Une erreur de débutants. Le Real Madrid s’est rendu coupable d’une énorme boulette pour un club de son standing. Ce mercredi soir, à Cadix (1-3, Coupe du Roi), Rafael Benitez a aligné Denis Cheryshev d’entrée pour lui donner du temps de jeu, lui qui n’est qu’un joueur de complément depuis le début de la saison au sein de l’effectif de la Casa Blanca. Seulement, l’international russe, buteur dès la 3e minute, était suspendu pour un avertissement reçu la saison passée, lors de son prêt à Villarreal... Les Madrilènes ont tenté de sauver les apparences en le sortant à la mi-temps, mais le mal était déjà fait...

« Le club ne savait rien. La Fédération ne nous l’a pas dit et quand nous l’avons su, nous l’avons remplacé. Villarreal et la Fédération ne nous ont rien dit. (...) Nous l’avons appris à la mi-temps, quand on nous l’a dit. Nous l’avons remplacé pour démontrer notre bonne foi », a confié Benitez en conférence de presse d’après-match. Une ligne de défense qui ne convainc personne puisque, selon Marca, les pensionnaires du Bernabeu ont été mis au courant de cette suspension par courrier officiel le 27 juillet... Cadix a donc décidé de porter réclamation, comme l’a annoncé son président à l’issue de la rencontre.

La presse et Piqué ne ratent pas l’occasion de se moquer

« Il fallait prendre une décision rapide. Cadix, après un conseil d’administration exceptionnel a décidé de porter réclamation, malgré tout notre respect pour le football et le club. Nous en sommes peinés parce que le Real est un club ami », a ainsi expliqué Manuel Vizcaíno. Le Real a donc toutes les chances de passer à la trappe selon les règlements de la Fédération Espagnole de Football... Une bourde administrative qui est largement soulignée aujourd’hui par la presse espagnole : « Boulette à Cadix » - As, « La grande bourde » - Mundo Deportivo, « Scandale » - Sport, « Erreur monumentale du Real » - El Pais.

La Maison Blanche, déjà moquée après la correction subie à domicile contre le FC Barcelone et pris dans la tempête Karim Benzema, se voit là une nouvelle fois humiliée en quelques jours seulement. Gerard Piqué, défenseur du FC Barcelone et culé devant l’Eternel, n’a ainsi pas manqué de souligner cette faute madrilène avec un petit tweet plein de dérision et de smileys de circonstances. Le Real Madrid est la risée de l’Espagne et du monde du football. Ça va barder dans les bureaux de Florentino Pérez !