Hamada Jambay est un joueur qui a marqué les supporters de l’OM. S’il ne fut pas le meilleur latéral droit de l’histoire du club, ce pur produit de la formation phocéenne a activement participé à sa remontée dans l’élite et son retour au premier plan entre 1993 et 1999. Il était aussi une personnalité attachante et un joueur spectaculaire, lui qui a hérité du surnom de « roi des Missiles », notamment pour sa reprise de volée fantastique contre Lens en novembre 1996.

Un surnom qui le suit encore aujourd’hui, alors qu’à 40 ans, il a raccroché les crampons depuis près de 10 ans après sa dernière expérience à Sedan. « On me parle jusqu’aux Comores de ce but contre Lens. On m’a surnommé le roi des Missiles. À chaque fois on m’interpelle comme ça », confiait-il récemment au Phocéen, alors qu’il inaugurait un stade à son nom dans le quartier de la Busserine, où il a grandi. Comme un aboutissement pour le jeune retraité.

« Avoir un stade à son nom, d’avoir cette reconnaissance, c’est la plus belle de mes victoires. Ça veut dire que j’ai donné une bonne image aux gens. Être reconnu dans le quartier où j’ai grandi, je n’ai pas les mots... J’espère qu’il y en aura d’autres qui feront mieux que moi. J’ai eu une carrière assez moyenne. J’espère qu’il y en a qui feront autre chose, qui joueront la Ligue des champions, et qui pourront dire qu’ils ont fait leurs débuts sur le terrain Hamada Jambay », a-t-il assuré. Alors qu’il travaille aujourd’hui à la fédération des Comores, dont il est également l’ambassadeur, Jambay garde aussi, toujours, un œil sur l’OM. Et pour cause : « c’est le club de mon cœur. Je sais qu’un jour, je reviendrai ».