Bernard Tapie est mort

Homme d’affaires, homme politique, figure de l’Olympique de Marseille des années fastes, Bernard Tapie est mort à 78 ans des suites d’une longue maladie. Il restera à jamais le premier patron de club français vainqueur de la Ligue des Champions.

Bernard Tapie, ancien président de l'OM, est décédé ce dimanche 3 octobre
Bernard Tapie, ancien président de l'OM, est décédé ce dimanche 3 octobre ©Maxppp
La suite après cette publicité

Après un long combat contre le cancer, semé d’embûches et rempli de petites victoires, Bernard Tapie s’est éteint ce dimanche matin aux alentours de 8h40. Il avait 78 ans. Personnalité clivante, homme aux multiples vies connu pour son franc parler, il aura été le propriétaire de l’OM de 1986 à 1995. L’OM des exploits, l’OM du ballon d’Or et de la Ligue des champions. L’OM des affaires aussi.

Petit-fils de cheminot et fils d’ouvrier né à Paris en 1943, Bernard Tapie a tout du self made man. Spécialisé dans le rachat d’entreprises en difficulté, il acquiert sa fortune dans les années 1980. Passionné de sport, c’est dans le cyclisme qu’il fait ses armes, en créant l'équipe La Vie Claire, avec laquelle Bernard Hinault remporte son cinquième Tour de France en 1985.

Il rachète l'OM un franc symbolique en 1986

L’année suivante marque le début de l’idylle entre Bernard Tapie et l’Olympique de Marseille. A la demande d’Edmonde Charles-Roux, épouse du maire de Marseille Gaston Defferre, l’entrepreneur arrive aux manettes du club phocéen, en quête d’un titre depuis dix longues années et en proie à de grosses difficultés financières. Il rachète l’OM 1 franc symbolique et le façonne à son image.

Il subtilise Jean-Pierre Papin à Monaco, à qui le joueur avait pourtant donné son accord, en lui proposant de doubler le salaire proposé par l’écurie monégasque et convainc Alain Giresse de quitter des Girondins de Bordeaux alors au sommet du football français. Après avoir terminé derrière le Bordeaux d’Aimé Jaquet et le Monaco d’Arsène Wenger, l’OM de Tapie - Gérard Gili et Raymond Goethals - glane quatre titres de Champion de France consécutifs de 1989 à 1992.

Papin, premier Ballon d'Or issu d'un club français

En 1991, grâce aux prouesses de Jean-Pierre Papin, l'Olympique de Marseille devient le premier club français à avoir un joueur de son effectif primé au Ballon d’Or. Éric Cantona, Basile Boli, Didier Deschamps, Marcel Desailly, Fabien Barthez, Abedi Pelé, Chris Waddle, Alen Bokšić, Sonny Anderson, Manuel Amoros, Jean Tigana, Klaus Allofs, Enzo Francescoli, Carlos Mozer, Dragan Stojkovic, tous ont participé au chapitre Tapie de l’histoire de l’OM.

L’OM de Tapie, c’est aussi quatre finales de Coupe de France (victoire en 1989), deux demi-finales de Coupe d'Europe (Coupe des coupes 1988, Coupe des clubs champions 1990) et deux finales de Ligue des champions, dont une gagnée en 1993 face à l'AC Milan, qui reste la seule remportée par un club français à ce jour. Une histoire riche en trophées mais également marquée par l’affaire OM-VA.

VA-OM, une affaire qui marque

Deux joueurs valenciennois, Jorge Burruchaga et Christophe Robert, avaient été contactés pour qu’ils « lèvent le pied » face à l’OM, qui doit disputer la finale de Ligue des champions quelques jours plus tard. Bernard Tapie est condamné en appel en novembre 1995 à deux ans de prison, dont huit mois ferme, et une inéligibilité de trois ans. Des ennuis judiciaires qui précipiteront la mise en faillite de l’Olympique de Marseille...

Malgré la chute en deuxième division, Bernard Tapie restera aux commandes du club phocéen, qui terminera champion de Ligue 2 dès sa première année, grâce aux 31 buts de Tony Cascarino, mais se verra privé de montée par la DNCG. « Tant que je resterai président de l’OM, toutes les décisions relatives au club seront défavorables. Je dois donc partir ». Il démissionne de la présidence de l’OM... pour faire un ultime et bref retour en 2001, au moment où le club désormais propriété de Robert Louis-Dreyfus frôle la relégation.

Acteur, chanteur, animateur télé, ministre, Bernard Tapie aura eu plusieurs vies. Dernièrement, amoindri, c'est devant la justice qu'il devait répondre dans le cadre de l'affaire Adidas, l’opposant au Crédit lyonnais. C'est entouré des siens qu'il s'est éteint il y a quelques minutes, dans sa maison seine-et-marnaise de Combs-la-Ville. Gunnar Andersson, Raymond Goethals, Robert Louis-Dreyfus, Pape Diouf, Michel Hidalgo... Bernard Tapie rejoint le Panthéon marseillais.

Plus d'infos

Commentaires