Le transfert de Gonçalo Guedes a été l’un des principaux feuilletons du dernier mercato estival. Après de longs mois de discussion entre le Paris Saint-Germain et Valence, un accord a été trouvé entre les deux formations à la toute fin du mois d’août. Le Portugais va donc continuer de défendre les couleurs des Murcielagos, lui qui sort d’une bonne saison de l’autre côté des Pyrénées, notamment lors des premiers mois de l’édition 2017/2018 de Liga. Et lors d’une conférence de presse organisée à Valence ce mercredi, Mateu Alemany, directeur général du club espagnol, a répondu aux questions sur le transfert du Lusitanien.

« Sur le transfert de Guedes : il y a deux choses. La première, c’est que nous sommes tenus en laisse par le fair play financier de la Liga, qui est le plus exigeant d’Europe, et pourtant nous avons encore de la marge qui pourrait nous permettre de recruter en décembre. Quant au fair play financier de l’UEFA, nous sommes aussi dans les clous », a-t-il répondu, alors qu’en Espagne certains estimaient que ce transfert était au-dessus des moyens de Valence.

Valence commencera à payer en août 2019

« Lorsque l’on parle d’opérations, il ne faut pas juste dire qu’un joueur a coûté 40 millions, il faut prendre en compte le salaire et la façon dont se paient les 40 millions. Et ici la clé c’est qu’il y a un financement très favorable pour Valence. Le premier paiement se fera en août 2019. Et à partir de là, ça se fera sur six ans. Jusqu’en août 2019, on ne paiera pas un euro pour Guedes », a ajouté le dirigeant.

Et sur les bonus qui posent question : « je ne peux pas dire de quoi dépendent les 17 millions en variables, mais ça dépend de ses performances sur les 6 prochaines années. La totalité des 17 millions d’euros ne serait réglée qu’en cas de grosse vente entre temps ». Voilà qui est clair donc. Reste à déterminer qui de Valence ou du PSG est le grand gagnant de cette opération...