Les temps sont durs à Marseille. En championnat, le club déçoit. La 6e place est flatteuse, le jeu n’est pas au rendez-vous et la victoire à Amiens a d’avantage rassuré qu’apaisé. Pointé du doigt, Patrice Evra symbolise par ses carences défensives le début de saison en dent-de-scie de l’équipe. Mais voilà que le jeune latéral gauche appelé à jouer au poste de « Tonton Pat’ » à moyen terme poserait déjà un lapin à l’OM. Tout comme un autre espoir de la réserve.

En premier lieu, il s’agit de Christopher Rocchia, 19 ans, auteur de prestations remarquées avec le groupe olympien lors de la préparation estivale : justesse dans les passes, débordements répétés, présence défensive… Retourné en CFA, il enchaîne les bons matches et porte même le brassard de capitaine. Depuis début août, l’OM veut le faire passer professionnel et lui a même proposé un juteux contrat de 3 ans. Mais le temps presse. Le stage de Rocchia avec la réserve prend fin en juin 2018. Selon nos informations, plusieurs cadors européens se sont manifestés.

A Arsenal, Gilles Grimandi, recruteur historique des Gunners, a contacté l’entourage du joueur. Même chose pour Michael Zorc, directeur sportif de Dortmund, qui veut récupérer le joueur libre en juin prochain. Dortmund et Arsenal, deux entités réputés pour arroser les jeunes pousses avant de les lâcher sur l’herbe du rectangle vert. « Quand on voit le réservoir de jeunes qui sont sortis de ces deux clubs, on se dit que Rocchia a toutes ses chances », explique-t-on dans l’entourage du joueur.

Une classe biberon en baisse de régime

Le second, c’est Yusuf Sari, 18 ans, qui a tapé dans l’œil du Red Bull Salzbourg. L’ailier droit intéresse le Champion d’Autriche, dont le plan est déjà tracé : recruter Sari libre, en juin et le faire signer pour 4 ans pour qu’il grandisse. Si d’ici 2022, le joueur se révèle, Salzbourg le vendrait à Leipzig, autre club de la structure Red Bull. Les émissaires du club autrichien auraient, eux-aussi, rencontré l’entourage du milieu offensif. Enfin, d’après nos informations, l’AS Rome se serait également positionnée.

Vous l’aurez compris, l’Olympique de Marseille ne forme plus autant de « cracks » que jadis. Depuis plusieurs saisons, seul Maxime Lopez a émergé, en attendant Kamara. Dans les années 2000, sont sortis Cedric Carrasso, Mehdi Benatia, Samir Nasri ou encore André Ayew. Du côté de l’OM, on est conscient de l’importance de ces dossiers au regard du travail entrepris sur la formation. L’heure est plus que jamais au chantier pour la direction du club.