Le LOSC avait l’occasion de confirmer sa 2e place à Nîmes ce dimanche. Dans un stade des Costières souvent hostile à l’adversaire, les Dogues faisaient face à une mission compliquée. D’autant que les dernières rencontres ont été difficiles à négocier en championnat. Christophe Galtier alignait à nouveau son équipe du moment. Toujours privé de Soumaoro, le coach remettait Dabila en défense centrale aux côtés de Fonte et titularisait Rafael Leao devant à la place d’un Loïc Rémy blessé. En face, Nîmes se présentait en 4-3-3 avec le seul Bozok devant. L’attaquant était associé à Ripart et Bouanga. Jordan Ferri démarrait aussi au milieu de terrain. Dans cette configuration, les locaux débutaient assez mal.

Dès le premier coup-franc obtenu par le LOSC, la défense nîmoise craquait. Le ballon passait au-dessus de toutes les têtes, revenant à Pépé. Bernardoni était à la parade sur cette frappe enroulée de l’Ivoirien mais Rafael Leao rodait et ouvrait le score (0-1, 4e). Toujours sur coup-franc, Thiago Mendes faisait encore trembler la cage avec cette reprise d’Ikoné (6e). Bamba lui s’écroulait dans la surface et n’était pas loin d’obtenir un penalty (11e). Les hommes de Bernard Blaquart avaient du mal en ce début de rencontre mais un fait de jeu changeait un peu la donne. Après une touche accordée aux Nimois, José Fonte effectuait un geste d’humeur (et peut-être a-t-il eu des mots vers l’arbitre ?) et écopait d’un rouge direct (18e). Très énervé, Galtier aussi se faisait expulser.

Le LOSC frappe en contre

Bien qu’en supériorité numérique, les Crocodiles avaient du mal à développer leur jeu et à s’approcher du but de Maignan. Les rares accélérations dans le jeu de Bouanga ou Ferri n’étaient pas suffisantes pour renverser une défense lilloise bien en place. En contre, les Dogues faisaient même très mal. Décalé par Pépé, Celik renversait le jeu en direction de Bamba. L’ancien Stéphanois enroulait une frappe contrée par Ferri que Bernardoni ne pouvait que freiner (0-2, 41e). Dos au mur, Blaquart sortait Alakouch pour Alioui à la pause. Nîmes revenait mieux dans cette rencontre mais ne trouvait toujours pas la solution. Il y avait pourtant plusieurs situations chaudes comme ce coup-franc de Savanier sauvé par Maignan (57e) et cette mésentente entre Bozok et Bouanga (65e).

Les promus ne concrétisaient pas et finissaient pas se faire punir sur un nouveau contre. Après un joli relais avec Xeka, Pépé effectuait une course de 60 mètres balle au pied. Jamais attaqué par une défense trop passive, il battait Bernardoni d’une frappe croisée (0-3, 66e). La messe semblait dite même si Alioui réduisait immédiatement le score d’une frappe splendide de 25 mètres (1-3, 68e). Relancés et ambiancés par le public, les locaux tentaient un retour inespéré. La pression se faisait sentir et le verrou sautait finalement durant le temps additionnel par une tête à bout pourtant sur corner signée de l’entrant Depres (2-3, 90e+2). Ça ne suffisait pas malgré une reprise sur le sommet de la barre du précédent buteur (90e+5). Le LOSC tenait bon mais a eu très chaud et confirme sa 2e place au classement avec 5 points d’avance sur Montpellier, qui a deux matches joués en moins.