PSG, Qatar : Nasser al-Khelaïfi au cœur d'un nouveau scandale !

Le journal Libération publie ce jeudi une longue enquête qui concerne le président du Paris Saint-Germain.

Le président du PSG, Nasser Al-Khelaifi, en conférence de presse.
Le président du PSG, Nasser Al-Khelaifi, en conférence de presse. ©Maxppp
La suite après cette publicité

C'est une drôle d'histoire que révèle le quotidien Libération dans son édition du jour. Elle concerne notamment Nasser al-Khelaïfi, au coeur de l'affaire, et un certain Tayeb B., un homme d'affaires franco-algérien particulièrement connu dans les médias de droite. Peu à peu, il s'était rapproché du président parisien, au point de s'en aller vivre au Qatar avec sa famille.

Seulement, le 13 janvier 2020, tout bascule. L’homme est arrêté et emprisonné pendant plusieurs mois. Et pour cause, il aurait eu en sa possession des documents compromettants sur Nasser. C’est en novembre de cette même année qu’il est libéré, après avoir remis tout ce qu’il avait au sujet de NAK aux autorités locales. Les documents en question étaient plutôt compromettants, puisqu’ils confirmeraient des éléments de corruption dans l’attribution du Mondial 2022.

Des documents compromettants

Pas forcément surprenant, puisque des enquêtes et des affaires en justice existent déjà sur ce sujet, depuis quelques années maintenant. En revanche, d'autres documents en possession de ce Tayeb B. prouveraient des faits de travail dissimulé dans l’entourage du patron parisien, puis, d’autres documents concerneraient la vie privée de NAK à Paris. Son arrestation de janvier 2020 est présentée comme plutôt musclée par Libération, puisque 15 agents des forces de sécurité qataries s’étaient présentés chez lui, sur ordre de l’émir selon ces derniers.

Il aurait ensuite été détenu pendant des mois dans des conditions déplorables, avec des pratiques s’apparentant clairement à de la torture et il aurait été bien violenté. Des négociations ont eu lieu, dans le même temps, à Paris entre les avocats des deux parties pour que l’homme puisse être libéré, étant notamment contraint de signer une clause de confidentialité qui le forcerait à payer 5 millions d’euros en cas d’ébruitement de l’affaire. Dans l'entourage de NAK, on se défendrait en évoquant des tentatives de chantage de Tayeb. B à plusieurs officiels qataris. Une affaire qui risque de continuer de faire parler pendant un moment...

Plus d'infos

Commentaires