OM-Benfica : la sortie forte de Jean-Louis Gasset

Par Dahbia Hattabi
4 min.
Jean-Louis Gasset  @Maxppp

Hier soir, l’Olympique de Marseille a décroché sa place pour les 1/2 finales de la Ligue Europa. L’écurie phocéenne est aux anges.

Après le Paris Saint-Germain, qualifié mardi pour les 1/2 finales de la Ligue des champions, deux autres clubs français étaient en lice hier sur la scène européenne. Opposé à Aston Villa et à son gardien Emiliano Martinez, le LOSC est tombé en 1/4 de finale de la Ligue Europa Conférence. Quelques minutes plus tard, l’Olympique de Marseille se lançait pour décrocher sa place dans le carré final de la Ligue Europa. Pour cela, les hommes de Jean-Louis Gasset devaient prendre le meilleur sur Benfica, vainqueur 2 à 1 une semaine avant à Lisbonne. Le défi était de taille. Mais impossible n’est pas marseillais.

La suite après cette publicité

Bien dans son match, l’écurie phocéenne a tout donné pour marquer. Elle y est parvenue à la 79e grâce à Faris Moumbagna, bien servi par Pierre-Emerick Aubameyang. Puis, les pensionnaires de l’Orange Vélodrome ont remporté la séance de tirs au but et ont composté leur ticket pour les 1/2 finales de la C3. Forcément, tout le monde était heureux après cette qualification, à l’image de l’entraîneur Jean-Louis Gasset. De passage devant les médias, le technicien de 70 ans, venu jouer les pompiers de service après le départ de Gennaro Gattuso. Ses propos sont relayés par Le Phocéen.

À lire OM : un entraîneur a déjà recalé la direction marseillaise !

La fierté de l’OM

«Je suis heureux, déjà. Fier des joueurs, de l’état d’esprit, fier du public, fier de Marseille. Le match, on a essayé de démarrer très fort, mais on avait en face une équipe qui avait une maîtrise technique, qui avait l’habitude de ces matchs retour où ils ont gagné par un but d’écart. On a essayé de pousser, on n’a pas réussi à ouvrir le score, on a eu une situation par Ndiaye qui a enroulé et une sur Mbemba je crois sur un coup de pied arrêté. Mais on n’a jamais lâché, on a continué dans l’état d’esprit à être focus sur notre match, avec des sécurités derrière pour ne pas prendre ce but qui nous aurait condamné. Et en deuxième mi-temps, il a fallu prendre des risques offensifs, obligatoirement parce qu’il fallait marquer.»

La suite après cette publicité

Il poursuit : «donc, fier, fier de ce qu’ils ont fait. Le plan s’est déroulé, on est allé au bout de la nuit, au bout du suspense. Et quand on voit des gens heureux, on est heureux avec eux.» Une bonne chose alors que l’année n’a pas été facile à Marseille. «Ça l’embellit, obligatoirement, puisque vous êtes demi-finaliste d’une coupe d’Europe en ayant éliminé trois clubs titrés. Donc c’est une épopée qui se déroule et une saison elle se juge à la fin. Donc nous on est là, ça fait le troisième tour, moi personnellement, que je passe et on veut aller le plus loin possible. Après, dans l’autre compétition, on aura le temps d’y repenser.»

Rêver plus grand

JLG est ensuite revenu sur la préparation de la rencontre d’hier. «Il y avait un aspect tactique très important. On a fait une semaine où on a corrigé les erreurs qu’on avait faites à Benfica. On s’était fait prendre en contre, parce qu’on n’avait pas de sécurité derrière. Là il fallait aller chercher donc on avait décidé de les presser haut et de rester en un contre un derrière, ça c’était au niveau tactique. Mais tout le monde a fait de gros efforts. La causerie, c’était rentrer dans l’histoire. Ça a fini comme ça. Messieurs, on a aujourd’hui, avec tout ce qui nous arrive, avec tout ce qu’on fait de bien ou de mal, parce qu’on a quand même beaucoup de problèmes, j’ai dit rentrer dans l’histoire et j’ai senti à leurs yeux que j’avais touchés. C’était un mot magique.»

La suite après cette publicité

Lancé, l’OM ne s’interdit pas de rêver plus grand. «On rêve de tout. On rêve de ces soirées. C’est une compétition qui nous va bien. On a battu le Shakhtar ici, qui est une bonne équipe. On a battu Villarreal, qui est une très bonne équipe. On a éliminé Benfica, qui est un troisième adversaire côté, on dira, avec une équipe un peu remodelée, avec des joueurs qui font le sacrifice de jouer à des places qui ne sont pas les leurs parce qu’on a quelques problèmes d’effectif et on a encore eu ce soir un ou deux problèmes, ce qui nous a amené à rentrer des jeunes joueurs qu’on avait pris dans les 48 heures. Donc tout va bien.» L’OM peut savourer avant de retrouver l’Atalanta Bergame pour une double confrontation qui promet.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité