Kyogo Furuhashi-Jota, le nouveau duo qui fait fureur au Celtic

Le Celtic s'est trouvé une nouvelle paire d'attaquants qui affole les compteurs en Écosse et en Europe.

Kyogo Furuhashi et Jota célèbrent une victoire avec le Celtic
Kyogo Furuhashi et Jota célèbrent une victoire avec le Celtic ©Maxppp

La saison de la reconstruction. Le Celtic, secoué par un exercice compliqué et une deuxième place loin derrière les Rangers en Scottish Premier League (25 points de retard !), doit se relever après avoir perdu quelques cadres comme Olivier Ntcham, Odsonne Édouard, Kristoffer Ajer, Jack Hendrie, Ryan Christie et, surtout, son emblématique capitaine Scott Brown. Ange Postecoglou, expérimenté manager australien, a la lourde tâche de tourner cette page glorieuse de l'histoire du club et de bâtir une nouvelle équipe triomphante.

La suite après cette publicité

Pour l'heure, les Bhoys, deuxièmes au classement, sont toujours au contact des Gers, qui viennent de perdre Steven Gerrard parti à Aston Villa, à quatre points seulement. Après 13 journées, ils possèdent d'ailleurs la meilleure défense, avec seulement 9 buts encaissés, et la meilleure attaque, avec 30 réalisations au compteur. Cette force offensive est incarnée par un duo de recrues arrivées cet été : le Portugais Jota (22 ans) et le Japonais Kyogo Furuhashi (26 ans). Les deux hommes - en attendant l'adaptation de Giorgios Giakoumakis (26 ans), meilleur buteur d'Eredivisie la saison dernière, arrivé en fin de mercato - ont inscrit à eux deux 11 de ces 30 buts.

L'international Espoirs lusitanien (18 sélections, 5 réalisations), débarqué en prêt en provenance de Benfica, confirme enfin tout le bien que l'on pense de lui depuis de nombreuses années. Champion d'Europe U17 et U19 avec le Portugal aux cotés de Francisco Trincão par exemple (prêté à Wolverhampton par le FC Barcelone), l'ailier a mis plus de temps à arriver à maturité, souvent barré par la concurrence à Benfica, son club formateur, ou freiné par des blessures, lors de son prêt à Valladolid la saison dernière.

Enfin l'éveil pour Jota

À Glasgow, le Lisboète, intenable sur son aile gauche, marche littéralement sur l'eau. Les chiffres ne mentent pas. En 15 apparitions toutes compétitions confondues, il a marqué 6 buts et délivré 7 passes décisives. Épanoui, le dribbleur allie l'efficacité au spectaculaire, enfin. Pas étonnant donc, de voir les voix s'élever pour que le Celtic lève le plus rapidement possible son option d'achat, fixée à 7,5 M€ (Benfica se réservant dans ce cas un pourcentage de 30% sur une future vente). John Hartson, attaquant du club entre 2001 et 2006, ancien international écossais, s'est montré très clair dans une tribune dans le Scottish Sun.

«Il y a une possibilité de recruter définitivement Jota, mais son agent et lui ont le dernier mot. On ne veut pas que Jota soit à 20 buts en février et que le Bayern Munich arrive et dise à son agent : "on te donne 10 M€ pour ton joueur." Ça peut arriver. Ce que je veux dire c'est : "signez-le vite !" Le Bayern ou le PSG peuvent dire : "nous voulons ce gamin de 22 ans qui brille au Celtic." J'espère que l'affaire sera rapidement bouclée parce que Jota est un joueur spécial», a-t-il lancé. Même son de cloche pour Owen Hargreaves, ex-international anglais passé par Manchester City ou le Bayern Munich, aujourd'hui consultant pour BT Sport.

«Jota est un joueur étourdissant. J'aime ce genre d'ailiers percutants, qui vont droit au but. (...) Le club doit trouver un moyen de le conserver», a-t-il envoyé. Un message parfaitement entendu au club. «Je crois que Jota est en train de prendre beaucoup de plaisir ici. Mon travail est de faire de lui le meilleur joueur possible. Maintenant, s'il sent que c'est le bon endroit pour son avenir, nous serions très contents de le garder», a lâché son coach en conférence de presse au sortir de la victoire sur la pelouse de Dundee United (2-4, 13e journée).

Les débuts canons de Furuhashi

Furuhashi, lui, les Hoops l'ont déjà verrouillé jusqu'en juin 2025. Recruté lors du dernier mercato pour un peu plus de 5 M€ au Vissel Kobe d'Andrés Iniesta, où il avait scoré à 42 reprises en 95 apparitions en J League, le buteur japonais n'a pas eu besoin de temps d'adaptation. Il en est déjà à 13 réalisations en 18 apparitions toutes compétitions confondues. «Kyogo est un joueur très très spécial. (...) J'espère qu'il va pouvoir continuer comme ça et terminer la saison à 20 buts ou plus», s'est enflammé Hartson sur le plateau de BT Sport. Presque gêné, l'international nippon (12 capes, 3 réalisations) préfère mettre en valeur le travail de ses partenaires.

«Au Celtic, je joue en pointe, je prends vraiment beaucoup de plaisir et je marque beaucoup de buts. Mais je dois aussi rendre hommage à mes coéquipiers parce qu'ils créent beaucoup de situations pour moi. J'ai développé une très bonne entente avec eux et je sais quand ils vont me servir. Je me sens bien et nous avons des résultats. Je crois que je suis dans une position où je peux montrer mes qualités et mes forces. Je joue avec beaucoup de confiance en ce moment. Le Celtic me donne beaucoup de liberté et a misé beaucoup sur moi. Je ne veux pas les décevoir. J'y joue avec le sourire», a-t-il savouré lors du dernier rassemblement avec sa sélection.

Et à en croire Jota, la relation entre les deux hommes ne peut que s'améliorer. «Je commence à connaître Kyogo, ses mouvements sont incroyables. Il est l'un des meilleurs joueurs que j'ai vus en termes d'appels. (...) Malheureusement, Kyogo ne parle pas anglais, alors c'est parfois difficile. C'est amusant, j'ai dit à Kyogo que s'il n'apprenait l'anglais, il ne fallait pas s'inquiéter, parce que j'essaierai d'apprendre un peu le japonais pour que l'on puisse parler. Je vais assurément apprendre des mots japonais pour pouvoir discuter avec lui mais je pense que, le plus important c'est que, sur le terrain, on commence à bien se connaître tous les deux. Match après match, ça ira de mieux en mieux», a-t-il confié au Herald. Le Celtic, qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue, compte sur eux pour son déplacement décisif sur la pelouse du Bayer Leverkusen ce jeudi (5e journée de Ligue Europa).

Plus d'infos

Commentaires