L’aventure andalouse avait plutôt bien démarré pour Michel. Arrivé en cours de saison lors du dernier exercice, il avait sauvé Malaga de la relégation et avait même mené l’équipe aux portes de l’Europe. Seulement, cet été, de nombreux cadres sont partis (Sandro, Camacho ou encore Fornals) et force est de constater que leurs remplaçants ne portent pas satisfaction. Avant-dernier, avec le même nombre de points et un match de plus que la lanterne rouge Las Palmas, le club du Sud de l’Espagne coule...

Si le cheikh Al-Thani semble être tenu pour l’un des principaux responsables de la situation, Michel en prend aussi pour son grade, avec des sifflets et des chants demandant son départ à chaque match disputé à domicile. Il a même été interpellé par des supporters qui avaient fait le déplacement à la sortie du stade hier. La presse elle, ne l’épargne pas. « Sans football, sans efficacité ni explositivé, l’équipe de Michel était condamnée à un dur échec qui aggrave une situation qui semble mener ce Malaga à la relégation », pouvait-on lire sur Marca hier soir.

Pourquoi est-il encore en poste ?

En conférence de presse, l’entraîneur lui même semblait abattu. « Les résultats sont tellement mauvais qu’il n’y a pas de justification. Professionnellement, ça ne m’était jamais arrivé. La situation ne change pas et c’est difficile de l’expliquer aux supporters. Le licenciement ? Cette question a une réponse, au club ils ont beaucoup de patience, et moi aussi. Ils avaient des motifs plus que suffisants. Mais moi je ne baisse jamais les bras, désolé, je suis comme ça. On a tous notre part de responsabilité et il faut l’accepter », a expliqué Michel.

Et s’il n’a toujours pas été remercié - c’est la première fois en 50 ans qu’un entraîneur a des résultats aussi mauvais sans être démis de ses fonctions en Liga - c’est en grande partie à cause du manque de hiérarchie au sein du club. Seul le cheikh Al-Thani peut prendre la décision de le virer, mais ce dernier ne semble pas spécialement concerné par ce qui se passe au sein du club qui lui appartient. La situation pourrait donc changer dans les jours à venir, mais pour l’instant, un départ de Michel n’est pas d’actualité, d’autant qu’il refuse de démissionner...