Les sanctions étaient attendues de tous les côtés. Mais la chambre d’instruction de l’Instance de contrôle financier des clubs (ICFC) s’est bien fait attendre. Outre le Paris Saint-Germain qui était au centre des discussions menées, l’OM aussi attendait de savoir à quelle sauce il allait être mangé par l’Union européenne des associations de football (UEFA) qui l’avait dans son viseur pour un dépassement de son budget inférieur à dix millions d’euros.

Les dirigeants phocéens et leurs supporters peuvent souffler. En effet, le club marseillais écope d’une amende de 100 000 euros, ce qui n’est pas grand-chose au vu de ce que pouvait lui faire l’instance de contrôle qui n’est pas toujours très conciliante. « La Chambre d’instruction de l’ICFC a en outre décidé d’infliger une amende de 100 000 euros à l’Olympique de Marseille pour une infraction mineure à l’exigence relative au seuil de rentabilité au cours de la période de surveillance 2017/18. Le club continuera d’être sous surveillance de l’exigence de rentabilité pour la période 2018/19 », peut-on lire sur le communiqué de l’UEFA.

Jacques-Henri Eyraud avait bien prévu son coup puisque lors de ces passages devant les experts européens, il a expliqué la démarche de l’Olympique de Marseille sur les prochaines années. Ce qu’il faut comprendre c’est que l’ICFC regarde avec attention sur les trois dernières années sauf que Frank McCourt a repris le club voici moins de deux années. JHE a donc expliqué la stratégie financière des Olympiens pour arriver à l’équilibre d’ici quelques années. Mais il a aussi admis qu’avant cela, il fallait investir pour tenter de reconstruire et devenir à nouveau compétitif. Enfin, le communiqué explique que l’ICFC attend de voir la suite des évènements pour encadrer, ou non, à l’avenir l’activité du club.