La France dispose d’un vivier colossal en ce qui concerne les grands talents en devenir du football mondial. Le cru 2019 de l’équipe de France U17 est là pour le confirmer. Avec une qualification pour les 1/2 finale de la compétition (face à l’Italie ou le Portugal), la bande à Jean-Claude Giuntini, qui vient d’infliger ce dimanche un 6-1 contre la République Tchèque en quart de finale de la compétition, ne se fixe aucune limite. Un joueur symbolise d’ailleurs la formidable épopée des Bleuets en Irlande, un certain Adil Aouchiche. Avec 9 buts au compteur en 4 matches dont un quadruplé retentissant face aux Tchèques, le milieu de terrain du PSG est déjà le meilleur buteur de l’histoire de la compétition et fait déjà mieux qu’Odsonne Edouard (PSG) et Amine Gouiri (OL), qui avaient inscrit 8 buts pour la France lors des dernières éditions.

Mais d’où vient ce joueur, finalement pas le plus connu de cette formation ? Né au Blanc-Mesnil (93) passé par Mitry-Mory (77) et Tremblay en France (93), il débarque au PSG en 2014. Rapidement, il tape dans l’oeil des suiveurs du Camp des Loges par son aisance technique et sa vision du jeu comme nous l’explique un observateur avisé des équipes de jeunes du PSG. « On a rapidement vu que Adil était le plus fort de l’équipe, peut-être même plus que Kays Ruiz. Il a toujours eu une vraie maturité, une vision du jeu peu commune pour un joueur de son âge. » Avant d’ajouter : « pendant que tout le monde parlait de Kays, lui travaillait dans son coin. »

Devenu rapidement incontournable dans l’équipe de Thiago Motta en Youth League, il marque un but à la Pavard contre le Napoli en novembre dernier qui fait le tour de la toile. Mais au-delà de ses buts, c’est son profil de joueur complet qui impressionne, comme nous le confie un agent français parti en Irlande pour suivre les matches de l’Equipe de France. « Il n’a pas de qualités fortes qui sortent du lot. Il court beaucoup, techniquement c’est pas mal. Il est très opportuniste et réaliste. Il est d’une efficacité incroyable, il sent les coups, il court beaucoup. Il me fait penser à un Thomas Müller. Ça ne va pas particulièrement vite, techniquement c’est bon, mais je n’arrive pas à ressortir une qualité spécialement. C’est bon de partout. »

Un joueur complet qui fait l’unanimité

Tous ceux à qui nous avons demandé de dresser en un mot le portrait de ce grand talen nous ont répondu « complet ». Comme nous le confie également un recruteur d’un club de Ligue 1, parti lui aussi en Irlande. « Adil, c’est un joueur moderne et complet qui est capable de s’adapter aux différents postes du milieu de terrain. Son jeu est un savant mélange de technique, d’intelligence et de malice avec comme tronc commun la mobilité permanente qui lui permet d’être imprévisible. Il a toujours eu cette capacité à mettre des buts et il le prouve une fois de plus dans cette compétition. À terme, il finira relayeur, car son activité dans le jeu est tellement énorme qu’il sera plus utile à ce poste, mais pour le moment tant qu’il peut continuer à jouer plus haut dans le milieu de terrain, il faut qu’il y reste. Car il va continuer de développer des qualités à l’approche de la surface qui vont lui servir par la suite. »

Quant au sélectionneur national des U17, il ne tarit pas d’éloges sur le meilleur buteur de la compétition dans des propos rapportés par Le Parisien. « La principale qualité d’Adil est déjà d’être bien entouré et de mettre ses très grandes qualités au service du collectif. C’est à ça aussi qu’on reconnaît les bons joueurs intelligents. Adil est aussi un garçon attachant et à l’écoute. » Malgré autant de compliments et après un quadruplé hors norme, Adil Aouchiche garde les pieds sur terre. « J’avais déjà marqué trois buts contre la Suède en phase de poules, où il a tapé ses premiers ballons. Là, réussir un quadruplé avec le maillot bleu, c’est un truc de fou. C’est en tout cas un très grand honneur. Depuis que je suis tout petit, j’avais l’envie et l’espoir de disputer une grande compétition avec l’équipe de France. J’espère qu’il y en aura d’autres… »

Bien au PSG mais... bientôt libre

Mais au-delà de son aventure chez les Bleus, sa situation au PSG interpelle quelque peu. Alors que la plupart des joueurs de sa génération ont déjà été bloqués par le club de la capitale, lui n’a encore rien signé. S’il se dit bien au PSG, il nourrit de grandes ambitions pour la suite de sa carrière. « Je veux réussir. Je travaille pour ça depuis je joue. Mais je n’oublie jamais que ce qui compte avant tout, au-delà des buts que je peux marquer, c’est la réussite de l’équipe. Sans elle, qui suis-je ? Rien. » Un discours clair et limpide qui tranche avec la situation précaire que vit actuellement le centre de formation du PSG, qui vit actuellement une forte zone de turbulences. D’ailleurs, Thiago Motta, le coach qui lui a fait confiance en Youth League et avec qui il s’entend plutôt bien va sans doute quitter son rôle de coach des U19 très rapidement.

De quoi influer son futur choix ? Selon nos informations, le joueur se pose de vraies questions concernant son avenir mais ne prendra sa décisision qu’après l’Euro. Une chose est sûre, le chemin est encore loin pour atteindre le très haut niveau. « Pour le très haut niveau, il va falloir qu’il s’améliore sur la vivacité, le coup de reins parce que ça va plus vite chez les pros, mais c’est déjà très bon. Je l’avais découvert sur la Youth League, je l’avais trouvé pas mal et j’étais dans l’attente de cette compétition. Au-delà de ses 9 buts, il faut encore attendre un peu. Ils ont joué face à des équipes relativement faibles mis à part les Pays-Bas. J’attends de le voir quand il va y avoir du rythme, quand il va falloir prendre l’info plus rapidement, tomber sur des défenseurs plus solides et rugueux », nous explique cet agent français venu en observateur avisé de la compétition. Lors du prochain match, nul doute que le nouveau phénomène des U17 tricolores sera attendu au tournant.