A 25 ans, Raphaël Varane possède l’un des plus beaux palmarès du football français. Et ce, en grande partie grâce à un choix fait en 2011, à savoir celui de rejoindre le Real Madrid alors que le Paris Saint-Germain poussait au portillon pour recruter le prodige du RC Lens. Car avec les Merengues, le champion du monde 2018 a tout gagné : 4 Ligues des Champions, 4 Mondiaux des Clubs, 2 championnats nationaux, 2 Supercoupes d’Europe. Une success story incroyable qui ne semblait pas pouvoir s’arrêter brusquement. Et pourtant.

Trois jours auparavant, L’Equipe lâchait un pavé dans la mare en affirmant que le défenseur français songeait à mettre un terme à son expérience madrilène. Après avoir tout gagné avec le club espagnol, Varane souhaiterait se mettre en danger et donc sortir de son confort merengue afin de relever d’autres défis. La nouvelle publiée par le quotidien sportif français n’a pas surpris grand monde au sein de la Casa Blanca. La raison ? Le vestiaire merengue aurait vu un Varane moins concentré depuis le début de la saison.

Des piques pour Varane

Une attitude qui peut se comprendre lorsque la fin d’un cycle arrive. Cependant, cette possible fin d’histoire d’amour vaut à Varane quelques piques. Le manque de leadership du Français lors des moments compliqués lui est en effet reproché. Un reproche qu’AS argumente en partie par le refus du joueur de faire face aux médias après des moments houleux, alors que plusieurs de ses coéquipiers n’ayant pas de statut fort au sein de l’équipe l’ont fait.

Un constat qui ne colle pas avec le statut de quatrième capitaine du Real. Enfin, on aime rappeler du côté de Chamartin que l’ancien Lensois est un très bon élément qui a toutefois besoin du capitaine Sergio Ramos pour se sentir fort. L’exemple forcément cité pour illustrer ce constat est la déroute défensive madrilène contre l’Ajax en huitième de finale de Ligue des Champions avec un Ramos impuissant dans sa loge du Bernabéu. De retour à Madrid, Zinedine Zidane fera-t-il changer les choses ? Affaire à suivre.