Blessure, violente agression… les terribles confidences de Bamo Meïté sur sa saison galère à l’OM

Par Jordan Pardon
3 min.
Bamo Méïté @Maxppp

Prêté par Lorient l’été dernier, Bamo Meïté a connu une première saison galère à l’OM, marquée par une blessure à la cheville et une violente agression. Ce dimanche, le défenseur de 22 ans est sorti du silence.

En signant à l’OM l’été dernier, Bamo Meïté était sans doute conscient qu’il débarquait dans un club où tout se vit à 200 à l’heure, comme nulle part ailleurs en France. Mais pour une première saison, il s’attendait certainement à moins de soubresauts, aussi bien sur les terrains qu’en dehors. Remplaçant dès son arrivée (Gattuso lui a par la suite témoigné sa confiance), il a surtout dû composer avec une sérieuse blessure à la cheville au mois de mars, qui avait laissé présager une fin de saison. Mi-mai, le défenseur ivoirien avait finalement déjoué les pronostics en participant à deux rencontres de Ligue 1 face à Lorient, son ancien club, puis Reims. Mais malheureusement, ce qui a pourri l’actualité de la saison de Bamo Meïté, c’est cette violente agression subie en compagnie de ses deux coéquipiers Faris Moumbagna et Jean Onana, quelques heures après la dernière journée de Ligue 1 face au Havre.

La suite après cette publicité

Une tentative de car-jacking, des tirs à l’arme à feu, et une sérieuse frayeur. Ce samedi, le Marseillais avait souhaité souffler un bon coup en revenant chez lui, à Bry-sur-Marne (Val de Marne), pour incarner la 2e édition d’un tournoi de futsal au profit de son association caritative « Soutien pour tous ». Au micro du Parisien, il est revenu sur cet épisode traumatisant et ses galères des derniers mois : «il vaut mieux oublier et essayer d’avancer, je pense… Maintenant, ce sont les vacances, j’essaie de me libérer l’esprit», explique-t-il. «Entre ma blessure et l’incident qui s’est produit, cela a été une année mouvementée. Aujourd’hui, j’apprécie parce que c’est mon rendez-vous, dans ma ville, en vue de kiffer avec tout le monde, d’offrir des choses, des maillots aux jeunes. C’est vraiment un événement particulier pour mon association et pour moi. On fait de l’humanitaire, on s’unit pour aider des gens…»

À lire Management, tactique : que doit attendre l’OM de Roberto De Zerbi ?

Il se sent bien à Marseille

Forcément, Meïté n’a pas pu esquiver les questions sur cette agression, et il a pu donner quelques précisions sur les jours qui ont suivi et son état d’esprit. «Moumbagna et Onana ? Je les ai eus au téléphone, on a parlé. Je leur ai dit qu’on devait profiter des vacances pour se libérer l’esprit, avec nos familles et nos proches… C’était une scène choquante, j’ai eu peur, c’est évident», confie-t-il. «Là, aujourd’hui, j’essaie de prendre du recul par rapport à cette situation. On est des sportifs de haut niveau, on ne doit pas être mêlés à ce genre de choses. Je ne veux pas trop en parler, même à mes proches. Parce que ce ne sont pas des choses qui doivent se produire dans l’environnement du sport».

La suite après cette publicité

Le joueur de 22 ans a également ajouté que certaines interrogations devaient encore être levées, à l’heure où les circonstances restent encore très floues (une enquête est actuellement en cours pour faire la lumière sur cette histoire). Pour autant, Méïté n’a surtout pas envie de mêler le football et l’extra-sportif. Il l’assure : son avenir n’est aucunement remis en question et il se sent bien à Marseille. «J’essaie de faire la part des choses. Ce qui s’est passé est hors football. Sportivement, mon amour pour le club n’a pas faibli. J’ai découvert l’OM cette saison, et il y a un décalage entre tout ce qu’on entend sur l’OM et ce qui est, quand on y joue, qu’on vit les ambiances du Vélodrome depuis la pelouse…» Pour rappel, son option d’achat est estimée autour de 10 millions d’euros.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité