Tout le monde s’en doutait un petit peu, l’Olympique de Marseille n’a pas tenu le choc face à l’Atlético Madrid en finale de la Ligue Europa. Les hommes de Rudi Garcia se sont fait balayer par ceux de Diego Simeone sur le score de trois buts à zéro. Si le résultat peut paraître sévère, certains joueurs, et non des moindres, sont totalement passés à côté de la rencontre. Ainsi, le premier but vient d’une erreur qu’on pourrait imputer à deux joueurs.

Parmi ces deux joueurs se trouve Steve Mandanda. Revenu de Crystal Palace l’été dernier, l’international tricolore n’aurait peut-être pas dû relancer dans l’axe sur Zambo Anguissa. En outre, il se couche un peu vite sur les buts et n’a pas été du tout décisif. Au niveau de la défense, Luiz Gustavo, pour un joueur qui était celui avec le plus d’expérience côté marseillais, est apparu fébrile et surtout tendu. Son coéquipier à sa gauche, Jordan Amavi n’a guère été plus tranchant en ratant un nombre incalculable de passes vers l’avant et en souffrant défensivement. Il est ainsi impliqué, par un mauvais replacement, sur le deuxième et le troisième but des Colchoneros.

Valère Germain sifflé à sa sortie

Zambo Anguissa, outre son erreur, a rendu une copie correcte. Mais devant, cela devenait un peu gênant. Dimitri Payet, avant sa sortie (32e), ne s’est illustré que sur sa passe presque décisive pour Germain si on veut paraphraser Rudi Garcia, le coach de l’OM, et a refusé la plupart des duels, la faute sûrement à sa gêne musculaire. Florian Thauvin a été fidèle à lui-même dans les grands rendez-vous, à savoir tantôt transparent, tantôt maladroit et peu inspiré.

Enfin, devant, Valère Germain a gâché une sublime opportunité dès la quatrième minute sur une offrande de son capitaine Dimitri Payet. L’ex-Niçois et Monégasque a traversé cette rencontre de manière totalement quelconque et a même été sifflé par ses propres supporters lors de sa sortie (il a été remplacé en fin de rencontre par Konstantinos Mitroglou qui a trouvé le poteau d’Oblak). Si le résultat est si sévère, c’est parce que tous les hommes précédemment cités n’ont pas été à la hauteur.