Séville FC : la folle soirée de Lucas Ocampos

L'ailier argentin du Séville FC a encore été décisif lundi soir, lors de la victoire de son équipe face à Eibar (1-0). Un but qui offre les trois points aux siens, mais pas que...

Lucas Ocampos sous le maillot du Séville FC
Lucas Ocampos sous le maillot du Séville FC ©Maxppp

L'arrivée de Lucas Ocampos en Andalousie cet été avait suscité beaucoup de curiosité. L'ancien joueur de l'Olympique de Marseille, recruté pour environ 15 millions d'euros, débarquait ainsi dans une équipe totalement rénovée, mais surtout, sous les ordres d'un entraîneur qui n'est habituellement pas forcément friand de ce type de joueur. Si au cours de la saison Julen Lopetegui a prouvé qu'il pouvait aussi troquer son jeu de position pour un style plus direct, le profil de l'ailier argentin ne semblait pas vraiment correspondre...

La suite après cette publicité

Et pourtant... On peut maintenant le dire, l'ancien de River est le meilleur joueur sévillan de cet exercice 2019/2020, du moins dans le secteur offensif. Principalement aligné sur le côté droit de l'attaque - mais parfois aussi à gauche quand Suso est titularisé à ses côtés - le joueur de 25 ans est un poison. Des qualités de dribbleur et de provocateur qu'on lui connaissait déjà, mais en Espagne, il a réussi à épurer son jeu et à devenir un monstre d'efficacité. Ses statistiques en sont la preuve : treize buts et trois passes décisives en vingt-neuf rencontres de championnat.

Un but... et une parade décisive

Et mardi soir, en fermeture de la trente-quatrième de Liga, Ocampos est encore un peu plus entré, s'il y avait besoin, dans le cœur des Sévillans. Tout d'abord, il a marqué le but de la victoire, se jetant au deuxième poteau pour reprendre un sacré centre de Jesus Navas, avec qui il semble d'ailleurs avoir une entente spéciale. Un but de renard qui témoigne de la large palette à disposition du natif de Quilmes. Mais ce n'est pas tout, puisqu'en toute fin de match, Tomas Vaclik, le portier andalou, s'est blessé. Julen Lopetegui ayant déjà épuisé ses cinq changements, c'est Lucas Ocampos qui a dû enfiler les gants... Et là aussi, il a été décisif, avec une parade à la 100e minute de jeu devant Dmitrovic, le portier d'Eibar qui était monté ! Autant dire que si les pensionnaires du Sanchez Pizjuan ont pris les trois points hier, c'est en grande partie grâce à lui. Et ce succès permet d'ailleurs à Séville de creuser l'écart avec Villarreal. Avec six points d'avance sur le Sous-Marin Jaune, cinquième, l'équipe du sud de l'Espagne a pratiquement assuré sa place pour la prochaine édition de la Ligue des Champions.

« Quand on joue des matchs en groupe réduit j'aime bien être aux cages mais jamais je n’imaginais que j'allais jouer à ce poste en match. Avant d'entrer, l'entraîneur des gardiens m'a dit de rester sur ma ligne. Le ballon est arrivé, et je l'ai repoussé. C'était un match bizarre », soulignait un Ocampos tout sourire devant les caméras de Movistar + en fin de rencontre. En Espagne, on ne parle pratiquement que de ça ce mardi matin. « Le meilleur 9 de Séville », peut-on lire sur le média sportif sévillan Estadio Deportivo, où on souligne les qualités de buteur de l'ancien Marseillais, qui explose les chiffres des deux attaquants de pointe de l'équipe, Luuk de Jong (6 buts) et Youssef En-Nesyri (3 buts, arrivé cet hiver). Autant dire que s'il y avait eu du public dans ce Sanchez Pizjuan toujours bouillant, Ocampos aurait été acclamé comme très peu de joueurs y ont été salués ces dernières années... Maintenant que les Andalous ont fait le plus dur, l'Argentin et ses partenaires seront attendus en Ligue des Champions dès la saison prochaine...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires