Plus on s’approche de ce duel de quarts de finale entre l’Uruguay et la France, plus il semble clair qu’Edinson Cavani ne sera pas de la partie. C’est du moins ce qu’affirment les médias uruguayens ces dernières heures. Et tout porte à croire que c’est Cristhian Stuani qui prendra sa place à la pointe de l’attaque charrua, aux côtés de Luis Suarez. Un joueur pas forcément connu en France, mais qui sort pourtant d’une superbe saison en Espagne, où il a inscrit 21 buts avec le promu Girona. Du haut de ses 31 ans, le joueur de l’équipe catalane, qui a pas mal bourlingué par le passé, est dans la forme de sa vie.

Concrètement, son profil est bien différent de celui d’Edinson Cavani. S’il est capable de jouer seul en pointe ou en soutien d’un autre numéro 9, voire parfois sur une aile droite comme ce fut souvent le cas pendant sa période à l’Espanyol (2012-2015), c’est dans la surface qu’il se sent le plus à l’aise. Il ne s’agit pas forcément d’un joueur qui va multiplier les appels dans le dos de la défense ou qui va tenter l’exploit individuel, mais plus un attaquant qui sera bien placé à la retombée des centres, ou qui tentera de jouer en pivot pour combiner. C’est d’ailleurs probablement l’un des meilleurs joueurs de la planète dans le jeu aérien, et 10 de ses 21 buts ont ainsi été inscrits de la tête ! Raphaël Varane et Samuel Umtiti auront du boulot donc...

Un rôle de finisseur nouveau pour lui

Mais Stuani n’a pas toujours été un redoutable buteur. Cet exercice 2017/2018 était d’ailleurs de loin sa meilleure saison sur le plan statistique, puisque c’est la première fois de sa carrière qu’il a été aligné en vraie référence offensive dedans, bien entouré par des joueurs comme Portu et la qualité des centreurs de celle qui a été l’équipe révélation de la saison de l’autre côté des Pyrénées. Les saisons précédentes, il n’a dépassé la barre des 10 buts qu’à une seule reprise (2014/2015 avec l’Espanyol). On notera qu’il a aussi su se montrer décisif dans les gros matches, avec un doublé contre l’Atlético et trois buts sur les deux confrontations de la saison face au Real Madrid.

Comment vont devoir défendre les Bleus face à lui ? Il va surtout falloir empêcher Stuani de trop s’approcher de la surface. Moins hargneux, moins habile et moins vif que Cavani, tant qu’il est éloigné des derniers mètres il n’est pas forcément dangereux, là où le Parisien peut sortir un exploit individuel ou un geste de grande classe à tout moment. Et contrairement à ce qu’on peut voir à Girona, les offensives uruguayennes ne se terminent que rarement par des centres dans la boîte, les joueurs de couloir étant principalement utilisés pour ressortir le ballon plus que pour créer du danger dans les derniers mètres, la Celeste opérant souvent en contre-attaque ou via des combinaisons entre ses joueurs offensifs devant. Stuani risque donc d’avoir du mal à se positionner sur le terrain, comme ce fut le cas lors de son entrée en jeu face au Portugal. L’Uruguay perd gros avec Cavani, mais il y a du monde derrière...