« Un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ». L’ASSE et l’OL ne diront pas le contraire. Hier soir, les frères ennemis se sont affrontés pour le 115ème derby de l’histoire. Et nul doute que ce match du 5 novembre 2017 restera parmi les plus marquants de l’histoire. En effet, en s’imposant 5 à 0, les hommes de Bruno Genesio ont acquis une victoire historique au stade Geoffroy-Guichard. « On savait que gagner ce match 5 à 0 était historique », a avoué Anthony Lopes après la rencontre. « Nous, ce qui nous importait, c’était de prendre les trois points. Au fur et à mesure de la rencontre, on avait une petite idée derrière la tête. On a eu les ressources, les moyens et surtout le jeu pour pouvoir marquer 5 buts ».

Si la fin de l’histoire a été belle pour les Lyonnais, la soirée a été riche en événements avant d’en arriver à ce résultat final. Quasiment dès le coup d’envoi de la rencontre à 21 heures, les Green Angels faisaient craquer des fumigènes, obligeant l’arbitre à stopper la rencontre. Après sept minutes d’attente, le match pouvait reprendre. Mais les Gones déroulaient lors d’une partie où la tension montait au fur et à mesure. Léo Lacroix se faisait expulser à la 47e suite à un tacle dangereux sur Fekir. Quelques supporters stéphanois, eux, commençaient même à quitter le stade après le quatrième but de l’OL (65e). Et à la 86e minute, le match basculait de nouveau. Cible des Verts toute la rencontre, Nabil Fekir célébrait son deuxième but et au passage le cinquième but de Lyon en allant chambrer le Kop Sud.

Un derby dans l’histoire

Un geste qui a provoqué un envahissement de terrain mais également l’arrêt du match pendant un peu plus de quarante minutes. Bruno Genesio confiait après la rencontre : « C’est toujours compliqué de maîtriser une foule. Je pense que ça a été bien géré par les services de l’ordre et les gens qui étaient là. Il ne s’est rien passé de grave même s’il y a eu un envahissement. Il n’y a pas eu de coups d’échangé, aucune blessure grave. C’est ce qu’il faut retenir ». Pourtant, on parle depuis hier soir beaucoup plus des faits de match, comme la célébration de Nabil Fekir, que de l’éclatante victoire des Olympiens. « Ce que j’espère, c’est qu’on retiendra la performance sportive avant le reste. Pendant 86 minutes, il y a eu de bonnes choses. Des buts, du spectacle. Je pense que ça mérite d’être souligné et d’avoir tous les compliments que l’on doit avoir par rapport à ça », déclarait Genesio.

Pour Jordan Ferri, la fête a été un peu gâchée. « On le regrette, on aurait aimé finir le match sans débordement (...) Ça gâche la fête, ça la tâche un petit peu parce qu’on voulait vraiment finir ce match proprement. Ça n’a pas été le cas. Mais ce qu’il faut retenir c’est qu’on a gagné un derby à l’extérieur et ça fait un moment que ça ne nous était pas arrivé, surtout avec un score aussi large. C’est historique, il faut retenir ça ». Anthony Lopes, lui, ne retient que ça d’ailleurs : « Non, la victoire ne sera jamais oubliée. En tout cas, pas de notre côté. Nous, on est rentré dans l’histoire de l’Olympique Lyonnais. On l’a fait de belle manière ». Si le match est terminé, ce derby historique n’a pas fini de faire parler puisque, selon L’Équipe, la commission de discipline de la Ligue va se pencher sur ce dossier (sanctions pour l’ASSE après l’envahissement du terrain, célébration de Fekir).