Le 31 juillet dernier, Getafe présentait d’un coup trois de ses nouvelles recrues : Fayçal Fajr, Emiliano Velazquez et Djene Dakonam. Ce dernier, tout simplement appelé Djene, était arrivé dans le club de la banlieue madrilène quelques jours auparavant, sans faire de bruits. Et pour cause, il est arrivé contre 2 millions d’euros du modeste club de Saint-Trond, douzième de l’édition 2016/2017 du championnat belge. Pas un renfort très prestigieux donc, même s’il était un peu connu en Espagne puisqu’il avait évolué à Alcorcon, en deuxième division, pendant deux ans entre 2014 et 2016 (c’est d’ailleurs là que Bordalas, le coach de Getafe, l’avait connu). Et pourtant, quelques mois plus tard, il est clairement la meilleure recrue estivale du promu en Liga, et même un des bons coups du dernier mercato estival en Liga.

Il est clairement l’un des principaux artisans de la bonne première partie de saison que réalise son équipe, pointant à la 9e marche du classement, à quelques points des positions européennes. Il compte déjà des matchs référence face à des joueurs comme Luis Suárez ou Aritz Aduriz. Bien installé dans le 4-4-2 de Pepe Bordalas, aux côtés de Cala en défense centrale, le Togolais règne en maître et est devenu un véritable cauchemar pour les attaquants adverses. Il faut dire que les exigences de son entraîneur, à savoir intensité et jeu très direct sont faites pour le mettre dans les meilleures conditions possibles. D’ailleurs, son gabarit n’est pas forcément impressionnant (1m78), mais il a des capacités physiques hors norme, dans la mesure où il est puissant, vif, rapide et athlétique. Sa principale qualité reste cependant, et de très loin, sa lecture du jeu qui lui permet d’avoir une capacité d’anticipation hors norme, coupant de nombreuses actions.

Un parcours particulier

Ce qui ne l’empêche pas d’être particulièrement à l’aise dans le duel, tout comme sa taille relativement basse pour un défenseur centrale ne l’empêche pas d’être un des défenseurs les plus performants du championnat dans le jeu aérien. Encore une fois, tout est une question de vision du jeu et de timing, et ça, Djene n’en manque clairement pas. Reste tout de même à voir comment il évoluerait dans une équipe avec la ligne de défense plus haute et qui tente de sortir le ballon plus proprement que Getafe, mais dans le contexte azulon, l’ancien de Saint-Trond excelle. « J’étais déjà sous le charme quand je l’ai connu. C’est un joueur qui devait encore s’adapter, mais j’ai vu en lui des qualités énormes. Il est compétitif. Il est attentif, il s’entraîne bien, il ne se plaint pas. Il fait partie de ces joueurs qui ne se mettent pas que les coachs dans la poche mais aussi le public », soulignait son coach en novembre. Son parcours est d’autant plus impressionnant quand on sait qu’il y a encore un peu plus de trois ans, il évoluait à Cotonsport dans le championnat camerounais, ou qu’il n’est pas défenseur central de formation et que son poste naturel reste celui de latéral.

« Mon arrivée en Europe fut difficile. Je suis arrivé en France pour faire un stage avec Lens, en décembre, il faisait très froid et je n’y étais pas habitué. C’était la première fois que j’étais en Europe. J’ai travaillé dur, parce que si on me disait que je n’étais pas au niveau je devrais retourner dans mon pays. J’y suis resté deux mois, jusqu’à ce que je reçoive une offre d’Alcorcon. Je ne parlais pas espagnol, mais Bordalas est une très bonne personne, il m’a beaucoup aidé », expliquait-il dans un entretien accordé à Marca. S’il dégage une image plutôt sympathique, c’est aussi à cause de sa modestie et de sa simplicité. Une photo de lui en train d’attendre un train de banlieue avait fait le buzz, et on a appris par la suite qu’il allait à l’entraînement en transport public. « Je suis allé attendre un ami. Pourquoi un joueur de football ne pourrait-il pas se déplacer en train ? Nous sommes des humains. Si toi tu peux te déplacer dans Madrid en train, pourquoi pas nous ? Pour moi, c’est quelque chose de très normal. Dans ce cas là, je suis juste allé attendre un ami », avait-il ensuite expliqué à Marca. Quoi qu’il en soit, sa cote continue de grimper et ça, son club le sait puisque trois mois après son arrivée seulement, il a déjà signé un nouveau contrat le liant aux Azulones jusqu’en 2023, avec on peut l’imaginer une clause libératoire bien revue à la hausse pour faire fasse aux gros clubs qui ne devraient pas tarder à se manifester...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10