OM : les dernières révélations étonnantes sur la fusillade

Par Hanif Ben Berkane
2 min.
Faris Moumbagna avec l'OM @Maxppp

La Provence fait de nouvelles révélations étranges sur la fusillade qui a eu lieu à Marseille dans la nuit de dimanche à lundi et qui a ciblé trois joueurs de l’OM (Moumbagna, Onana et Meïté).

C’est un bien triste événement qui a eu lieu ce dimanche soir. Après le dernier match de la saison du côté de l’OM, et cette victoire sur la pelouse du Havre (2-1), la presse révélait que trois joueurs marseillais avaient été victimes d’un car-jacking. Pire encore, ces trois joueurs (Faris Moumbagna, Jean Onana, Bamo Meité) avaient même essuyé des coups de feu. Des faits très graves qui ont logiquement conduit à l’ouverture d’une enquête alors qu’aucun blessé n’est à déplorer même si les trois marseillais sont encore sous le choc.

La suite après cette publicité

Ce mardi, le procureur de la République expliquait «que toutes les hypothèses restent envisagées» après les premiers éléments de l’enquête. Et justement ce mercredi matin, La Provence dévoile les premiers détails de cette fusillade et explique ainsi que «les nouveaux éléments rendent les circonstances de la fusillade encore plus étranges». Tout commence aux alentours de 3h15 du matin, lorsque les trois voitures se suivent. En première ligne, celle de Faris Moumbagna, puis celle de Jean Onana et enfin celle de Bamo Meïté. À ce moment-là, tout va bien pour les trois Olympiens qui viennent de remporter leur dernier match de la saison.

À lire Leicester : ça bouge pour Wilfred Ndidi

L’hypothèse d’une erreur des agresseurs

Quelques minutes plus tard, une quatrième voiture débarque et va rapidement prendre en chasse les voitures de Onana et Moumbagna. L’individu, à bord de cette voiture, va ouvrir le feu à plusieurs reprises sur les deux internationaux camerounais. Deux balles vont même venir se loger sur la portière conducteur du véhicule de Faris Moumbagna qui va terminer sa course dans un pylône alors qu’il avait accéléré pour échapper à ses agresseurs. Il sera logiquement sous le choc après ça, tout comme Jean Onana, qui a reçu une balle dans son coffre, et Bamo Meité qui n’a donc pas été visé par les tirs des agresseurs. La Provence ajoute que les agresseurs ont disparu dans la foulée sans laisser de traces alors qu’aucun étui de munition n’a été retrouvé sur les lieux. Cela pourrait indiquer l’utilisation d’un révolver.

La suite après cette publicité

Une enquête a rapidement été ouverte par le parquet de Marseille selon la police judiciaire. La Brigade de répression du banditisme (BRB) a aussi été saisie pour "tentatives d’homicide volontaire". Cependant, alors qu’on évoquait uniquement une tentative de car-jacking dans un premier temps, la donne a un peu changé ces dernières heures. Il existe aussi la possibilité d’une erreur de navigation de la part des agresseurs et donc d’une "méprise" avec les cibles potentielles. Les assaillants auraient pu confondre les véhicules avec d’autres personnes. D’ailleurs, la piste d’un rendez-vous, entre les trois joueurs et les agresseurs, qui aurait mal tourné, a été écarté rapidement.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité