C’est un véritable séisme qui s’est produit ce vendredi à l’OGC Nice. Le club azuréen a provoqué une conférence de presse exceptionnelle à 16h30 pour officialiser les départs simultanés du président Jean-Pierre Rivère et du directeur général Julien Fournier. Les deux dirigeants du Gym ont annoncé leur éviction aux joueurs et aux salariés dans l’après-midi. Les deux intéressés avaient débarqué à Nice en 2011 et opéré la métamorphose des Aiglons. Ces derniers resteront disponibles pour que le club azuréen puisse assurer la transition en toute quiétude jusqu’à la fin de la saison.

« On a des petites tensions avec nos actionnaires. C’est un secret de polichinelle. Ces tensions s’accentuent en période de mercato. Nous n’étions pas d’accord sur le profil des joueurs. Au fur et à mesure du temps, la fluidité n’est plus là. Et les divergences d’opinions sont là... Nous avons invité les actionnaires à recruter des personnes qui pourraient nous remplacer. On a un devoir de transparence, de clarté. C’est le moment d’accélérer l’arrivée de nouveaux dirigeants. La recherche d’investisseurs est en cours. Nous sommes en discussion avec d’éventuels investisseurs qui acceptent de payer le prix », a ainsi révélé Rivère.

Jean-Pierre Rivère évoque des tensions récurrentes avec les actionnaires

Le futur-ex président niçois a également précisé qu’un accord avait été trouvé avec les actionnaires sino-américains pour la cession de ses parts. Pendant la conférence de presse, l’intéressé a également évoqué des divergences d’opinions sur le mode de fonctionnement du club au quotidien. « Cela fait quelques mois que notre façon de travailler est moins fluide. On ne veut pas assumer des choses qu’on ne cautionne pas. On n’a pas la réponse sur l’avenir mais la situation actuelle pour le club n’est pas bonne », lâche ainsi Jean-Pierre Rivère. Une version corroborée par les propos de Julien Fournier également présent devant les médias. « Notre vision n’était pas partagée par l’actionnaire. Le club leur appartient et c’est leur vision qui l’emporte », confie celui qui occupait le poste de directeur général. Par ailleurs, ce dernier est annoncé dans le viseur de Southampton pour le mois de juin par la presse anglaise, mais nous sommes en mesure de démentir cette information.

Les deux dirigeants ont par ailleurs indiqué qu’ils laissaient le club dans une situation financière saine et bénéficiaire. Sous l’ère Rivère-Fournier, des entraîneurs prestigieux comme Claude Puel, Lucien Favre et Patrick Vieira se sont installés sur le banc niçois. Pendant cette période, l’OGC Nice se sera également distingué par sa faculté à réaliser de sacrés paris en relançant des joueurs comme Hatem Ben Arfa, Younès Belhanda ou encore Mario Balotelli. En parallèle, le duo a également réussi de belles opérations avec les ventes de Dalbert (20 millions d’euros environ), Plea (25 millions d’euros) ou encore Seri (30 millions d’euros). Le Gym a aussi changé de dimension au niveau de ses infrastructures en intégrant l’Allianz Riviera en 2013 et le centre d’entraînement ultra-moderne en 2017. Sur le plan sportif, Nice aura disputé trois fois l’Europe. Les départs de Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier marquent la fin d’une époque faste pour le développement de l’OGC Nice. C’est donc dans un climat anxiogène que le Gym s’apprête à accueillir Bordeaux pour le compte de la 20 ème journée de Ligue 1...