Cette saison, les attaquants espagnols sont plutôt en forme. La preuve, 7 des 10 meilleurs buteurs de la Liga - Nolito, Aduriz, Guerra, Lucas Perez, Agirretxe, Ruben Castro et Iago Aspas -sont originaires du pays de Cervantes ! Aucun autre gros championnat européen ne peut se vanter d’avoir tant de joueurs locaux parmi ses meilleurs buteurs. La preuve, la Ligue 1 ne compte que 4 joueurs tricolores dans son top 10 des meilleurs buteurs. De même en Allemagne, où seulement trois joueurs allemands figurent dans le classement. Et le championnat français s’en sort plutôt bien par rapport à la Premier League, où James Vardy et Harry Kane sont les seuls joueurs britanniques figurant parmi les joueurs les plus efficaces devant les cages. Enfin, trois Italiens figurent parmi les dix joueurs ayant marqué le plus de buts cette saison en Serie A. L’occasion parfaite pour se pencher sur ces numéros 9 espagnols qui réalisent un très bon début de saison !

Aritz Aduriz (34 ans – Athletic). Le taulier de l’Athletic. Depuis son retour à Bilbao à l’été 2012 après une aventure en dents de scie du côté de Valence, il totalise déjà 76 buts ! Le Basque est comme le bon vin, il devient meilleur avec le temps. La preuve, la saison 2014/2015 a été de loin la meilleure de sa carrière, avec 26 buts inscrits toutes compétitions confondues. Il semble être reparti sur les mêmes bases cette année, avec 15 buts marqués depuis le mois d’août, 7 d’entre eux en Liga. On parle probablement du meilleur joueur du championnat dans le jeu aérien, qui est également capable de faire la différence balle au pied. Bien entouré par le nouvel arrivant Raul Garcia, la pépite Inaki Williams et des joueurs confirmés comme Susaeta ou Benat, Aduriz a toutes les cartes en main pour rééditer les performances de l’an dernier et même faire mieux ! En Espagne, beaucoup d’observateurs en font leur favori pour occuper la pointe de l’attaque de la Roja. Au fait, on rappelle qu’il n’a coûté que 2,5 millions d’euros à l’Athletic. Plutôt rentable !

Imanol Agirretxe (28 ans – Real Sociedad). Une valeur sûre du côté d’Anoeta. Son profil nous rappelle celui d’Aduriz, et les similitudes vont bien au-delà du fait que les deux soient originaires du Pays-Basque. Excellent dans le jeu aérien, il est tout aussi adroit et possède une excellente frappe de balle. Si Agirretxe plaît autant du côté de San-Sebastian, c’est aussi et surtout à cause de son mental sans faille. Il démarre très rarement la saison en tant que titulaire, mais termine toujours par se faire une place dans le 11 txuri-urdin. Cette saison encore, c’est Jonathas, arrivé d’Elche pour 7 millions d’euros, qui avait les faveurs de David Moyes. Mais peu à peu, Agirretxe est parvenu à s’emparer du poste grâce à de bonnes entrées, reléguant définitivement le Brésilien sur le banc. Il totalise déjà 8 buts cette saison en seulement 9 rencontres, soit deux-tiers des buts inscrits par la Real Sociedad en Liga (12 au total).

Ruben Castro (34 ans – Betis). La plupart des personnes qui connaissent bien le joueur pensent qu’il n’a probablement pas eu la carrière qu’il méritait. Et on peut difficilement leur donner tort quand on se penche sur les prestations de l’attaquant canarien ces dernières saisons. Le meilleur buteur de l’histoire du club andalou correspond plutôt bien au profil de l’attaquant de petit gabarit un peu vicieux, qui profite du moindre espace entre les lignes pour semer la terreur dans les défenses adverses. Pepe Mel, entraîneur des Beticos, sait qu’il peut s’appuyer sur un joueur capable de jouer seul en pointe, sur une aile, ou en soutien d’un autre attaquant, comme c’était le cas l’an dernier quand il partageait la pointe de l’attaque avec Jorge Molina. Après une saison à 32 buts en Liga Adelante, son retour en Liga est particulièrement réussi, avec déjà 7 buts au compteur.

Javi Guerra (33 ans – Rayo Vallecano). Un peu à l’image de Castro, Javi Guerra n’a peut-être pas eu une carrière en accord avec son talent. C’est peut-être parce qu’il a rarement su rester plusieurs saisons au sein du même club qu’il n’a jamais réellement explosé. C’est à Valladolid que l’Andalou a connu ses meilleurs moments, entre 2010 et 2014. C’est d’ailleurs le meilleur buteur de l’histoire du club de Castilla-y-Leon, avec 73 buts. Après la relégation de Valladolid à l’été 2014, il tente l’aventure anglaise et rejoint Cardiff, en Championship. Après une première partie de saison compliquée au Pays-De-Galle, il revient en Espagne, chez lui, à Malaga, mais la réussite ne sera pas au rendez-vous. L’excellent Paco Jemez, qui a un talent spécial pour relancer des joueurs en difficulté (cf Gael Kakuta, Iago Falqué ou Alberto Bueno, entre autres), lui a donné sa chance cet été, et Guerra ne déçoit pas : 8 buts en 9 matchs cette saison. Et Guerra n’est pas qu’un buteur ; il est tout à fait capable de décrocher pour participer à l’élaboration du jeu, pour le plus grand bonheur de son coach.

Borja Bastón (23 ans – Eibar). Le petit jeune de la liste. L’attaquant qui appartient à l’Atlético de Madrid fait ses premiers pas en Liga cette saison. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ses débuts sont plutôt réussis. Le natif de Madrid compte déjà 6 buts avec la modeste équipe d’Eibar, et ce en n’ayant été titularisé qu’à 6 reprises (11 apparitions au total) cette saison, puisque c’est Sergi Enrich qui avait démarré la saison en pointe de l’attaque basque. Mais après tout, les performances de l’attaquant sont-elles surprenantes ? L’année dernière, il avait déjà marqué 23 buts en Liga Adelante à Saragosse. Une performance exceptionnelle pour un jeune joueur quand on connait le niveau d’exigence physique assez élevé de la deuxième division espagnole. Il vient d’être nommé joueur du mois d’octobre en Liga. S’il continue d’enchaîner les buts, il est fort probable qu’il parvienne à se frayer une place dans l’effectif de l’Atlético la saison prochaine.