Qui est Arctos Sports Partners, l’investisseur qui a lâché 531 M€ au PSG ?

Par Matthieu Margueritte
3 min.
Arctos Sports Partners @Maxppp

Cet après-midi, le club de la capitale a annoncé la vente de 12,5% de ses parts au fonds d’investissement américain Arctos Sports Partners. Et voici son portrait.

C’est officiel. Après de longs mois de recherche, le Paris Saint-Germain a enfin trouvé l’investisseur (mineur) qu’il cherchait. Comme cela était annoncé depuis quelques semaines, c’est bien le fonds d’investissement américain Arctos Sports Partners qui a été choisi. Un deal très juteux pour les Rouge et Bleu qui ont donc cédé 12,5% des parts du club en échange d’une somme estimée à 531 M€ (le club de la capitale étant valorisé à environ 4,25 milliards d’euros). Tout heureux d’annoncer ce partenariat, le PSG a dévoilé le rôle de son nouvel allié dans le communiqué envoyé aux médias. Un partenariat qui devrait notamment permettre d’aider les Rouge et Bleu dans leur projet de stade.

La suite après cette publicité

«Ce partenariat constituera la base de la prochaine phase de croissance mondiale du PSG et favorisera les succès footballistiques et commerciaux du club. L’investissement d’Arctos servira à développer les opérations du PSG et à soutenir les initiatives immobilières stratégiques du club, notamment celles liées à son stade et aux futures phases de développement du centre d’entraînement du PSG à Poissy, en banlieue parisienne. Arctos fournira également des services, de l’expertise et des informations stratégiques visant à aider le club à réaliser ses ambitions. (…) Arctos met à profit sa connaissance approfondie du secteur, son expertise opérationnelle, ses recherches fondées sur la science des données et son vaste réseau de relations pour accélérer la croissance et accroître la valeur de son portefeuille de franchises sportives.»

À lire PSG : Marquinhos devrait être là contre la Real Sociedad

Un fonds d’investissement très présent dans le sport US et à Liverpool

Mais qui est vraiment Arctos Sports Partners ? Fondée en 2019, la société américaine est très présente dans le monde du sport, notamment aux États-Unis. Elle est en effet présente dans des clubs de NBA (Utah Jazz, Sacramento Kings, Golden State Warriors), des écuries de hockey sur glace en NHL (New Jersey Devils, Penguins de Pittsburgh), des équipes de baseball en MLB (Houston Astros, LA Dodgers, Boston Red Sox), des clubs de football (Liverpool, Portland Timbers) et même en Formule 1 (Aston Martin). Sur son site internet, Arctos Sports Partners se présente notamment comme « des investisseurs à long terme qui n’aspirent pas à prendre le contrôle de l’entreprise. Des défenseurs de la croissance, de l’attractivité et de la durabilité des franchises et des ligues sportives. Arctos Insights est un fournisseur de recherche appliquée et de solutions de pointe pour nos clubs et l’écosystème sportif au sens large. Nous produisons des recherches et des contenus uniques, basés sur des données, sur les tendances, les opportunités et les valorisations de l’industrie du sport. »

La suite après cette publicité

Et parmi les solutions proposées, Arctos Sports Partners annonce une capacité à fournir des liquidités à un seul propriétaire ou des solutions de liquidité plus complètes pour des groupes de propriétaires. Une approche collaborative pour répondre aux objectifs uniques des propriétaires de franchises. Un financement de la croissance locale grâce à des projets générateurs de retour sur investissement et/ou à l’optimisation des actifs existants. Et pourquoi avoir voulu entrer dans le capital du PSG ? «Ils ne peuvent pas ignorer que le football est le sport le plus populaire de la planète. À trois ans de la Coupe du Monde, qui fera étape sur le territoire américain, ils s’offrent une visibilité et une notoriété supplémentaire, alors que le football masculin reste une ligue mineure aux États-Unis. Enfin, il est plus simple pour eux d’investir dans le football européen qu’en MLS. L’économie du football en Europe est beaucoup plus libérale», avait indiqué au Parisien en mai dernier Luc Arrondel, économiste du sport et directeur de recherche au CNRS. Une affaire gagnant-gagnant en somme.

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité