franchir un cap et au sein duquel il aurait pu avoir du temps de jeu pour s'éclater et continuer à progresser. Rester en France était important aussi pour lui, pour sa femme et ses trois filles. C'est pour ça que le projet du Stade Rennais est venu comme une évidence surtout après l'insistance montrée par Bruno Génésio et Florian Maurice. Ils n'ont pas hésité à appeler plusieurs fois Gaëtan pour le convaincre de les rejoindre.» Un transfert fignolé et officialisé par le club breton 25 minutes après la fermeture officielle de la fenêtre des transferts.

Adaptation quasi-instantanée

En paraphant un contrat de 4 ans, Gaëtan Laborde arrive dans les rangs du Stade Rennais après avoir disputé 5 journées de Ligue 1 à Montpellier et y avoir trouvé le chemin des filets à 3 reprises. L'ex-Bordelais débute sa nouvelle aventure avec de la confiance et espère mettre d'accord les supporters bretons. Néanmoins, à l'annonce de sa signature, certains ont exprimé leur scepticisme, ne voyant pas en lui l'attaquant performant et efficace pour renforcer le secteur offensif du Stade Rennais. Aligné à droite de l'attaque (comme à Montpellier), il est titularisé juste après la trêve internationale de septembre lors de la défaite à Reims (0-2), créant de la déception hâtive par rapport à son recrutement sur les réseaux sociaux. Pourtant, il connaît bien le poste d'ailier droit pour y avoir joué toute la saison passée après le passage de Michel Der Zakarian au 4-3-3, obligeant le technicien pailladin à privilégier Delort dans l'axe et contraignant Laborde sur un couloir. Mais il aura fallu la réception de Tottenham en C4 pour gommer toutes les critiques. Malgré le match nul (2-2), Laborde évolue cette fois-ci dans la doublette offensive du 4-4-2 de Bruno Génésio, en compagnie de Serhou Guirassy, et se montre décisif en redonnant l'avantage en seconde période.

Rien de mieux qu'une première réalisation face à une équipe du Big Six de Premier League pour restaurer la confiance et débuter une belle dynamique. «Gaëtan marche à l'affect. Il a besoin de se sentir aimé et au cœur du projet comme c'était le cas à Montpellier, ajoute Christophe Hutteau, avant de poursuivre sur un retour au centre de l'attaque. Son recentrage dans l'axe est aussi prépondérant dans ses excellentes performances. Il était plus utilisé sur un côté à Montpellier, ce qui l'empêchait parfois de donner sa pleine mesure, même s'il a inscrit 16 buts l'an passé. Dans l'axe à Rennes et sous les ordres de Génésio dont il apprécie la vision du jeu, il fait plus parler ses qualités de finisseur et il est en pleine confiance.» Un repositionnement plus que payant, puisqu'il retrouve son rôle naturel qu'il a eu dès ses débuts en professionnel, même s'il était plutôt seul en pointe. Et plus les matches s'enchaînent, plus le Montois a justifié le chèque dépensé par sa direction pour l'enrôler. Depuis fin septembre, ses réalisations importantes permettent au pensionnaire du Roazhon Park de lancer sa saison en boulet de canon, invincibles sur ses 13 dernières échéances.

Un apport au-delà du sportif

Un piqué pour ouvrir le score à Lorient (2-0), une tête face à l'Olympique Lyonnais (4-1) et même une Madjer contre le FC Metz (2-0) : il marque de toutes les manières possibles et fait lever les foules bretonnes à domicile, comme à l'extérieur. Non seulement le buteur gaucher se distingue par ses prestations abouties et décisives, sa mentalité est également l'un des atouts que le vestiaire rennais a pu constater à son arrivée et qui a une grande partie dans sa montée en puissance, comme le décrit son agent :«Sa rage de gagner, son leadership lui permettent aussi d'insuffler un vrai état d'esprit de vainqueur à ses coéquipiers. Alors quand on additionne tous ces aspects, cela fait un sacré cocktail.» Des traits de caractère qu'on retrouvait déjà à Montpellier, club connu pour son importance donnée à l'esprit de guerrier. Poings serrés, cris rageurs et efforts itératifs : l'attaquant a su apporter ce que les Italiens appellent la grinta pour haranguer ses coéquipiers et pousser les siens à mouiller le maillot, ce qui a fait de lui l'un des chouchous de la Mosson. Et ce n'est pas son ex-président Laurent Nicollin qui dirait le contraire : «il est très bien chez nous, lors du pot de départ de Michel Der Zakarian, nous avons encore passé un très bon moment. C’est un mec top, humain et s’il n’est pas de chez nous, il rentre totalement dans le moule.»

Enfin, dernier facteur essentiel à la longévité : la gestion de sa condition physique. «Gaëtan fait aussi beaucoup attention à son physique, au travail invisible. Cela fait 2-3 ans qu'il fait très attention à sa diététique, à sa récupération. Résultat : sur les 100 derniers matches disputés par Rennes ou Montpellier, il en a disputé 99 comme titulaire et un où il est entré en jeu. Des statistiques qui parlent d'elles même...», raconte Christophe Hutteau. En terme de pourcentage, cette statistique se confirme : Laborde a été titulaire sur les 38 journées de Ligue 1 la saison passée, répétant l'exploit du défenseur central marocain du Stade de Reims Yunis Abdelhamid lors de l'exercice 2019/2020.

Si on veut aller encore plus loin, son travail physique exemplaire s'est démontré au fil des saisons : si sa dernière blessure remonte à octobre 2017 et une fracture du 5e métatarse du pied gauche (identique à celle qu'a connue Neymar à deux reprises), l'ancien Girondin a disputé toutes les rencontres de championnat avec le MHSC. Il faut remonter au 13 janvier 2019 pour ne pas le voir figurer sur la feuille de match de Montpellier, tenu en échec ce jour-là par Dijon (1-1). 103 matches joués sur 104 possibles : des chiffres phénoménaux qui prouvent bel et bien que sa progression puis son explosion ne sont pas dues au hasard. Actuellement deuxième meilleur buteur de Ligue 1 (9) derrière Jonathan David et leader en Ligue Europa Conference (5), il est le deuxième meilleur réalisateur français des cinq grands championnats (14), à seulement deux unités de l'attaquant du Real Madrid Karim Benzema, quatrième du Ballon d'Or 2021.

Plus d'infos

Commentaires