PSG : Gonçalo Ramos a marqué beaucoup de points

Par Valentin Feuillette
4 min.
Gonçalo Ramos contre le Stade Rennais @Maxppp

Et le sauveur s’appelle Gonçalo Ramos. Dimanche, le Paris Saint-Germain a difficilement accroché le match nul (1-1) contre le Stade Rennais sur la pelouse du Parc des Princes. Grâce à un pénalty tardif transformé par le Portugais, les Parisiens peuvent poursuivre sa série de 19 matchs de suite sans défaite avec une entrée flamboyante de Ramos, qui prépare le terrain pour la saison prochaine.

Grande victime du repositionnement de Kylian Mbappé en pointe de l’attaque, le buteur portugais Gonçalo Ramos connaît une première campagne bien frustrante sous le maillot du Paris Saint-Germain. Recruté à prix d’or à Benfica en échange d’une enveloppe de 80 millions d’euros, l’international portugais est resté bloqué sur le banc pendant plusieurs semaines. Entre novembre et janvier, Ramos n’avait joué que six minutes. Une utilisation proche du néant, là où Randal Kolo Muani a la chance d’être plus polyvalent et donc de pouvoir être aligné sur un côté. Mais ce dimanche, Gonçalo Ramos a endossé le costume du grand héros. Entré en jeu en lieu et place de Kylian Mbappé à la 64ème minute, son activité offensive a été décisive. Il a provoqué un premier pénalty (finalement annulé par la VAR) puis un second validé dans les derniers instants, qu’il a transformé pour permettre au Paris Saint-Germain d’accrocher le match nul (1-1) face au Stade Rennais, sur la pelouse du Parc des Princes, dans le cadre de la 23ème journée de la Ligue 1.

La suite après cette publicité

Beaucoup de monde ont été surpris par cette décision tactique prise par Luis Enrique. L’entraîneur natif de Gijon a expliqué ce choix par l’envie et l’objectif d’habituer son groupe à jouer sans Kylian Mbappé, qui partira au Real Madrid l’été prochain : «Tôt ou tard, à un moment donné, nous devrons apprendre à jouer sans Kylian. Quand je vais considérer cela opportun, il va jouer ou ne pas jouer, comme tous les entraîneurs le font avec leurs joueurs. Je veux une compétitivité maximale pour la saison prochaine», a expliqué le coach espagnol en conférence de presse. Cette nouvelle philosophie est l’occasion pour Gonçalo Ramos, sous contrat au PSG jusqu’en juin 2028, de faire bonne impression afin de confirmer son statut de futur attaquant de pointe du PSG, à l’heure où de nombreuses rumeurs refont surface dans l’actualité parisienne, de Rafael Leão à Victor Osimhen en passant par Lautaro Martinez. Contre Lille, le 10 février dernier, Ramos avait parfaitement su maximiser sa titularisation en trouvant le chemin des filets. Et face à Rennes, Gonçalo Ramos a inscrit son huitième but de la saison, toutes compétitions confondues.

À lire LdC : Opta a choisi son nouveau favori

Déjà les yeux rivés sur 2025 !

Auteur d’une entrée tonitruante, remplaçant comme un symbole Kylian Mbappé, l’ancien joueur de Benfica n’avait pas caché sa fierté, tout en affichant une motivation sans faille pour la suite des événements : «Je suis heureux pour mon but mais pas pour le match nul parce que le PSG veut gagner. Le Stade Rennais est une très bonne équipe, avec de très bons joueurs. On savait que ça n’allait pas être un match facile. Quand je suis sur le terrain, je suis toujours content, même si je suis déçu du résultat. On sait que le coach fait jouer tout le monde, tout le monde peut participer à chaque match, ça nous motive. Est-ce qu’il y avait faute ? Oui, et j’ai frappé fort», a déclaré l’attaquant portugais au micro de Canal+. Difficile d’en demander plus au natif d’Olhão qui ronge son frein, attend son tour et profite de chaque morceau de match, chaque petite titularisation ou autre opportunité pour donner du fil à retordre à l’ancien coach du FC Barcelone. Voilà de quoi marquer les esprits dans cette deuxième partie pour redistribuer les cartes l’été prochain, quand viendra le moment de préparer l’après-Kylian Mbappé, qui rejoindra la Casa Blanca comme annoncé en exclusivité le 7 janvier dernier.

La suite après cette publicité

Interrogé suite à son curieux choix tactique, Luis Enrique veut utiliser l’intégralité de son groupe, alors que le PSG est encore en lice dans trois grosses compétitions. Et Gonçalo Ramos a mérité ces minutes. Un coaching totalement gagnant pour l’entraîneur espagnol : «c’est très facile, il y a des compétitions et mon intention est de ne pas donner des minutes gratuites, je veux de la compétitivité maximale. Que chaque joueur mérite son temps de jeu. Pourquoi Gonçalo et Kolo Muani ? Ils ont de la présence, je voulais changer l’air du match. Je ne voulais pas changer Dembélé mais j’ai cru percevoir qu’il avait mal, je ne voulais pas prendre de risque», a-t-il expliqué avant de poursuivre : «c’est un message pour tous. Je suis enchanté par l’attitude de mes joueurs. Mais si quelqu’un pense que je vais les lâcher, non. Je veux que mes joueurs se disent : "quand je suis titulaire, je dois en profiter". Je vais continuer à être exigeant. Mais aujourd’hui, je suis enchanté de l’attitude. On a eu une attitude très bonne», a ensuite conclu l’ancien sélectionneur de la Roja. En tout cas, Gonçalo Ramos sait répondre présent quand on fait appel à lui. Et cette efficacité paiera dans un avenir proche…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité