Un peu plus de deux mois après son arrivée, Christian Gourcuff a visiblement mis tout le monde d’accord du côté du FC Nantes. Le technicien, qui a remplacé Vahid Halilhodzic en tout début de saison, s’est d’abord mis les joueurs et les supporters dans la poche grâce aux résultats. Après 9 journées, les Canaris, 19 points au compteur, sont en effet deuxièmes au classement, juste derrière le Paris SG, 21 points. Mais le Breton a aussi et surtout séduit sa direction. Au point que celle-ci va lui offrir une prolongation de contrat assortie de pouvoirs élargis, notamment sur le plan sportif.

Le président délégué Franck Kita l’a en effet confirmé au cours d’un entretien dans les colonnes de Ouest-France. « On constate tous son excellent travail, on apprécie tous sa personnalité. Il est rassurant. On travaille dur, mais sa porte est toujours ouverte. Aujourd’hui, même si la durée de la prolongation n’est pas arrêtée, le président et Christian Gourcuff, qui sont de la même génération et qui partagent la même philosophie, ont convenu de prolonger l’aventure ensemble. L’entraîneur se sent bien ici, on se sent bien avec lui », a-t-il expliqué.

Du jamais vu pour un entraîneur sous l’ère Kita

Comme un coup de foudre, les Kita sont tombés sous le charme de l’expérimenté entraîneur. Ainsi, les patrons du FCN prévoient de lui offrir la latitude qu’aucun de leurs précédents coaches n’a jamais eue. Si le titre de manager général n’a pas été confirmé par le dirigeant nantais, on sait en revanche que CG aura la charge de mettre en place « une politique sportive globale », à savoir mettre sa patte sur le style depuis les équipes de jeunes jusqu’aux professionnels. Avec un axe fort, mettre la formation au cœur du projet.

« Aujourd’hui, le centre de formation a retrouvé une vraie place au sein du FC Nantes. Cela se traduit par le nombre de jeunes qui ont intégré le groupe professionnel depuis quelques années. Christian Gourcuff a démontré sa capacité, par ce qu’il a fait à Lorient, à s’inscrire dans ce projet », a-t-il conclu, expliquant qu’ils travaillaient tous deux de consort avec Philippe Mao, « garant de la cellule de recrutement ». Après plusieurs saisons de remous, le FC Nantes semble avoir trouvé la stabilité qui lui manquait. Le tout en un peu plus de deux mois !