Mercredi prochain, Sylvain Ripoll, entraîneur de l’équipe de France espoirs, va publier sa liste de joueurs retenus pour participer à l’Euro, qui se disputera en Italie et à San Marin du 16 au 30 juin prochain. A priori, ce sera sans Jean-Kevin Augustin. Et pour plusieurs raisons. Déjà parce que l’ancien joueur du Paris Saint-Germain ne joue plus avec son club du RB Leipzig (aucune apparition depuis le 9 mars dernier !). Ensuite parce qu’il paye à juste titre le fait d’avoir décliné une convocation lors des qualifications en septembre dernier. Et ce après déjà avoir eu une prise de bec avec Sylvain Ripoll au cours d’un rassemblement précédent.

Généralement muet face aux médias, Augustin est sorti de son silence via un entretien accordé à L’Équipe, où il reconnaît ses erreurs. « Aujourd’hui, je veux tout déballer, tout ce que j’ai sur le coeur. Je ne suis pas un caïd. Au fond, je suis un bon garçon, c’est juste que j’ai fait des erreurs de jeunesse », explique-t-il. « Je veux tout changer autour de moi. Ce sera à moi de prouver que je suis crédible de par mes performances sur le terrain et en dehors. » Le mea culpa est donc fait, mais cela ne lui assure en aucun cas sa présence lors du prochain Euro espoirs. Augustin, âgé de 21 ans, ne se fait pas de film, et est bien conscient qu’il a probablement laissé passer sa chance.

Augustin veut rester au RB Leipzig

Il est également conscient de sa mauvaise image auprès des amateurs de foot, alors que son aventure au RB Leipzig, où il évolue depuis 2017, a été marquée par quelques épisodes négatifs. « On me perçoit comme un mec arrogant, un petit con. Sur le terrain, on dirait que je me la raconte un peu. Mais au fond, je ne suis pas une personne arrogante. » Considéré comme très prometteur lors de sa première saison, il a clairement perdu du crédit aux yeux de son entraîneur actuel, Ralf Rangnick, qui ne l’a plus utilisé depuis le 9 mars dernier. Une sanction sportive qui venait punir un manque de sérieux.

Pour Augustin, il est temps de grandir et de devenir un véritable professionnel. Ce qu’il semble avoir compris. « Je dois encore plus bosser, gagner ma place. Je ne le faisais pas avant. Je venais, je disais : « ça y est, je suis fort, je sors du PSG, je n’ai pas besoin de bosser ». Et ça, tu ne peux pas. Aujourd’hui, je bosse comme un fou. Je ne peux pas vous dire que je suis heureux de ma situation, mais c’est un mal pour un bien. Si je n’avais pas été dans cette situation, je pense que je ne l’aurais pas fait ou je l’aurais fait trop tard. » Alors que le RB Leipzig est prêt à le céder cet été, déçu par son comportement ces derniers mois, Jean-Kevin Augustin est bien décidé à se battre pour une place. D’autant que Timo Werner, l’inamovible titulaire en attaque, pourrait bien changer d’air cet été. De quoi libérer une place à Augustin et lui offrir une nouvelle chance de s’imposer.