Ligue Europa Conférence : le LOSC s’incline face à Aston Villa mais peut y croire

Par Aurélien Léger-Moëc
2 min.
McGinn et sa célébration face au LOSC @Maxppp

Lille a quitté l’Angleterre avec une défaite 2-1 contre Aston Villa, mais des motifs d’espoirs. Le score autorise l’idée d’une remontée, tout comme la prestation globale des Lillois, qui auraient pu marquer plus sans un grand Emiliano Martinez.

Premier quart de finale européen de l’histoire du LOSC. Le poids de l’événement était considérable pour les hommes de Paulo Fonseca, ce soir à Villa Park. Opposés à Aston Villa, ils se présentaient avec leur habituel 4-5-1, avec Haraldsson, Gudmundsson et Zhegrova sous Jonathan David. Et entamaient bien la rencontre, avec une certaine maîtrise dans la conservation du ballon. David était même tout proche de profiter d’une erreur de relance vers Emiliano Martinez dès la 5e minute.

La suite après cette publicité

Malgré cette belle entame, Lille était trop rapidement puni sur corner. McGinn centrait parfaitement au deuxième poteau sur la tête de Watkins qui arrivait lancé (1-0, 13e). Dommage, d’autant que Chevalier avait déjà réalisé une belle première parade à bout portant juste avant. Lille ne baissait pourtant pas les bras, et Zhegrova avait un face-à-face à jouer devant Martinez, après un amour de ballon de Bentaleb. Le gardien argentin s’imposait (20e). Tout comme il s’imposait devant Diakité, auteur d’une montée rageuse (31e).

À lire Lille-Nice : les compositions officielles

Martinez a dégoûté les Lillois

Emiliano Martinez avait visiblement décidé de ne pas faire remonter sa cote de popularité auprès des supporters français. Et cela continuait avec une nouvelle intervention décisive devant Jonathan David, lancé par Haraldsson (41e). Le LOSC pouvait rentrer aux vestiaires avec des regrets devant ces trois occasions en or mal conclues. Aston Villa redémarrait fort en deuxième période, les situations chaudes s’enchaînaient devant les cages de Lucas Chevalier. Et sans surprise, c’est McGinn qui venait concrétiser cette domination. Trouvé en retrait par Baily, l’Ecossais plaçait sa frappe au ras du poteau lillois (2-0, 56e).

La suite après cette publicité

Le LOSC réagissait encore positivement, et pensait même réduire la marque sur un centre de Tiago Santos repris victorieusement par Gudmundsson. Mais la VAR en décidait autrement, en annulant le but pour un hors-jeu plus que discutable (66e). Gudmundsson alertait encore Martinez de la tête (72e), puis Haraldsson dans le corner suivant. Le gardien argentin poursuivait son sans-faute et dégoûtait les Lillois. Jusqu’au but de la tête de Diakité sur un corner parfaitement tiré par Cabella, entré en jeu (2-1, 84e) ! Le LOSC était récompensé de son bon match avec cette réduction du score, qui lui laisse le droit d’espérer pour le match retour, prévu la semaine prochaine. Dans le dernier quart de finale, le Club Bruges s’est imposé 1-0 à domicile devant le PAOK Salonique.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité