À 35 ans, Daniel Alves va débuter sa deuxième saison au Paris Saint-Germain. Et si le club de la capitale l’a engagé, c’est en grande partie pour transmettre au vestiaire parisien son incroyable expérience. Le Brésilien l’a parfaitement compris puisqu’il ne se prive pas d’intervenir quand il estime qu’une situation peut nuire au bon fonctionnement de son équipe. Souvenez-vous. Le 12 septembre 2017, le PSG et son tout nouveau trio Mbappé-Cavani-Neymar débutaient leur campagne de Ligue des Champions par une victoire écrasante face au Celtic Glasgow en Écosse (5-0). Un large succès au cours duquel les trois stars de l’attaque francilienne avaient trouvé le chemin des filets. Une bonne nouvelle pour un club dont les ambitions avaient été revues à la hausse grâce à la MCN. Mais Daniel Alves avait alors déjà senti le piège se tendre, avant même la parution des Unes de la presse française le lendemain.

« Je ne pense pas que le football se résume à un trio. C’est un sport d’équipe où il y a de grands noms, comme ceux qu’on a ici pour faire des différences. Le trio a besoin de monde autour pour que la fête soit belle », avait-il déclaré à l’issue de la rencontre en zone mixte en guise de premier avertissement. Désireux de voir le PSG triompher, l’international auriverde (107 sélections, 7 buts) n’hésite donc pas se servir de son expérience pour éviter tout problème avec la MCN. Et c’est ce qu’il a encore fait dernièrement avec Neymar et Kylian Mbappé, deux joueurs très attendus après une Coupe du Monde 2018 vécue de manière différente pour les numéros 10 et 7 du PSG. Pour son compatriote, l’aventure russe aurait pu être l’occasion de s’illustrer après une incroyable course contre-la-montre gagnée pour revenir à temps suite à sa blessure à la cheville. Au final, Neymar est reparti de Russie sans la coupe, mais avec une solide réputation de simulateur.

Daniel Alves conseille Neymar et Mbappé

Un constat qui s’est encore vérifié lors du match amical entre le Brésil et le Salvador (5-0), rencontre à l’issue de laquelle le capitaine de la Seleção a poussé un coup de gueule, lassé de ce nouveau statut embêtant. Dans un entretien accordé à Globoesporte, Daniel Alves a toutefois confié que cette étiquette collée à son partenaire n’était pas injustifiée, ce qui l’a poussé à s’entretenir avec lui pour que « Ney » change son fusil d’épaule. « Certaines choses sont arrivées dans sa vie pour qu’il mûrisse. Ces choses qui vous font prendre conscience que vous devez travailler pour devenir une meilleure personne et un meilleur professionnel. Quand les choses ne sont pas parfaites, vous devez progresser, vous améliorer, vous réinventer. J’ai beaucoup discuté avec Neymar à ce sujet. Je pense qu’il en est conscient. Quand vous commencez à devenir un homme, vos décisions et votre attitude sont plus posées, plus fortes. Je n’ai aucun doute, c’est ce qu’il va se passer pour lui. Je dis toujours que quand une ou deux personnes critiquent, ça peut être un acharnement. Mais quand c’est tout le monde qui vous dit ça, c’est que vous êtes en train de faire une erreur. L’heure a sonné pour qu’il se réinvente, s’améliore. »

Un conseil d’ami que le défenseur a également prodigué à Kylian Mbappé. Le tout jeune champion du monde n’est certes pas rentré de Russie avec une image dégradée, mais il n’est pas rare de voir un jeune joueur se perdre en route après un tel exploit. Et ça, Daniel Alves ne veut pas que Mbappé en soit victime. « Je pense qu’avoir un champion du monde dans votre équipe vous apporte plus de respect, notamment chez les adversaires. Chacun a son rôle à jouer, mais il ne faut pas oublier le collectif. Même si vous avez été champion, si personne ne va dans le sens de l’équipe, personne n’atteindra ses objectifs. J’ai eu une discussion avec Mbappé, et ça fait partie des choses que je lui ai dites. Son défi, c’est de continuer à être champion parce que quand vous gagnez une Coupe du Monde, c’est le top pour un athlète et il l’a fait en étant très jeune. C’est un grand défi pour lui : continuer à gagner pour écrire l’histoire. C’est un jeune très conscient et sa famille ne va pas le laisser s’égarer en route. Nous sommes aussi ici pour l’aider. » Le message est passé.