Waldemar Kita a connu de meilleurs jours. Tout chamboulé par le drame Sala, le président du FC Nantes n’a pas eu le temps digérer la disparition tragique de son ancien attaquant. Rattrapé par la justice, le patron des Canaris est soupçonné de fraude fiscale. Visé par une enquête, l’homme d’affaires franco-polonais en a immédiatement subi les conséquences. Alors qu’il avait obtenu le feu vert de la Mairie de Nantes en vue de la cession des terrains destinés à la construction du nouveau stade, Kita a reçu hier un coup de massue avec l’annonce officielle de la fin du projet par la Métropole.

« L’intérêt pour Nantes et pour le Football Club de Nantes d’un stade moderne répondant durablement aux standards d’aujourd’hui, sans un euro de financement public est manifeste. Au-delà des tensions, des oppositions ou des interrogations que ce projet suscite, l’annonce d’une enquête préliminaire du parquet national financier visant la situation fiscale de M. Kita rend impossible la cession d’un terrain public à son profit. Sans préjuger évidemment des suites de cette enquête, il est clair que le projet ne pourra, en tout état de cause, pas se dérouler dans les délais envisagés, ni dans un climat serein, quelles qu’en soient les conclusions. Aussi Johanna Rolland, Maire de Nantes, Présidente de Nantes Métropole a décidé d’y mettre un terme. Elle en a naturellement informé le Président du FCN ainsi que les maires et les responsables des groupes politiques de la Métropole. »

Racheter Nantes, c’est 70 M€

Une très mauvaise nouvelle pour WK, même si ce dernier n’a pas été complètement surpris par le retrait de dernière minute de la Métropole. « S’il y avait un capitaine sur le bateau, on serait allé au bout. Tout ça est très léger. Je vois bien que tout le monde a la trouille ! Tout va capoter, à une semaine près », aurait-il confié à l’un de ses proches selon Ouest-France. Forcément déçu, Kita est désormais scruté par tous les observateurs. Lui qui avait fait du nouveau stade un des facteurs essentiels pour son avenir à la tête du FCN, Kita peut-il quitter le navire nantais ? Sur les bords de l’Erdre, nombreux sont les groupes de supporters favorables au débarquement du capitaine WK. 20 Minutes annonce en tout cas que le dirigeant réfléchit sérieusement à son avenir. Une version également présente dans les colonnes de Ouest-France où un proche du président a confié que Kita « allait bien réfléchir » et que tout le monde s’attendait déjà au début du bal de courtisans du trône nantais.

Une version qui s’est rapidement confirmée dans les colonnes de 20 Minutes. Ancien associé dans le projet de YelloPark avant d’être écarté par la Métropole, le patron du groupe immobilier Réalités Yoann Joubert s’est dit intéressé pour prendre la succession du franco-polonais à la tête du FCN. « Il reste propriétaire du FCN, mais jusqu’à quand ? On verra. (...) On peut imaginer que les choses bougent. C’est à Waldemar Kita de faire une évaluation de la situation. C’est à lui de prendre sa décision. (..) Oui (je pourrais reprendre le club), avec des partenaires. Il y a des acteurs dynamiques qui aiment ce club et ont envie d’essayer. (...) On ne peut plus assister à chaque match à une contestation, à des banderoles hostiles. Depuis 10 ans, il n’y a que ça. C’est terrible pour l’image de Nantes. On a le sentiment qu’on arrive à la fin d’une étape. » Reste que selon OF, si des repreneurs veulent succéder à Kita, c’est un chèque d’au moins 70 M€ qui sera réclamé. Mais encore faut-il que ce dernier jette l’éponge.