Au moment de quitter le Betis Séville en 2017, Dani Ceballos (22 ans aujourd’hui) avait le choix entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Un luxe pour un jeune joueur. Au final, c’est donc la Casa Blanca qui a raflé la mise moyennant un chèque d’une quinzaine de millions d’euros. Une excellente nouvelle pour un élément considéré comme étant l’un des plus grands espoirs du football ibère. Surtout lorsqu’une légende du ballon rond, Zinedine Zidane, devient votre entraîneur. Malheureusement pour Ceballos, tout ne s’est pas passé comme prévu. Jamais considéré comme un potentiel titulaire, le natif d’Utrera n’a été titularisé qu’à quatre reprises en Liga la saison passée. Un faible temps de jeu qui a rapidement alimenté des rumeurs de départ.

Finalement resté dans l’effectif merengue, Ceballos a vécu un calvaire sous la houlette du Français. « Seul lui (Zidane) peut expliquer pourquoi il ne m’a pas donné ma chance. Je travaillais, j’essayais de lui rendre la chose difficile, mais à un moment donné, vous vous rendez compte que c’est impossible. Je marque deux buts à Vitoria (deux réalisations qui donnent la victoire 2-1 au Real lors de la 6e journée de la saison passée face à Alavés), le match d’après, je ne joue qu’une minute à Dortmund. Quand les semaines passent et que vous ne vous sentez pas important, c’est difficile. Il y a un moment où je pensais que ma saison était déjà terminée. Nous avions quinze points de retard (sur le leader barcelonais) et il ne nous restait que la Ligue des Champions, mais je n’entrais pas dans la rotation (en championnat surtout) », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Radio Marca.

Ceballos donne un conseil à Zidane

Une gestion face à laquelle le joueur a tenté d’avoir des explications de son désormais ancien entraîneur. Et ce dernier n’a pas cherché à esquiver les questions de son protégé, quitte à ce que l’ego de celui-ci soit touché. « Je lui ai demandé pourquoi je ne jouais pas parce que je ne comprenais pas. Il m’a dit qu’il préférait les joueurs qui étaient devant moi. À un moment dans la saison, Kroos et Modric étaient blessés, mais il changeait le système de jeu pour mettre d’autres joueurs. Ça fait mal ». Marqué par la période ZZ, Ceballos espère désormais que le début de l’ère Lopetegui sera synonyme de deuxième chance pour lui au Real.

« Il ne faut pas baisser les bras. Mon objectif est toujours de triompher au Real Madrid. Mais il n’y a pas de rancœur. La saison dernière n’a pas été bonne pour moi, mais ça m’a permis d’être plus mature. Il a été très clair avec moi et je n’ai aucune rancœur envers lui. Quand j’étais petit, je le regardais jouer et il était toujours la star partout où il jouait. Peut-être qu’il ne savait pas comment se sentait un joueur sur le banc de touche. Ça lui servira à l’avenir pour qu’il ne commette pas les mêmes erreurs qu’il a commises ici ». Pas sûr toutefois que le champion du monde 98 suive les conseils du jeune Espagnol.